L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai : Volvo V90 T6 AWD Inscription Luxe : changement de cap

Intro

Le constructeur suédois poursuit son offensive sur le segment du haut de gamme avec un nouveau break qui change de codes esthétiques. Le V90 continue de surfer sur la vague du XC90 et de la nouvelle berline S90 dont il partage les entrailles techniques.

Depuis le lancement du Duett, en 1953, Volvo a vendu plus de six millions de breaks à travers le monde, soit un peu plus du tiers de sa production totale. Impressionnant, surtout pour un constructeur né en 1927. Chic mais pas arrogant, technique et sécurisant, le break Volvo permet de rouler différent à celui qui ne veut pas s’afficher à bord d’un premium allemand.

Que ce soit le 221 « Amazon » en 1962, le P1800 ES en 1971, ou le 244 et son arrière carré, en 1974, beaucoup de ces modèles particuliers ont marqué leur époque. Et si le 244 a été le premier break de l’histoire à adopter un moteur turbo (alors appelé 245), le 960, lancé en 1990, a quant à lui été le dernier de la marque à recevoir une transmission aux roues arrière.

Aujourd’hui, le V90 remplace le V70, né en 2007, tout en reprenant une appellation née il y a 20 ans à l’occasion du restylage du 960. Et si le V70 constituait jusqu’alors une alternative moins démonstrative et plus accessible aux Audi A6 Avant, BMW Série 5 Touring et Mercedes Classe E Break, le V90 s’affiche comme un concurrent direct. Adieu le coffre carré et le côté décalé, bonjour la montée en gamme et la connectivité.

Quatre cylindres, 320 ch en T6

Issu de la nouvelle politique instaurée par Volvo en 2013, la palette de motorisations de la série 90 propose une architecture mécanique unique à 4 cylindres de deux litres, en essence comme en diesel. Ensuite, c’est le mode de suralimentation qui fait la différence, selon les versions : turbo pour les blocs à essence, double turbo et système PowerPulse (de l’air comprimé injecté dans le turbo basse pression pour gagner de la puissance à bas régime) sur les diesels, ou un moteur électrique de 65 kW (87 ch) ajouté sur le train arrière afin de constituer une livrée T8 hybride rechargeable.

(Pour les pièces détachées pas cher voir www.123piecesderechange.fr).

Au final, sur la base du même bloc de 1 969  cm3, le V90 pourra offrir d’ici la fin de l’année, en essence ou en diesel, jusqu’à 6 niveaux de puissance (de 150 ch à 407 ch, contre 190 ch à 320 ch actuellement),  proposer 10 versions par le jeu des transmissions, le tout agrémenté de trois niveaux de finition.

Pour le moment, la version de pointe est donc cette T6 AWD, qui culmine à 320 ch avec l’aide d’un turbo, le tout confié à une transmission intégrale et à une boîte de vitesses automatique Geartronic à 8 rapports.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire