L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Vidéo « Merry Driftmas » : un Joyeux Noël en Lotus Evora

Lotus Evora GT410 Sport Merry Driftmas

Les cartes de vœux, c’est dépassé. En 2018, il faut oser davantage !
C’est ce que Lotus nous invite à penser, avec sa vidéo de Noël un peu spéciale mettant en scène une Evora GT410 Sport.

C’est la période de l’année où les Services Communication & Marketing des constructeurs automobiles regorge d’idées pour fêter la fin d’année et lancer la prochaine… Celle de Lotus tourne plutôt bien sur la toile !
Et on comprend vite pourquoi : elle est originale, décalée et fait sourire les amateurs de véhicules d’exception.
Bref, c’est la recette gagnante, avec quelques figures en drift qui font plaisir à voir.

« Merry Driftmas » met en avant le site de fabrication situé à Hethel, au Nord-Est de Londres, près de Norwich.
Une Evora GT410 Sport est maniée par un pilote plutôt énervé de l’accélérateur.
Lequel se livre à plusieurs figures au sein du site industriel, où la voiture croise les modèles iconiques de la marque, qui a 70 ans.

416 chevaux pour de belles glissades

Rappelons que la Evora GT410 Sport est l’évolution de l’Evora sortie en 2009.
Elle est mue par un moteur 6 cylindres en V de 416 chevaux pour 420 Nm de couple à 4.500 tours par minute. Son poids contenu de 1.320 kg fait d’elle une super sportive qui a du répondant, face à l’Audi R8, ou encore à la Porsche 911.

A la fin de la vidéo, le pilote a enfin trouvé l’emplacement idéal pour le sapin, qui prend place à l’entrée du siège du constructeur jouxtant l’usine : malgré les belles glissades, il lui reste encore suffisamment d’aiguilles !

Il ne reste plus qu’à l’agrémenter de cadeaux, qui pourraient être destinés aux salariés de l’usine qui accomplissent un travail remarquable, dans le prolongement de la philosophie Lotus âgée de 70 ans.

Soixante dix ans dans le corps, mais beaucoup moins dans la tête au vu de cette vidéo originale « Merry Driftmas » qui fait plaisir à voir.

Lire aussi : Le scandale évité du nouveau Contrôle Technique…

Saito BARDEN

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire