L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai MINI Cooper S: toujours joueuse mais plus enrobée

MINI renouvelle sa gamme. Après le succès de la dernière génération, il était important pour cette marque de proposer un nouveau modèle tout en conservant son style si particulier qui a fait son succès.

Essai MINI Cooper S 36

Comme les Brésiliennes, elle a su développer ses rondeurs à bon escient. Sa silhouette s’est allongée, élargie et arrondie par rapport à ses devancières mais son look unique de petite bombe inimitable est toujours là.

MINI FT  1

Essai MINI Cooper S 24Une MINI qui vous va bien au teint. On le sait aujourd’hui la petite citadine à la double nationalité anglo-allemande séduit autant madame que monsieur. Elle plaît pour son côté personnalisable et son style très moderne, mais aussi pour le plaisir de conduire grâce à ses performances et son esprit kart. Le groupe BMW aurait pu enlever son identité à la marque britannique mais au lieu de cela, il a su conserver ce qui faisait son succès et lui apporter  toute son expérience et sa technologie. Un duo gagnant.

Lors de notre essai à Barcelone, nous avons pu tester la MINI Cooper S, la version sportive de petit bolide personnalisable.

 Une  MINI toujours aussi ludique

Essai MINI Cooper S 26Esthétiquement, avec ses imposants optiques à LEDs et sa calandre rieuse, la nouvelle MINI pourrait faire partie du casting de « Cars », le dessin-animé de Disney. En effet, la nouvelle MINI a une bonne « bouille » et son style arrondi  la rend encore plus fun. L’avant s’étire de 5,8 cm pour plus d’aérodynamique et intègre ainsi un capot actif pour limiter les dommages corporels lors de chocs piétons. On conserve également le thème les « roues aux 4 coins de l’auto « .

Essai MINI Cooper S 18Pour cet essai, il y avait des Cooper et des Cooper S. Et lorsqu’on regarde plus attentivement leur look, si globalement les deux se ressemblent, on constate quelques différences. La MINI Cooper S que nous allons prendre « respire mieux » avec une sortie d’air sur le capot et deux autre en bas de la calandre. A l’arrière pour ajouter la notion de sportivité de la S, un becquet et un double pot central dans le bas de caisse. Enfin, la nerveuse de la gamme s’allonge par rapport à la Cooper (3 821 millimètres contre 3 850 millimètres pour la S). Si par rapport à la deuxième génération, la nouvelle MINI by BMW Group a déjà pris de la taille, la version S est en mode « toujours plus ».

[nextpage title= »La MINI Cooper S inside »]

Découvrons à présent ce que la MINI Cooper S cache à l’intérieur.

Habitacle fun mais gain de place limité 

Essai MINI Cooper S 81Dans la continuité de son design extérieur, la nouvelle MINI se veut toujours aussi ludique.  A noter, que les erreurs du passé ont été gommées. Fini les boutons des vitres électriques au centre, les voilà de retour sur les portières. De même pour le compteur qui était également placé au centre du tableau de bord, il revient devant la position du conducteur pour son plus grand confort. Outil optionnel mais ô combien appréciable sur le modèle que nous avons essayé, l’affichage tête haute. Celui-ci se fait par une petite vitre qui se soulève lorsque vous démarrez la voiture, installée juste devant le volant. Il est même réglable en fonction de la position du conducteur par l’intermédiaire de la molette tactile à côté du frein à main.

Sur la colonne centrale on retrouve le fameux anneau lumineux qui intègre toutes les fonctions de la voiture y compris le GPS. Essai MINI Cooper S 61En fonction du mode que vous utilisez (SPORT, MIDDLE ou GREEN) l’anneau change de couleur (rouge, jaune, vert). Le pare brise reste toujours aussi droit et l’on conserve le toit flottant. Notre modèle bénéficie du toit ouvrant qui apporte un vrai plus en terme de luminosité mais se veut plutôt bruyant même à une vitesse raisonnable. Pour l’espace, à l’avant, force est de reconnaître que l’augmentation de ses volumes joue un rôle positif.  Près de 10 cm de long —dont presque 3 cm au niveau de l’empattement— et 4,4 cm de large ont été ajoutés pour améliorer le confort des occupants. Essai MINI Cooper S 62Cependant, nous constatons que mon confrère qui mesure  1m88 ne laisse que peu d’espace au passager qui se trouve derrière lui même si l’espace aux épaules augmente de près de 8 cm et l’assise plus creusée libère aussi 2,3 cm de plus aux jambes. Il ne faut pas se mentir, une MINI Cooper est prévue pour un voyage en duo ou avec un enfant. La qualité des matériaux est toujours soignée et le design arrondi respecte l’esprit MINI, BMW n’ayant pas voulu changer cela. Le bouton start and stop inspiré de l’aéronautique ajoute encore un peu plus de fantaisie à un modèle qui n’en manque pas. Les sièges bacquets épousent bien le corps et offrent un bon maintien. Toutefois, les coudes peuvent se retrouver quelque peu bloqués suivant les manoeuvres.

Essai MINI Cooper S 58

Essai MINI Cooper S 63Ouvrons le coffre à présent. L’augmentation du volume est significatif car il affiche désormais 211 litres, soit 51 litres de plus qu’auparavant selon le constructeur. Mais cela est vrai lorsque les deux dossiers de la banquette 60-40 sont inclinés à angle droit pour améliorer l’agencement des bagages. Donc sans personne à l’arrière. Cependant le coffre caché situé sous le plateau offre un volume supplémentaire très utile. Une fois la banquette arrière rabattue, nous avons pu remarquer que la MINI offrait un sol totalement plat ce qui est appréciable.

Toutes ses modifications qui rendent globalement la MINI plus spacieuse sont dues à la nouvelle plateforme UKL mise en place par BMW. Elle est la première à tester cette nouvelle infrastructure avec la BMW Série 2 Active Tourer.

Si la demoiselle grandit et s’élargit, elle parvient à perdre du poids (1 160 kg à vide contre 1 205 kg sur l’ancienne version).

[nextpage title= »La motorisation au niveau »]

La motorisation: Un 4 cylindres qui en a encore sous le pied

Essai MINI Cooper S 73

Les One et Cooper bénéficient de l’évolution des moteurs BMW avec le 3 cylindres. Mais pour la MINI Cooper S que nous avons testée, il s’agit bien d’un 4 cylindres 2l essence développant 192 ch de puissance pour un couple de 280 Nm (300 avec l’Overboost). Le 0 à 100 km/h est avalé en 6,7s contre 7s et la vitesse de pointe atteinte à 235 km/h. Ne nous mentons pas, ce bloc moteur a des possibilités bien plus importantes mais il ne les révélera que sur les John Cooper Works ou les GP.  Nous avions fait le choix de la boite manuelle six vitesses pour notre essai.

Après avoir quitté l’aéroport, nous avons pu prendre la pleine mesure de son potentiel en partant au nord est de Barcelone dans les collines surplombant la mer. La boîte de vitesse dispose d’un bon étagement et  se veut plutôt agréable dans les changements de rapports. Si la différence en ville n’est pas frappante entre le mode MIDDLE et GREEN en ville, les sensations sont tout autre en mode sport. Les suspensions sont nettement plus dures, le moindre dos d’âne est bien ressenti. Sur autoroute, vu qu’il est difficile de mettre les gaz, le mode MIDDLE convient parfaitement. Mais si vous voulez vous faire plaisir sur les petites routes, passez en mode SPORT. Présent sur les trois versions, One, Cooper et Cooper S, lorsqu’on rétrograde en mode SPORT, la voiture remet naturellement un coût de gaz, ce qui est très plaisant et améliore une fois encore le plaisir de conduire. Le son dégagé est un pur plaisir notamment lorsque la MINI pétarade au rétrogradage. A noter son bon comportement à bas régime.

Nerveuse juste comme il faut, on regrette cependant le choix des pneumatiques, des Michelin Primacy, qui manquent un peu de grip.

Alors que le constructeur annonce une consommation moyenne de 6 l/100 km, à la fin de notre essai nous étions plus proches des 9 litres. Mais il faut être honnête, nous avons voulu tester tout le potentiel de la voiture. Le mode GREEN en ville permet réellement de diminuer la consommation.  Si tous les autres modèles de la gamme échappe au malus, la Cooper S n’y échappe pas entre 150 et 250 euros.

La technologie BMW fait son apparition comme par exemple sur le régulateur de vitesse adaptatif qui se règle de 20 à 140 km/h avec l’option « distance de sécurité ». Cela vous évite de freiner si un automobiliste roule plus doucement devant vous. La voiture ralentit alors automatiquement, en laissant une distance de sécurité entre vous et la voiture qui vous précède.  Sur le modèle essayé, nous disposions également de la caméra de recul et d’une aide au stationnement avant et arrière.

Essai MINI Cooper S 90

[nextpage title= »Les tarifs »]

Des tarifs stables

Si la motorisation a évolué, les dimensions augmenté, et la technologie développée, la  nouvelle MINI ne transige pas sur son identité et sur son prix. BMW réussit le coup de force de proposer plus mais au même prix. Comme la nouvelle version du Duster chez Dacia, la nouvelle MINI offre toujours plus. Attention, nous parlons bien entendu du prix de base. Car chez cette demoiselle, le client veut plus que plus en achetant une voiture en accord avec ses goûts et son image.

Notre modèle, la MINI Cooper S Pack Red Hot Chili a  un prix de départ de 27 550 € mais une fois personnalisée, elle devrait logiquement dépasser les 30 000  €.

MINI FT  3

MINI FT  2

[nextpage title= »Les plus et les moins »]

Les plus

– La motorisation

-La boîte manuelle

-Le look

-Le coup de gaz au rétrogradage

-Le plaisir de conduire

Les moins

-Le confort même s’il a été amélioré

-Le toit trop avancé, gênant notamment au feu rouge.

-Le choix des pneumatiques

– Le toit ouvrant trop bruyant.

[nextpage title= »Les photos »]

Inscrivez-vous à la newsletter