L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

110km/h sur autoroute : « Vers une crise des Gilets Jaunes puissance 10 ! »

Les conséquences désastreuses de l’augmentation des taxes sur les carburants à l’automne 2018 n’ont pas suffi à ramener le gouvernement français sur les routes de l’intelligence, même artificielle… Parmi ses 150 propositions, la CCC (Convention citoyenne pour le climat) adepte de l’écologie punitive – une plaisanterie à 5,4M d’euros – suggère d’abaisser la vitesse sur les autoroutes de 130km/h à 110km/h. Et ça va flasher à gogo !
Au lendemain de deux mois de confinement pour cause d’incompétence nationale sanitaire, voilà une nouvelle bombe à retardement. Que dénonce l’Association 40 Millions d’Automobilistes en prédisant « Une crise des Gilets Jaunes puissance 10 » !

Les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) seront reçus ce lundi 29 juin à l’Élysée. Nous attendons les annonces du président de la République avec une certaine inquiétude, principalement au sujet de la mesure de l’abaissement de la vitesse maximale sur les autoroutes de 130km/h à 110km/h.
Celle-ci incite Daniel Quéro, président de l’Association 40 Millions d’Automobilistes, à rappeler, « Au lendemain de la période de confinement que nous avons vécue et dont l’économie française a largement pâti, il serait irresponsable d’imposer cette nouvelle contrainte aux usagers » et à prédire, « Une crise sociale similaire à celle des Gilets jaunes, mais puissance 10 ! »

L’idée de base de la CCC semblait pourtant séduisante pour imaginer des solutions destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre : 150 propositions dans cinq  domaines différents, se nourrir,  se loger, se déplacer, produire et travailler, et consommer. Mais celle de l’abaissement de la vitesse de 130km/h à 110 km/h sur les autoroutes laisse à penser que d’autres aussi soient aussi irréalistes. Parce que cette mesure ne permettrait ni d’améliorer la sécurité des usagers, ni de réduire l’impact des déplacements routiers sur le climat, mais aurait en revanche un coût économique très élevé pour la société.
A croire qu’en dehors de réglementer et de limiter, de contrôler et de punir obsessionnellement les usagers de la route le Gouvernement français actuel ne sait pas faire autre chose que mener le pays dans le mur, sans la moindre limitation !

Perte de temps : 1200 millions d’euros
Bilan socio-économique : moins 550 M€

Est-il nécessaire de rappeler que le Premier ministre Edouard Philippe s’était personnellement investi en faveur de l’abaissement de la vitesse sur les routes secondaire de 90 à 80 km/h. Une imposture dont l’expérimentation prendra fin ce mardi 30 juin.
Pierre Chasseray, Le Délégué général de l’association 40 Millions d’Automobilistes, s’interroge donc naturellement : « Comment imaginer, alors qu’en 2018 les Français étaient opposés à plus de 80% à la baisse de 10 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires au motif de sécurité routière, qu’ils cautionneront aujourd’hui une réduction de 20 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes pour réduire les gaz à effet de serre ? »
Et M. Chasseray d’évoquer le volet économique : « Certes, on estime à 360 millions d’euros les gains liés aux économies de carburants engendrés par telle baisse, mais il faut mettre en perspective cette somme avec les coûts liés à la perte de temps occasionnée, évaluée à 1200 millions d’euros. Tous postes de coûts et bénéfices confondus, le bilan socio-économique serait très négatif, de l’ordre de 550 millions d’euros si l’on circulait dorénavant à 110 km/h au lieu de 130 sur les autoroutes ».

Non aux 110 sur Autoroute : 400.000 signatures en un week-end

Voilà pourquoi la pétition « Non aux 110 sur Autoroute » lancée par l’Association 40 Millions d’Automobilistes a réuni plus de 400.000 signatures en un seul week-end. Car pour 40MA, cette mesure est : « Complètement déconnectée de la réalité, imposée à 90 % de la population par une poignée d’écologistes fondamentalistes qui ne représentent qu’eux-mêmes. L’association appelle tous les usagers à se mobiliser davantage, pour montrer au Gouvernement sa détermination à ne pas se laisser restreindre son accès à la mobilité par quelques hurluberlus. »

Pierre Chasseray : « La CCC, des fondamentalistes, partisans de l’apocalypse »

Pierre Chasseray dénonce l’absence de représentativité de la CCC : « Contrairement à ce que l’on a voulu faire croire aux Français, cette convention n’a rien de représentative de l’opinion de la grande majorité des citoyens français.
« Les 150 personnes soi-disant tirées au sort sont en réalité des écologistes fondamentalistes qui se sont portés volontaires pour participer à cette mascarade. Résultat : une poignée de partisans de l’apocalypse est en passe d’imposer sa loi à 90 % de la population. C’est parfaitement inacceptable. »

Daniel Quéro : « Le Gouvernement doit tenir compte de ce signal d’alarme »

Quant au président de 40MA, Daniel Quéro, il met en garde le Gouvernement contre l’hostilité de l’opinion publique : « Tous les sondages indiquent que les Français sont fermement opposés aux 110km/h sur l’autoroute (…) Nous avons connu une mobilisation sans précédent des usagers via notre pétition en ligne (…) Nous conseillons fortement au Gouvernement de tenir compte de ce signal d’alarme, qui est de nature à relancer une crise sociale similaire à celle des « Gilets jaunes », mais puissance 10 !
« Si l’on ne peut naturellement pas s’opposer à une réflexion constructive sur les enjeux environnementaux et les mesures à mettre en œuvre à l’avenir pour réduire l’impact des transports sur le climat, on ne peut pas non plus prendre de décisions à tort et à travers sous prétexte qu’il est actuellement à la mode de « laver plus vert que vert » et que l’automobile et les transports routiers seraient les responsables tout désignés de la pollution atmosphérique.
« Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat – tirés au sort parmi les Français volontaires – n’ont été que le bras armé du Gouvernement, qui a mis en place la CCC au lendemain de la crise des « Gilets jaunes » pour donner l’impression aux citoyens que leur avis comptait et que l’on allait tenir compte de leurs propositions pour construire le monde de demain. En réalité, cette assemblée de citoyens pseudo-représentatifs des Français n’a servi que de caution au Gouvernement pour imposer à l’ensemble de la population les mesures idéologiques et pénalisantes qu’il imaginait ».

La pétition www.nonaux110surautoroute.com.

Charles-Bernard ADREANI

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter