L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Premier essai : la Ford Mustang Cabriolet Ecoboost débarque en Europe

Intro

Il n’a jamais été impossible de trouver à acheter une Mustang sur le sol français, mais elle est cette fois officiellement importée en Europe par le réseau Ford. Nous l’avons essayée avec son nouveau moteur 2.3, ne version cabriolet.

essai-mustang-2015-15

Quel amateur d’automobile n’a jamais rêvé de « cruiser » cheveux au vent, à bord d’une mythique Ford Mustang cabriolet ? Seulement voilà, avec son moteur V8 et le prix du sans-plomb dans l’Hexagone, l’acheteur rationnel hésitait…

Ford a alors résolu le problème de plusieurs manières. D’abord, en distribuant lui-même les voitures à travers un réseau de 200 Fordstores, des concessions améliorées, en Europe, dont 50 se trouvent en France. Il faut dire Ford compte vendre 800 Mustang en France, sur les 8 500 prévues pour l’Europe, car la belle sera toujours fabriquée dans la même usine, de l’autre côté de l’Atlantique. Ensuite, en lui offrant une motorisation plus « acceptable » pour le commun des mortels.

Un peu d’histoire

Lancée en avril 1964 aux Etats-Unis au tarif accessible de 2 368 $ la première Mustang est un succès immédiat : 22 000 bons de commandes signés le premier jour ! Il paraît même qu’un client a même dormi à la concession pour être sûr de l’avoir, le temps que son chèque soit encaissé… Neuf millions de Mustang vendues plus tard –l’objet n’est donc pas rare- la Mustang débarque en Europe avec un moteur taillé pour ce marché.

Mais que l’on ne s’y trompe pas : la belle américaine est aussi appréciée pour son moteur V8 velouté, et Ford indique que le gourmand bloc constitue tout de même 35  % des ventes. Le moteur le plus diffusé de la gamme sera donc le 2.3 Ecoboost,  un quatre-cylindres turbo développant 317 ch. La version Cabriolet, vendue 4 000 € de plus que le coupé (ce qui fait un prix d’attaque très compétitif à 35 000 € en coupé), devrait quant à elle représenter 25 % des immatriculations, la boîte automatique (+ 2 000 €) 20 %, toutes carrosseries confondues.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire