L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

82e Bol d’Or : le championnat du monde d’endurance démarre au circuit Paul Ricard

La 82e édition du Bol d’Or donne ce week-end (samedi 15 à à 15h) le coup d’envoi du championnat du monde d’endurance FIM EWC sur le circuit Paul Ricard, avec la plus célèbre des compétitions d’endurance moto de 24 Heures. Une course attendue dans la lignée de la dernière édition du Bol, celle-là même qui avait doublement couronné le Team GMT94 Yamaha arrivé en Provence paré du titre mondial, et vainqueur loin devant les motos officielles BMW, Honda, Kawasaki, et Suzuki. Cette fois, en l’absence de l’équipe française, tout le monde voudra prendre sa place… En attendant samedi, revivez en pus de cent images les Bol d’Or 2016 & 2017 avec les superbes photos signées Raymond Papanti et Jean-Marie Farina. 

Des 8 Heures de Suzuka aux 24 heures du 82e Bol d’Or sur le Circuit Paul Ricard, il n’y a finalement qu’un pas entre deux saisons mondiales d’endurance. Ainsi, aux 8 Heures de Suzuka, pour le final du Championnat, la quatrième victoire du Yamaha Factory Racing Team n’a pas empêché l’équipe FCC-TSR Honda France de devenir le premier Team japonais champion du monde FIM EWC. Malgré la vive concurrence de la Honda Red Bull-Japan Post et du Kawasaki Team Green, Yamaha Factory a donc décroché un quatrième succès d’affilée sur ses terres. Et cette 41e édition des S8H a fait durer le suspense jusqu’au bout de la nuit.

Après un festival de duels en tête, orchestré en début de course sur une piste détrempée par le Kawasaki Team Green et la Yamaha Factory devant la Honda Red Bull, la Yamaha officielle s’est imposée. Avec le trio composé de Katsuyuki Nakasuga, Alex Lowes et Michael van der Mark, une demi-minute devant la Honda confiée à Takumi Takahashi, à Takaaki Nakagami et à Patrick Jacobsen. Quant à la Kawasaki Green, elle termine 3e à un tour, aux mains de Kazuma Watanabe, de Leon Haslam, et de Jonathan Rea victime d’une chute juste avant de rentrer au stand pour passer des pneus slicks en pluie…

13 nations et 42 équipes pour le mondial 2018-2019

Honda s’impose à qui perd gagne, car 5e et titré ! Cinquième sous le drapeau à damier avec Freddy Foray, Alan Techer et Josh Hook, le FCC-TSR Honda France a ainsi été sacré champion du monde d’Endurance 2017-2018 à force de performances et de stratégie. Et malgré une hausse de rythme en fin de course, le GMT94 Yamaha terminait 6e avec David Checa, Niccolò Canepa et Mike Di Meglio. L’équipe de Christophe Guyot, déjà triple championne du monde, finissait quant à elle vice-championne à sept points de Honda et le GMT94 et annonçait qu’elle allai faire l’impasse sur la saison qui s’annonce.

Le championnat FIM EWC 2018-2019 débute donc ce week-end sur le Circuit Paul Ricard avec la course de 24 heures du fameux Bol d’Or, la plus célèbre des compétitions d’endurance moto au monde : 59 équipages seront en piste, dont 42 de 13 nationalités disputeront l’intégralité du championnat. Soit neuf teams de plus. Et l’on note que le championnat du monde séduit de nouvelles nations : la Suède et la Principauté de Monaco font leur entrée dans le cercle des pays de l’Endurance, tandis que ceux d’Europe de l’Est intensifient leur présence.

FCC-TSR Honda France va défendre son titre mondial

L’implication des importateurs s’intensifie. Au Circuit Paul Ricard, six équipes officielles seront au départ avec des équipages souvent renforcés. Et le FCC-TSR Honda France – avec le trio Freddy Foray, Josh Hook, Mike Di Meglio – va défendre son titre et son nouveau #1.

En face, on trouvera le Suzuki Endurance Racing Team (Vincent Philippe, Etienne Masson et Gregg Black), le Honda Endurance Racing (Sébastien Gimbert, Gregory Leblanc et Erwan Nigon), le YART Yamaha (Broc Parkes, Niccolò Canepa et Marvin Fritz) et le Team SRC Kawasaki France (Jeremy Guarnoni, David Checa et Randy de Puniet). Nouvelle venue parmi ces équipes officielles avec une montée en puissance du constructeur allemand, ERC-BMW Motorrad Endurance, ex-NRT48 avec Kenny Foray, Julien da Costa et Mathieu Gines.

Face aux structures officielles, de solides challengers veulent faire entendre leur voix : le Bolliger Team Switzerland (Kawasaki), le Mercury Racing (BMW) et le Webike Tati Team Trickstar avec Julien Enjolras, Kevin Denis et Osamu Deguchi. Cette équipe Kawasaki franco-japonaise jouera la gagne en Superstock. Et l’on surveillera aussi l’arrivée du Sweden Endurance Racing Team sur Yamaha avec Christoffer Bergman, Jari Tuovinen et Ville Valtonen.

200 équipes dans les trois « Bol » 2018 au Circuit Paul Ricard

Quelque 200 équipes, un record, seront admises à partir de demain, vendredi, au départ de l’un des trois « Bol » 2018 sur le Circuit Paul Ricard.
82e Bol d’Or : 59 teams de trois pilotes plus un pilote-remplaçant participeront à la manche d’ouverture du championnat du monde d’endurance FIM EWC 2018-2019 de la Fédération Internationale de Motocyclisme.
Bol d’Argent : 70 teams de deux pilotes seront au départ du 40e anniversaire de ce Bol, dont la première édition fut marquée par la seule et unique victoire de la carrière de la Honda 1000 CBX 6 cylindres.
Bol d’Or Classic : 70 teams de deux pilotes s’affronteront au guidon de machines qui ont écrit l’histoire mondiale de l’endurance moto.

Essais pré-Bol d’Or 2018 : la Yamaha officielle du YART et les autres

Lors des essais pré-82e Bol d’Or organisés voici quelques jours sur le circuit Paul Ricard, la Yamaha officielle du YART a dominé les débats, et tous les autres teams n’ont pu que s’incliner devant les performances de ses lièvres endurants. Tandis que la firme aux trois diapasons vient de lancer un programme de soutien à l’égard des teams qui utilisent des Yamaha YZF-R1 : les français de Viltais, 3art, Moto Team 95 et Moto Ain, mais aussi les allemands de Wepol et les slovaques du Maco Racing slovaque.

Cela s’est passé au Bol d’Or 2017 : GMT94 Yamaha et Lucy Glöckner

L’an passé, au circuit Paul Ricard, des 59 motos qualifiées 29 seulement franchirent la ligne d’arrivée. Poussées à fond pendant deux tours d’horloge dans des conditions météo idéales, près de 50% virent leur mécanique rendre l’âme, et plusieurs pilotes subirent des sorties de piste définitives.
La fin de course fut marquée de l’empreinte indélébile de la pilote Lucy Glöckner. Car la pilote allemande assura le spectacle en se battant comme une diablesse pour la 3e marche du podium au guidon de sa BMW S1000RR face au pilote officiel Honda Sébastien Gimbert . A bout de souffle, après un mano à mano historique dans l’ultime tour, elle échoua pour 989/1000e de seconde au terme de 24 heures !

Devant 68.000 spectateurs, l’équipe GMT94 Yamaha inaugura sous un soleil resplendissant son titre mondial sur le Plateau du Castellet. Ni la pole position de Kawasaki, ni l’expérience de Suzuki, ni l’attaque à outrance des Honda, ni les safety cars, ni une panne d’essence, ni un stop and go n’étaient venus à bout des ambitions et de l’efficacité de la Yamaha YZR-R1 du trio composé de David Checa, de Nicolo Canepa et de Mickael Di Meglio.
Depuis, les cartes ont été rebattues et cela promet un 82e Bol d’Or chaud brûlant sur le Circuit Paul Ricard de 5,8km.

Accès public : Enceinte générale, 70€; Aire Mistral – MCTBO, 82€; Aire du Lac, 86€.

Lire aussi : le Team Les Frires à la veille de son premier Bol d’Argent

Charles-Bernard ADREANI
Photos :  Raymond PAPANTI et Jean-Marie FARINA

Slideshow Bol d’Or 2016/2017 : plus de 100 photos by R. Papanti et J.-M. Farina

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire