L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

LMS – Victoire avec Applewood seven !

La Formula Le Mans Oreca , je vous en ai parlé ici (présentation) et ici (course) et comme vous le savez, mon blog n’a pas pour vocation de vous donner les résultats complets de la course des « 8 heures du Castellet » qui s’est déroulée ce week-end (je vous invite à voir cela sur le très complet site Pitlane-vision.com) mais je me suis immergé dans un team afin de vivre, de l’intérieur, une compétition. Et je me suis pris au jeu parce que le team Applewood Seven est une équipe attachante. Pourquoi ? Je vais tenter de vous l’expliquer…

le mans series paul Ricard Applewood 33

Bruno Toulemonde et fils, David, Ross et Cie.

le mans series paul Ricard Applewood 50Bruno Toulemonde est un Team Manager qui, comme beaucoup d’autres dans le monde de l’autole mans series paul Ricard Applewood 48mobile, est un passionné. Mais à la différence de certains, il fait partager les sentiments que lui procure sa passion et vous accueille volontiers. Et comme cela semble être dans ses gènes, son fils Damien, pilote, est lui aussi tout de suite dans le coup quand il s’agit de vous parler de la façon dont la Formula Le Mans Oreca se comporte et se pilote.

Ross Zampatti est un Australien.le mans series paul Ricard Applewood 56 Il découvrait dans un même week-end, non le mans series paul Ricard Applewood 11seulement la Formula Le Mans Oreca, mais aussi le circuit Paul Ricard et la compétition en Le Mans Series. Pour un coup d’essai, il a brillamment réussi à compléter le trio de pilote dont le dernier est David Zollinger. Nous aurons l’occasion de reparler de lui car il fait partie des pilotes que nous suivrons tout au long de la saison.

Préparation.

Ce qui est frappant lorsque l’on échange avec Damien et David, c’est l’unité et le respect qui les anime l’un vers l’autre. Si certains équipiers peuvent aller jusqu’à se détester cordialement, eux s’apprécient depuis que David a remporté le championnat 2007 – 2008 en sprint proto devant… Damien Toulemonde !  Leur bagarre a fait naître un respect réciproque et une amitié au point que, en 2009, lorsqu’un programme en Formula Le Mans est monté  par Bruno Toulemonde, David et Damien sont équipiers et cela se solde par une troisième place. Et l’intégration en Le Mans Séries en 2010 de leur voiture leur offre un très beau programme. Une sorte d’apprentissage avant, on l’espère, le grand saut en 2011 vers une course en plus de celles de cette année : les mythiques 24H du Mans. Mais il faut savoir qu’en terme de coût, cette épreuve mythique impose un doublement du budget !

Dans le cadre du Le Mans series, la grande nouveauté pour nos trois pilotes est la présence des LMP1 (Audi, Peugeot, Aston Martin…), LMP2 (Oak racing sur Pescarolo Judd, RML sur Lola HPD coupé, Race Performance sur Radical SR9 Judd…), LM GT1 (une seule voiture engagée !) et LM GT2 (avec des pilotes de F1 comme J. Alesi et G. Fisichella sur Ferrari F430). Bref, il faut à la fois gérer des voitures plus rapides qui vous rattrapent et des moins performante qu’il faut doubler parfois en s’imposant un peu « fermement »…

L’acquisition de données est disponible pour les trois pilotes qui peuvent comparer les zones de freinage, la force appliquée sur la pédale, la ré-accélération, l’angle du volant… Et cela permet de voir qui passe le plus efficacement à chaque endroit. Ces données ont permis à Ross Zampatti de pouvoir progresser plus rapidement dans son apprentissage et il le prouvera lors de son relais, en passant de 2’07 au tour à 2’01 avant de céder le volant.

11H / Départ…

Qualifié en 3ème position derrière la Formula Le Mans de l’écurie DAMS et celle de Hope Polevision Racing, et 22ème au classement général sur 40 engagés, David Toulemonde a pris un très bon départ et a tout de suite gagné 4 places. Fort de cette situation, il a assuré un relai impeccable. Ensuite, tout c’est bien passé. David Zollinger a réalisé de très bon temps et ceux de Ross Zampatti ont permis de maintenir la voiture aux avant-postes.

Et dans une compétition d’endurance, la fiabilité et la régularité sont les pièces maitresses… A ce petit jeu, ce sont les adversaires du team Applewood Seven qui ont failli ! Problème divers (accrochages, perte d’échappement…) sont venur entaché leur progression alors que pendant ce team, Damien Toulemonde, Ross Zampatti et David Zollinger enchainaient les tours sur un rythme soutenu.

(Ci-dessous la N°45 du Team Boutsen peu après le départ rentre à son stand suite à un accrochage)

le mans series paul Ricard Applewood 2 le mans series paul Ricard Applewood 3 le mans series paul Ricard Applewood 4 le mans series paul Ricard Applewood 5 le mans series paul Ricard Applewood 6 le mans series paul Ricard Applewood 8 le mans series paul Ricard Applewood 9

Les heures passent et la Formula Le Mans Oreca 49 reste est toujours en course pour un podium. Ross Zampatti cède le volant à David Zollinger avec une vingtaine de secondes de retard sur le premier à 1 h 40 de la fin…

Et c’est à partir de là que l’ambiance monte d’un cran car tout le team sait que David peut aller chercher la « gagne ». Concentration maximale pour le ravitaillement. Tout se passe bien et les mécaniciens exécutent leur travail parfaitement. David reprend la piste et se met tout de suite en action sur un bon rythme. Rapidement, il pointe à la seconde place. L’écart diminue de tour en tour avec le leader, Mathias Beche, du team Hope Polevision racing. On passe de 6 secondes à 4 secondes de retard, avec des variations importantes en fonction du trafic…

le mans series paul Ricard Applewood 17 le mans series paul Ricard Applewood 41 le mans series paul Ricard Applewood 46 le mans series paul Ricard Applewood 51 le mans series paul Ricard Applewood 22 le mans series paul Ricard Applewood 24

Avant le dernier ravitaillement en carburant, David accuse un retard de 4 secondes. Les mécaniciens savent que l’on peut gagner ou perdre gros dans la voie des stands. La tension est palpable, on croise les doigts et on ressent un sentiment d’appartenance au groupe…

David Zollinger immobilise la voiture, les mécaniciens font un très bon boulot et sont salués par des applaudissements mérités ! Après le ravitaillement de son concurrent, David est à 2 secondes ! Il se rapproche à 1 seconde et la bataille fait rage à 25 minutes du drapeau à damier.

Des paris sont pris au sein du team ! Pour ma part, je joue « David va y aller et dépasser son adversaire »  D’autres estiment que c’est la première course et qu’il faut jouer « placé » sur la deuxième marche du podium.

le mans series paul Ricard Applewood 57 le mans series paul Ricard Applewood 55 le mans series paul Ricard Applewood 58 le mans series paul Ricard Applewood 59 le mans series paul Ricard Applewood 60 le mans series paul Ricard Applewood 61

Et la pluie ???

Depuis vendredi, la météo annonce de la pluie pour dimanche. Et nous sommes dimanche ! Le ciel est couvert et menaçant mais aucune goute de pluie ne touche le sol. Et c’est à 10 minutes de la fin de la course que les prévisions vont se révéler exactes !!!

Une petite ondée met tout le monde en émoi ! Les mécaniciens préparent les pneus pluie au cas où… De son coté, David Zollinger s’est fait distancé par Mathias Beche qui dispose alors de 7 secondes d’avance… mais un tête à queue à quelques minutes de l’arrivée privera de dernier de la victoire et c’est David qui, en embuscade, s’empare de la tête à 5 minutes de la fin (qui paraissent une éternité !!) pour ne plus la quitter !

Tout le monde se précipite vers le parc fermé pour saluer comme il se doit les héros du jour et c’est sur le podium que la joie sera la plus communicative !

le mans series paul Ricard Applewood 62le mans series paul Ricard Applewood 63le mans series paul Ricard Applewood 66

Réactions des pilotes et Team Managers :

David Zollinger (FRA) vainqueur :
C’était « la guerre » en piste ! Je le savais que ça allait se passer comme ça, car Vincent Capillaire avait repris la tête de la course à Ross, qui a fait un super boulot avec le peu d’expérience qu’il avait dans la voiture, il a assuré et amélioré constamment ses chronos en respectant les consignes à la lettre sans prendre de risque et en faisant ce qu’on attendait de lui. On aurait forcément aimé qu’il soit un peu plus rapide mais c’était vraiment du super boulot tout comme Damien. Je savais que pour les deux dernières heures il faudrait remonter sur Mathias qui est actuellement certainement le plus rapide des pilote de Formula Le Mans depuis deux ans. On s’est déjà bagarré deux ou trois fois et c’est vraiment un adversaire coriace. J’ai repris 7 ou 8 secondes en une heure, j’ai tapé fort dans les pneus et j’ai du marquer une pose pour que le comportement de la voiture redevienne exploitable quand elle s’est allégée en carburant. J’ai remis un peu la pression dans le dernier quart d’heure et au moment de l’averse, Mathias a fait la faute. On était tous les deux au taquet et voilà. On a fait du super boulot.

Damien Toulemonde(FRA) :
J’avoue que n’y croyais plus trop sur la fin. Aussi, quand je me suis rendu compte qu’on était passé, j’ai vraiment dû me pincer, je ne savais même pas que Mathias avait fait un tête à queue. Au ravitaillement on était juste derrière, on se disait que David allait pouvoir combler le faible écart qui nous séparait de la première place, il a repris du terrain. Je prends un super départ ma voiture était parfaite j’ai pu établir des tours rapides tout de suite ce qui me permet de doubler quatre voitures dont une LMP2 et mes deux concurrents en FLM lors du premier tour. J’avais confiance dans la voiture les pneus étaient chauds. J’avais pas mal d’avance puis j’ai rencontré des soucis de sous-virage. Ma deuxième heure de course était vraiment meilleure, je revenais sur les deux premiers quand j’ai passé le volant à David.

Ross Zampatti ( AUS) :
La voiture et l’équipe ont été fantastiques. C’est comme faire partie d’une famille. C’est un grand résultat dans une équipe où tous travaillent main dans la main. Pour moi la course était un apprentissage et à la fin j’étais vraiment dans la course, l’équipe me tenant informé de l’évolution de mes temps. J’aime beaucoup l’endurance et cette Le Mans Series

Bruno Toulemonde ( Team Manager APPLEWOOD SEVEN) :
“On y a cru depuis le départ et jusqu’au bout, mais c’était loin d’être joué d’avance et en course automobile il faut toujours attendre le dernier tour, rien n’est jamais acquis. On a serré les poing très très fort dans ces derniers tours en voulant y croire et c’est arrivé. Une très belle victoire, nous sommes ravis de cette première course.

(source formulalemans.com)

[flickr_set id= »72157623713584047″ thumbnail= »square » overlay= »true » size= »original »]