L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Albi – C2 – Debard Panis

Après la désillusion d’hier, Olivier Panis et Eric Debard plaçaient beaucoup d’espoir dans cette deuxième course. Malheureusement, la fiabilité et un nouveau problème mécanique met à terre la Corvette Z06 n°1 du DKR Engineering

C’est un week-end noir pour le DKR Engineering et la paire Panis/Debard. Pour cette seconde course du week-end, c’était au tour d’Olivier Panis de prendre le départ. Dès le premier tour, Olivier Panis donne le ton : il se montre très rapide d’entrée de jeu à tel point qu’il passe de la huitième à la cinquième place après à peine cinq minutes de course !

L’équipier d’Eric Debard donne tout pour remonter un à un ses concurrents et cela marche : alors que l’on a passé le cap des dix minutes de course, Olivier Panis pointe au troisième rang, et fait parti des deux pilotes les plus rapides en course ! Il remonte sur l’Audi R8 d’Ortelli, et parvient à prendre l’ascendant sur les vainqueurs d’hier. La Corvette Z06 n°1 pointe au deuxième rang, après 20 minutes de course ! Il réalise une superbe performance, en surclassant ses adversaires tout en conservant ses pneumatiques. Mais comme hier, la malchance est au rendez-vous…Alors qu’il s’apprêtait à passer le relais à Eric Debard , l’auto rentre tant bien que mal au stand pour aller directement dans le parc fermé. Le verdict tombe : moteur cassé pour la Corvette Z06 n°1. Un avant-dernier meeting rempli de désillusions à tous les niveaux.

Olivier Panis : «Week-end noir…C’est frustrant ! Je pense que nous n’avons rien à nous reprocher, que ce soit l’équipe ou les pilotes. La voiture était très performante durant le week-end, nous avons toujours était les plus rapides en piste…Je prends le départ en huitième position et je remonte à la deuxième place à la régulière…Mais c’est comme cela, c’est la course, c’est dur. A la fin de mon relais je gérais les pneumatiques car je savais que lorsque qu’Eric prendrait le volant il allait être très rapide, qu’il allait se bagarrer avec Marc Sourd. Mais le moteur a cassé…Nous n’arrivons pas à concrétiser, c’est dommage.»

Eric Debard : «C’est un week-end de malchance. Hier, nous abandonnions alors que nous pouvions jouer la victoire, c’est la même chose aujourd’hui .Maintenant, nous sommes convaincus que le niveau de fiabilité des Corvette n’est pas au top, le moteur Callaway n’assure pas…C’est difficile de rivaliser quand on se bat avec des constructeurs comme Audi ou Porsche en championnat. C’est frustrant mais il faut tirer les conclusions de tous ces problèmes et envisager l’avenir avec beaucoup de réflexions. Pourtant au niveau de la performance nous n’étions pas trop mal, on pouvait rivaliser avec les premiers, c’est un point positif.Cependant les courses durent une heure, donc, il faut que les voitures soient fiables.»

Kendy Janclaes (Team Manager DKR Enginnering) : «C’est un très mauvais week-end. S’il faut trouver un point positif, c’est que nous sommes enfin devenus très compétitifs. Olivier et Eric ont menés leur relais aux avants-poste; nous avions beaucoup de chance de remporter les deux courses. Mais malheureusement nous avons eu de nouveau des problèmes mécaniques qui font que nous n’avons pas réussi à concrétiser. Notre objectif à Magny-Cours serait de gagner une course, ou de monter sur le podium, au minimum. Par le passé, l’équipe a prouvé que nous pouvions le faire, les deux pilotes sont extrêmement rapides, nous avons tout pour y arriver. Mais il nous faudrait un peu de chance et de fiabilité sur la voiture

Source : DKR Enginnering

Rendez-vous à Magny-Cours pour la finale les 16 et 17 octobre prochains.