L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Ford Ranger 3.2 Wildtrack double cabine: Born in USA

Le pick-up a su traverser l’Atlantique ces dernières années pour s’installer sur le marché européen. En France, il y a un modèle qui fait la différence: le Ford Ranger. Ce pick-up est le plus vendu de France car il figure parmi les meilleurs et propose une large gamme, dont ce 3.2 diesel qui le fait sortir du rang strictement utilitaire.

Ford Ranger Wildtrack

Ford Ranger Wildtrack

Son succès est international et il reste le Number One aux Etats-Unis. Dans l’Hexagone, le segment des pick-ups est minoritaire (les cow-boys se font rares) car les artisans ont plutôt l’habitude de choisir des utilitaires type Renault Trafic.

Essai-ford-ranger-wildtrack 7

Ford Ranger Wildtrack

Mais de nombreuses PME, qui ont des besoins différents en fonction de leur activité ou de leur situation géographique (les vignerons dans le Var par exemple!), apprécient la fonctionnalité et la transmission intégrale de ces camionnettes civilisées au look souvent sympathique et aux possibilités de customisation étendues.

Extérieurement, hormis les marches-pieds bordés de métal et les barres de toit, notre modèle d’essai n’arbore pas de chrome que l’on aperçoit souvent sur ce genre de modèles. Mais il se pare de nombreuses pièces en plastique noir laqué qui affirment son caractère exotique tout en lui donnant une touche haut de gamme. Son look assez américain donne l’impression qu’il arrive tout droit de Detroit, Michigan, là où se trouve le siège de Ford.

Peinture brillante, jantes au dessin dynamique et couvre-benne finissent de donner un style loisir au Ranger, qui est aussi acheté par des utilisateurs privés ou des passionnés de tout ce qui est du style « US », souvent passionnés de sport nautiques ou de quad, et qui ont besoin d’un modèle logeable mais également capable de tracter de lourdes charges.

[nextpage title= »Ford Ranger: US même à l’intérieur »]

L’Amérique est aussi à l’intérieur

Ford Ranger Wildtrack

Ford Ranger Wildtrack

Amoureux des beaux matériaux rembourrés, assemblés au millimètre et d’une finition léchée, passez votre chemin. Le Ford Ranger, qui figure plutôt bien dans une catégorie où l’aspect utilitaire domine aussi dans l’habitacle, n’offre pas le côté luxueux que l’on peut trouver à bord d’une grande berline ou d’une voiture répondant totalement aux exigences européennes.

Pas d’apparence haut de gamme à l’intérieur mais un équipement complet : cette série spéciale Wildtrack dispose de toutes les fonctions de confort que l’on peut attendre d’un véhicule de ce prix avec même une caméra de recul dont l’écran se situe dans une partie du rétroviseur central, lequel reprend la totalité de sa surface utile lorsqu’on repasse en marche avant.

A l’arrière, la double cabine ne relève pas du dépannage mais n’offre par le même niveau de confort qu’à l’avant. La sellerie, bien que recouverte de cuir et agrémentée de coutures colorées est mince, plus sommaire car moins dessinée, et les dossiers sont assez droits et non réglables puisque la paroi –en partie vitrée- de la cabine est située juste derrière. La banquette est capable de recevoir trois personnes mais il vaudra mieux y séjourner à deux, notamment si le trajet est long.

[nextpage title= »La polyvalence du Ford Ranger »]

Polyvalence d’usage

Ford Ranger Wildtrack

Ford Ranger Wildtrack

Certes, ses amortisseurs à lames rendent la conduite moins précise, tout comme la tenue de route. Mais si cette technologie de conception ancienne n’existe plus dans l’univers des 4X4 purs et durs, elle se perpétue chez les pick-ups, dont les bennes supportent de lourdes charges, permettant aussi d’évoluer plus facilement dans des chemins pierreux voire de montagne, là où sont aussi beaucoup utilisés ces véhicules dans un cadre professionnel.

Sur route, nous retiendrons surtout la rondeur de la mécanique (5 cylindres diesel, 3,2 litres de cylindrée) qui convient bien à la boîte de vitesse automatique à six rapports, et le niveau de puissance – 200 ch pour 470 Nm de couple -, suffisants pour évoluer sur tous les types de route, malgré les dimensions (5,36 m de long pour 1,85 m de large) et le poids (plus de 2,2 tonnes). Les quatre roues motrices et le blocage de différentiel permettent, quant à eux, d’aller se promener ou d’intervenir dans des zones plus difficiles d’accès.

[nextpage title= »L’Avis de Sport-Cars »]

Notre Avis

Cette version Wildtrack profite d’un look et d’un niveau d’équipement dont il ne faut pas se priver, tout comme la motorisation à cinq cylindres diesel, qui coûte certes plus cher à l’achat (41 500 € avec la boîte automatique et le couvre-benne) et en taxe sur les véhicules de société, mais qui donne le change en termes d’agrément d’utilisation. Il se positionne plutôt bien vis à vis de la concurrence. Cantonné à un petit marché en France, le pick-up se démocratise petit à petit, et les acteurs du secteur sont de plus en plus nombreux. Le dernier né, le Volkswagen Amarok constitue, avec le Toyota Hi Lux et ce Ford Ranger, les trois meilleures offres du segment.

Les plus

-Look sympa

-Niveau d’équipement

-Pratique à la campagne

Les moins

-Comportement routier médiocre

-Finition aléatoire

-Amortisseurs à lames

[nextpage title= »Fiche technique »]

Fiche technique Ford Ranger Wildtrak

Moteur : 5 cylindres en ligne 3198 cm³ diesel
Puissance : 200 ch à 3000 tr/min
Couple : 470 Nm à 1500 tr/min

Performance: 0 à 100 km/h : 10,4 secondes

Transmission : Quatre roues motrices
Boite de vitesses : Automatique à 6 rapports
Pneus : 265/60/18 AV – 265/60/18 AR
Freins Avant : Disques ventilés
Freins Arrière : Disques

Dimensions (mm) : Longueur (5360)/ Largeur (1850)/ Hauteur (1820)

Poids : 2230 kg

Consommation Urbaine : 13,1 l/100 km
Consommation Extra-Urbaine : 8,9 l/100 km
Consommation Mixte : 10,4 l/100 km

Capacité Réservoir : 80 litres

[nextpage title= »Galerie Photos »]

Galerie Photos

Texte et photos: Didier Laurent

 

Inscrivez-vous à la newsletter