L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Mégane dCi 110 EDC6 : Bilan mitigé.

Renault a profité du salon de Genève pour présenter la nouvelle mouture de la Mégane Coupé, « collection 2012 ». Un restyling qui s’accompagne d’une nouvelle boite double embrayage. Nous l’avons testé et sommes arrivés à un bilan mitigé.

Prenons le temps

essai Megane coupé Collection 2012 EDC 17A première vue, quand on découvre la Mégane coupé 2012, les neurones s’accordent pour penser que l’on va prendre le volant d’une voiture à tendance sportive. La face avant a été modernisée et reçoit des LED et de nouvelles jantes sont de la partie. A l’intérieur, une nouvelle sellerie nous tend les bras avec des sièges au dessin sportif… Revient alors à l’esprit le Mégane RS testée ici… Contact. Heu… on l’entend bien le diesel. On passe la boite EDC en mode « Drive » et on accélère. Re Heu… 110 chevaux dit la fiche technique, c’est bien ça. Aie. Autant vous le dire tout de suite, cette version n’a de sportive que l’apparence ! Les relances sont poussives (à savoir au moment de doubler) même si la boite rétrograde rapidement pour aller chercher le meilleur rapport. Cela ne s’améliore pas en accélération, car le 0-100 km/h est avalé en 11.7 secondes selon les chiffres officiels, contre 10.8 en boite mécanique, et cela malgré un étagement plus serré des rapports en EDC. Le 1000 m DA demande 33.2 secondes (contre 32.7 secondes pour la « méca »).

Bref, il faut prendre son temps… On se dit alors que l’on pourra se rattraper côté consommations. Que nenni mon bon ami ! Si Renault annonce un illusoire 4.2 litres au 100 en cycle complet, il vous faut compter au minimum sur 6.5 litres en rythme « un sous c’est un sous » et 7.5 litres à allure classique. Il faut cependant noter que la version à boite manuelle annonce, selon le constructeur, 4.4 litres au 100 dans le même exercice.

Boite EDC En Dessous.

L’autre nouveauté réside dans la boite EDC6. Première déception : l’absence essai Megane coupé Collection 2012 EDC 14de palettes au volant, indisponibles même en option. A l’usage, on reste en mode automatique car le mode manuel, avec impulsion sur le levier de vitesse, est « à l’envers. » Ce n’est pas la première fois que je peste contre un tel sens de fonctionnement où il faut pousser pour monter un rapport alors que l’on accélère et que le bras est projeté en arrière et tirer quand on rétrograde alors que dans ce cas on est attiré vers la console centrale.

A l’usage, la boite est douce et le passage se fait sans aucun à-coup. Par contre, il peut arriver que, par exemple, au moment d’aborder un rond-point, alors que la boite va rentrer un rapport et que l’on souhaite se relancer, elle hésite et mette du temps à réagir, laissant le conducteur un peu seul…

Châssis toujours au top

Dans ce tableau mitigé, il reste à la Mégane coupé une qualité importante : son châssis sportif et sain. On aime pouvoir la placer sur de francs appuis sans avoir à s’inquiéter de sa réaction. La direction est précise et douce. Les freins ne faiblissent pas (faut dire aussi qu’on arrive pas très vite…) et l’attaque à la pédale est agréable et si le moteur est présent en face de démarrage, il se fait discret par la suite.

Equipement

 

essai Megane coupé Collection 2012 EDC 21La Mégane « Collection 2012 » adopte le Visio System qui est constitué d’une caméra fixée sur le pare-brise derrière le rétroviseur intérieur. Ainsi parée, la voiture assure seule la commutation automatique feux de route/feux de croisement et se charge de vous alerter en cas de sortie de voie. Les feux de route s’allument automatiquement à partir de 45 km/h si la luminosité extérieure est faible et qu’aucun autre véhicule ou éclairage n’est détecté. Cet automatisme permet de circuler 4 à 5 fois plus longtemps en feux de route.

Un nouveau système d’aide au démarrage en côte fait son apparition. Associé au frein de parking assisté, il maintient la pression sur les freins pendant quelques secondes, le temps pour le conducteur d’embrayer sans que son véhicule recule. A l’usage, pour les manœuvres nécessitant un dosage fin (créneau en pente par exemple), il faut faire attention à ne pas trop accélérer car la boite EDC embraye alors, le frein se retire et on est alors obligé de relâcher la pédale de droite, voire d’utiliser celle du centre…

On apprécie aussi le système d’aide au parking qui reçoit une caméra arrière qui permet au conducteur de visualiser précisément l’environnement immédiat de son véhicule et sa trajectoire afin d’ajuster sa manœuvre.

Enfin, le système Bose qui équipait notre Mégane justifie, pour les amateurs de son, de privilégier cette finition.

Conclusion :

Rendez-moi la RS ! Car pour un écart de prix de 2 300 euros seulement (29 950 contre 27 650 euros pour la dCi), vous aurez le ramage ET le plumage. Certes les coûts d’utilisation sont supérieurs, mais la RS le vaut bien !

Texte et photos : Philippe HORTAIL

[flickr_set id= »72157629744740272″ thumbnail= »square » overlay= »true » size= »original »]