L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai BMW Série 2 cabriolet : voilà l’été j’aperçois le soleil

Avec la Série 1 cabriolet, BMW renouait avec le toit en toile, abandonné sur la Série 3 version E93 (2006-2013) équipée  d’un toit « dur », comme la Série 4. Cette dichotomie de la gamme se poursuit en 2015 avec l’arrivée de la Série 2, remplaçante de la Série 1. Ca tombe bien, voilà l’été.

Essai-BMW-Serie-2-cabriolet-22

Toit ou toile

Essai-BMW-Serie-2-cabriolet-25La Série 3 E46 a été la dernière à recevoir une capote en toile. Surfant sur la mode du moment, BMW a cédé et livré, avec sa remplaçante (E93), sa vision d’un coupé-cabriolet en élaborant l’un des rares systèmes qui ne rendait pas la voiture disgracieuse que le toit soit ouvert ou fermé.

La Série 4, qui a pris la suite, reçoit aussi un tel système. S’il présente des avantages (sécurité, isolation phonique, rigidité), il ne faut pas occulter l’inconvénient lié au poids en hausse de plus de 220 kilos (par rapport au coupé) en raison de toute la machinerie complexe et des matériaux. Et le prix s’envole aussi : on débute à 48 800 euros pour une 420i Lounge.

Aussi, pour la BMW Série 2, BMW préfère choisir une capote classique à l’insonorisation optimisée qui s’ouvre en 20 secondes jusqu’à 50 km/h et qui est disponible en 3 couleurs.

Ligne

Essai-BMW-Serie-2-cabriolet-27Un cabriolet BMW occupe toujours une place à part en terme de design. Que ce soit la première de l’ère moderne comme la E30, au style intemporel et qui rencontre un fort succès en occasion, ou encore ses descendantes (E36, E46) et enfin la Série 1, on est sous le charme, surtout une fois le couvre chef replié dans son logement. Et la BMW Série 2 ne déroge pas à la règle avec sa ligne de caisse basse. L’ensemble est élégant et sportif.

La partie avant expressive affiche une parenté évidente avec la Série 2 Coupé à travers la forme typée de ses projecteurs, se distinguant ainsi des BMW Série 1, 3 et 4. En vue latérale, les nervures prononcées, la ligne de caisse droite, le long capot moteur et le volet de coffre plat sont des éléments de style spécifiques.

Par rapport à la BMW Série 1 Cabriolet, la BMW Série 2 est plus longue de 72 mm (4,43 mètres), plus large de 26 mm (1,77 mètre) et offre un empattement de 2,69 mètres (+30 mm) bénéfique pour les places arrière. On croirait lire les dimensions de la Série 3 E36 : 4,43 mètres de long et 1,71 mètre de large.

[nextpage title= »Dans l’habitacle »]

A bord

L’habitacle de la BMW Série 2 Cabriolet (comme celui du coupé) offre une finition de premier plan, surtout avec la sellerie cuir. Essai M235i-Cabriolet-25Le petit volant doté d’une jante épaisse est très élégant et l’ergonomie ne souffre d’aucun reproche. Sauf un : pourquoi ne pas mettre le bouton qui permet de choisir entre les différents mode (Eco Pro, normal, Sport et Sport plus) directement sur le volant ? Cela éviterait de quitter la route des yeux pour sélectionner celui correspond à votre humeur du moment.

À l’arrière, la banquette confortable est pensée pour accueillir deux enfants sans problème. Pour deux adultes, le confort sera un peu limité, surtout une fois la capote fermée. La BMW Série 2 Cabriolet séduit en outre par une dotation de série encore plus généreuse incluant par exemple la climatisation automatique avec  le programme cabriolet : capote ouverte, ce dernier active un mode cabriolet qui prend en compte la vitesse. La sellerie cuir optionnelle (série sur Luxury) avec technologie SunReflective se révèle également particulièrement agréable en été. Petit détail en passant : la trappe de chargement optionnelle comprend, outre le dossier de banquette arrière rabattable, une ouverture de 450 mm pour les objets encombrants.
Enfin, la Série 2 cabriolet offre le plus grand coffre à bagages du segment : capote ouverte, 280 litres (+ 20 litres par rapport à la Série 1) sont disponibles, et même 335 litres une fois la capote fermée (+30 litres). De plus, son ouverture a été élargie de 35 mm entre les feux arrière.

Pour les plus malchanceux (ou maladroits…), BMW a prévu des arceaux de sécurité rétractables bien cachés derrière les appuie-têtes.

Capote

Essai-BMW-Serie-2-cabriolet-26La capote de la BMW Série 2 Cabriolet a été optimisée par rapport à la BMW Série 1 Cabriolet et on note l’apparition d’un nouveau mécanisme pliant. L’insonorisation a elle aussi été améliorée selon BMW : les bruits d’air sont réduits de 5 dB à l’avant et de 7 dB à l’arrière (une baisse de 3 dB correspond à une réduction de 50% de la perception du bruit).

Une fois le filet anti-remous en place, on peut rouler jusqu’à 140 km/h sans être gêné par le vent. Sa  manipulation est simplifiée. Petit détail qui impressionne toujours, il est possible d’ouvrir et de fermer la capote avec la clé grâce à l’Accès Confort optionnel.

[nextpage title= »BMW M235i Cabriolet »]

BMW M235i Cabriolet : première automobile M Performance décapotable

Essai-BMW-Serie-2-cabriolet-19Les motorisations disponibles au lancement sont :  M235i, 228i, 220i, 220d. Disons le tout de suite : au sein de la rédaction du Sport-Cars.fr, on a du mal à se faire à l’idée de marier un cabriolet et un moteur diesel. C’est pour cette raison que nous avons opté pour la M235i équipée du génial 6 cylindres (d’un autre côté, ce choix fut facilité par le fait que le service presse de la marque avait eu l’excellente idée de ne proposer que cette motorisation pour profiter des routes corses…)

En mode Eco Pro et Normal, le six en ligne sait se faire oublier pour n’offrir que sa rondeur et son couple, à l’image d’un gros matou ronronnant sur vos genoux. Il épargne votre compte en banque en consommant, selon BMW, 8,5 litres au cent.

Par contre, si l’envie vous en prend, passez en mode Sport ou Sport plus. Et là, le matou se libère. Sa réactivité change et il prend vite des tours. Sa sonorité se transforme et vous gratifie d’un son digne d’une voiture de course, que ce soit au ralenti ou au moment de tomber un rapport. Dans ce cas, il se charge de mettre un bon coup de gaz et on retrouve le son métallique proche de celui de la M3 E46. Un régal. Le mariage des 326 chevaux et de la boite automatique sport à 8 rapports frôle le 20/20.
Quel châssis !

[nextpage title= »Les motorisations »]

Les motorisations

Essai M235i-Cabriolet-22La Corse, cette île entourée d’eau (private joke), nous a offert le meilleur terrain de jeu pour tester notre monture. Virage après virage, la M235i offre une rigidité de premier plan. Le pare-brise est quasiment exempt de vibration et elle bondit sans sous virer, avec une neutralité bluffante qui peut passer au survirage si le conducteur le décide avec son pied droit. Et dans ce cas, tout est progressif et facile. Les freins ne faiblissent pas et on enchaîne les tours de manège. La direction est autoritaire grâce au train avant qui va là où elle lui dit d’aller. Il est soumis à nos moindres exigences. On se dit que c’est dommage que le réservoir se vide. Pourtant, même mené à la cravache, l’ordinateur de bord annonce 15 litres au cent en moyenne. C’est très raisonnable vu ce qu’on lui a demandé.

Vue d’ensemble des motorisations disponibles pour la BMW  Série 2 Cabriolet :

Essai-BMW-Serie-2-cabriolet-19– BMW 220i Cabriolet : quatre cylindres essence de deux litres, 184 ch/135 kW, 7,5 s de 0 à 100 km/h, Vmax 231 km/h, 6,5 l/100 km, émissions de CO2 : 152 g/km.

– BMW 228i Cabriolet : quatre cylindres essence de deux litres, 245 ch/180 kW, 6,1 s de 0 à 100 km/h, Vmax 250 km/h, 6,8 l/100 km, émissions de CO2 : 159 g/km.

– BMW M235i Cabriolet : six cylindres en ligne essence de trois litres, 326 ch/240 kW, 5,2 s de 0 à 100 km/h, Vmax 250 km/h, 8,5 l/100 km, émissions de CO2 : 199 g/km.

– BMW 220d Cabriolet : quatre cylindres Diesel de deux litres, 190 ch/140 kW, 7,5 s de 0 à 100 km/h, Vmax 225 km/h, 4,4 l/100 km, émissions de CO2 : 116 g/km.

Les valeurs de consommation et de CO2 sont calculées sur la base du cycle d’essai européen et dépendent des roues et pneumatiques choisis. La BMW 218i Cabriolet viendra enrichir l’offre d’entrée de gamme.

Pour les geeks

Essai M235i-Cabriolet-15La Série 2 cabriolet offre la mise à jour automatique des cartes de son système de navigation multimédia Professional (option) par le biais de la carte SIM intégrée au véhicule. Le service de conciergerie est très appréciable : l’agent du Centre d’Appel BMW trouve sur demande le bon restaurant ou le bon hôtel sur le lieu de destination. Il peut aussi vous envoyer le parcours pour y aller directement sur votre GPS.

Pour vous aider à conduire, il est possible de recourir au Pack Safety (qui combine l’Avertisseur de franchissement de ligne et l’Avertisseur de risque de collision avec Protection active des piétons et Système anti-collision à basse vitesse ainsi que le détecteur de somnolence) ou au  système de manœuvres automatiques « Park Assist » aide activement le conducteur à faire un créneau.

Enfin, la musique à la demande « Online Entertainment » offre un accès direct et illimité à plus de 22 millions de titres – sans recours à un smartphone.

[nextpage title= »L’Avis de Sport-Cars »]

Notre Avis

La M235i est-elle la plus passionnante de toute la gamme BMW ? On peut se poser la question car elle sait tout faire pour un prix très bien placé de 52 900 euros. Au point que l’on peut se demander s’il faut investir 88 600 euros pour une M4 cabriolet.

Essai-BMW-Serie-2-carbriolet-3

[nextpage title= »Galerie Photos »]

Galerie Photos

Texte et Photos : Philippe Hortail

* Pour le titre, voici le clip des Négresses Vertes.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=kFHw5HIoMag[/youtube]

 

Inscrivez-vous à la newsletter