L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Toyota GT 86 : La joie est de retour !

Les voitures hybrides, c’est bon pour notre environnement et nous en sommes ravis chez Sport-cars.fr. Mais les voitures de sport, c’est bon pour le moral ! Et ça compte beaucoup, le moral. Si par le passé de Toyota donnait le sourire aux amateurs de voitures de sport grâce à certains modèles comme les 2000GT, Corolla Levin AE86, Celica, Supra, MR, depuis quelques années, c’était le calme plat au sein de la gamme du constructeur japonais. Et puis voici que l’on a découvert la Gt86. Un coupé de 200 chevaux, léger, avec les roues arrière motrice parfait pour la glisse !

Le sport en héritage

La GT86 doit son nom à la Corolla Levin AE86 pour son côté ludique et à la GT 2000 pour l’inspiration de sa ligne. Cette dernière est pour le moins réussie ! Vue de l’arrière, on pense tout de suite à un rôle pour le prochain « Fast and Furious »  avec son aileron dans un esprit manga et ses deux grosses sorties d’échappement de 86mm de diamètre.

Basse (1.285 m), trapue avec ses ailes arrières proéminentes, elle offre une face avant agressive « juste comme il faut« .

A l’intérieur, on apprécie la position de conduite au ras du sol, le petit levier de vitesses qui tombe bien sous la main et le fait de disposer de deux places d’appoints pour des enfants par exemple. Avec un coffre assez grand, on peut même partir en weekend en famille ! Le design du tableau de bord est réussi avec les petits boutons basculeurs et le gros compte-tours à fond blanc placé dans le champ de vision. Par contre, le grand panneau qui court le long du tableau de bord et qui est scindé en deux aurait mérité un meilleur ajustage…

Moteur rageur

Fruit d’une collaboration avec Subaru, le moteur associe un 2 litres essence “boxer” à 4 cylindres à plat et la technologie d’injection D-4S Toyota. Avec un rapport carré alésage-course de 86 mm x 86 mm (d’où aussi le nom de la voiture), le bloc, à la sonorité agréable même si elle manque de noblesse, offre une puissance maximale de 200 chevaux à 7 000 tr/mn et un couple de 205 Nm à 4 400 tr/mn. Au compte-tours, un témoin rouge s’allume à partir de 6.300 tr/min pour signaler au conducteur le régime optimal de montée des rapports.

La vitesse de pointe est de 221 km/h et le 0-100 km/h demande 7.7 secondes. De bonnes performances réalisées aussi grâce à un poids contenu de seulement 1 200 kilos en ordre de marche.

Lors de notre périple, qui a alterné passage sur circuit au Géoparc (merci Florian et Steeve !) et conduite tranquille, la consommation atteignait 10 litres au cent kilomètres en moyenne.

Comportement très plaisant

Le GT 86 affiche un dynamisme qui met en confiance. Pas piégeur, il permet certaines fantaisies et le pilote peut compter sur un freinage endurant et efficace. Il est possible de garder toutes les puces savantes en activité pour rouler en toute sécurité.

Mais vous pourrez aussi déconnecter partiellement le contrôle de stabilité qui autorise des (petites) dérives. Pour arriver à faire de belles et grandes glisses sur un circuit, il sera nécessaire d’appuyer quelques secondes sur le bon bouton pour être libre de faire que vous voulez (ou pouvez, c’est selon…) Dans ce cas, on profite de la propulsion et du plaisir qui va avec !

A son gabarit taillé compact (longueur de 4,240 m et largeur de 1,775 m), la Toyota GT86 ajoute un  empattement de 2,570 m et une répartition des masses de 53/47 % qui invitent au drift car cela permet un bon contrôle du transfert des masses. Les suspensions sont fermes mais pas inconfortables malgré des jantes de 17 pouces qui rendent hommage à celles « Black Racing » de l’AE86.

« Les ingénieurs Toyota ayant établi que le potentiel dynamique de la GT86 ne devait pas reposer sur des pneus hautes performances, elle est chaussée de pneus de 17 » identiques à ceux de la Prius » dit le dossier presse. Toutefois « les pneus de Prius permettront aux clients qui passeront ensuite à des pneus hautes performances d’apprécier à leur juste valeur les performances de la voiture elle-même. » Heu… Pourquoi se priver de pneus hautes performances sur une telle auto ???

Au moment de passer commande, vous aurez le choix entre une boîte manuelle ou automatique avec palettes au volant, toutes deux à six vitesses. Si la première offre des verrouillages fermes, courts et précis, la seconde provoque une baisse des performances(-10 km/h en vitesse maximale et +0.7 secondes sur le 0-100 km/h).

Conclusion

Toyota réussi ici un coupé sportif qui, pour seulement 29 900 euros hors options, vous offrira déjà pas mal de sensations. On se met à espérer (mais ce n’est pas inenvisageable selon Toyota) l’arrivée d’une version équipée d’un turbo et de 270 chevaux.

Remerciements à Florian et à Steeve pour leur accueil dans l’enceinte du circuit du Geoparc où ils s’occupent de stages de pilotages très sympas !! Allez voir par ici.

Texte et photos : Philippe HORTAIL