L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai – Mégane RS,

La Mégane RS répond à une attente toujours très présente parmi les amateurs de voiture de sport descendantes des GTI et autres 16 soupapes dont le marché est passé de 10 700 voiture en France en 2001 à 32 800 en 2008 ! Et s’ils ne seront pas deçus par la ligne et la technologie, ils se diront que 250 chevaux sont le minimum pour cette nouvelle mouture, tant le chassis est agréable. En route !

essai-Megane-RS-2009-46

Objectif : faire moins que 8 minutes 17 secondes au Nurburgring.

L’ancienne Mégane RS, dans sa dernière version R26R, avait réalisé un temps de 8 mn 17 s sur la boucle nord du fameux circuit allemand, détenant par la même occasion le record de la catégorie (non officielle) « deux roues motrices avant 2.o l turbo« . La nouvelle tentera de faire mieux. Mais sur quoi pourra-t-elle s’appuyer ?

Tout d’abord sur son moteur, revu profondément par rapport à l’ancien (nouveau turbo; 25% de pièces nouvelles). Il développe 250 chevaux et le couple atteint 340 Nm à 3 000 tr/mn (dont 80% sont disponibles dès 1 900 tr/mn). Il permet à la Mégane RS d’expédier le 0-100 km/h en 6.1 secondes, de franchir la borne des 400 mètres départ arrêté en 14.1 secondes et celle du kilomètre en 25.7 secondes (données constructeur).

Pour mémoire, la R26R réalisait (dans le même ordre) 6.5 , 14.5  et 26.8 secondes. Il y a donc un progrès en terme de performances.

Ensuite, elle pourra miser sur son poids : sans options, il commence à 1 387 kilos, contre 1 356 kilos pour la R26R.

Essai Megane RS 2009 44 Essai Megane RS 2009 35

Enfin, c’est le chassis qui devrait enfoncer le clou. Et, cerise sur le gâteau, vous pourrez choisir entre deux configurations ! Soit celui appelé « Sport« , (la Mégane grise sur nos photos) qui bénéficie d’un tarage spécifique des amortisseurs, d’une barre anti-roulis de 23 mm de diamètre et de freins Brembo avec étriers 4 pistons.

Soit le « Cup » (la Mégane jaune), plus radical et destinés aux adeptes de sorties sur circuit. Par rapport au châssis « Sport« , la barre anti-roulis est de plus grand diamètre (24.2 mm), les suspensions sont plus fermes, les freins Brembo sont rainurés et peints en rouge. Mais c’est surtout le différentiel à glissement limité qui apporte un gros avantage. Et son efficacité est réelle ! En effet, nous avons pu mesurer sur le circuit du Laquais un 0-100 km/h avec le système électronique embarqué (voir plus loin) en 7.05 secondes sans anti-patinage (7.27 avec !). Vous me direz « bravo ! mais elle est donnée pour 6.1 secondes sur cet exercice ! » Je vous répondrai qu’il faisait froid et que la pluie commençait à tomber ! D’autres questions ?

Essai Megane RS 2009 26 Essai Megane RS 2009 23

Le 0-100 km/h en 7.05 (le 0-400m n’est pas fini sur la photo, le temps n’est pas à considérer)

Notre test sur le circuit du Laquais (en mode off, voir ci-dessous) nous amène à considérer que le base est bonne, la voiture réagissant correctement et de façon prévenante. Le sous-virage est présent mais une dérive se provoque aisément et se contrôle tout aussi facilement ! Vous prendrez du plaisir à piloter cette nouvelle Mégane RS. Le  Laquais n’est pas un circuit qui permet de solliciter beaucoup les freins, mais l’attaque est franche. Pour l’endurance, il nous faudra une nouvelle prise en main.

Un bémol : pour ma part (41/42 en pointure…) je n’arrivais pas, sans me déboiter le genou, à faire un talon pointe !

Notre version d’essai circuit recevait de superbes Recaro que je vous recommande car ils offrent une tenue que les sièges sport de base n’apportent pas (et en plus ces derniers me gênaient pour passer les rapports, mon coude étant bloqué contre le renfort latéral du dossier). Et puis cela fera toujours quelques kilos de moins !

Au final, Renault annonce 1 seconde de mieux au kilomètre sur le HTTT Paul Ricard. De là à dire que le nouveau temps au Nurburgring sera amélioré de 20.6 secondes (la longueur de la boucle nord est de 20.6 kilomètres) il y a un pas que nous ne franchirons pas pour le moment, car nous préférons attendre le test réel.

Technologie embarquée : RS Dynamic Management et RS monitor…

Le marketing est passé par là et nous allons vous apporter des éclaircissements.

Le Renault Sport Dynamic Management qui est un outil qui permet au conducteur de choisir son niveau d’assistance électronique au pilotage. Il y a le mode « On » (connecté à tout démarrage) qui met à votre disposition l’ESP (contrôle de stabilité), l’ASR (antipatinage) et l’AFU (Aide au Freinage d’Urgence). Là, vous êtes hyper assisté et les puces électroniques veillent sur votre sécurité.

Essai Megane RS 2009 11 Essai Megane RS 2009 10

Free Laptops For Students

Vous pouvez aussi enclencher le mode « Sport » qui dispose d’un ESP dont le seuil d’intervention est repoussé et permet à la voiture un certain angle de dérive. Il n’intervient que lorsque la dérive a dépassé ce seuil (et avant qu’il ne soit trop tard… enfin si possible !) L’ASR et l’AFU restent actifs.

Enfin, il y a le mode « Off », pour un pilotage de puriste, sans assistance et avec une cartographie de pédale des gaz qui permet une réponse instantanée du moteur.

Le Renault Sport Monitor donne des informations via différents capteurs. Vous pourrez ainsi faire apparaître des indicateurs de sollicitation des principaux organes moteurs (pression de turbo, température d’huile, pression de freinage, couple, puissance), un diagramme qui présente les accélérations latérales et longitudinales, un chronomètre avec mémorisation des temps réalisés et enfin une mesure du 400 m départ arrêté (mais pas le mille mètres) et du 0-100 km/h.

Essai Megane RS 2009 29 Essai Megane RS 2009 28

A l’usage, sur un circuit, vos yeux ne se porteront pas sur cet écran car vous n’en aurez pas le temps… Dommage qu’un affichage tête haute ne soit pas disponible et que l’on ne puisse pas, comme sur une Ducati, connecter un ordinateur portable et recueillir des données pour les étudier tranquillement, voire les comparer avec celles d’une autre Mégane RS.

Au final :

Une jolie ligne, un effort de présentation (la sortie d’échappement rappelle une Lamborghini !), un châssis performant , un moteur agréable à défaut d’être rageur, de bonnes performances… Il n’y a pas grand chose à reprocher à cette Mégane RS. Un bruit plus présent et un pédalier mieux disposé permettraient de s’approcher d’un sans faute !

Mais quelque chose me laisse penser que dans quelques temps, une version plus radicale (une Gordini ?) devrait faire son apparition… Wait and see…

Les données de la R26R sont tirées du site Zeperfs.com

Le site de la nouvelle Mégane RS

Essai réalisé en partenariat avec La Provence.com

Voir toutes les photos en mode diaporama.

[flickr_set id= »72157622753343112″ thumbnail= »square » overlay= »true » size= »original »]

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire