L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Morgan Three wheeler : un « Cyclecar » séduisant

Il fallait oser, les Anglais l’ont fait…remettre au goût du jour un tricycle why not? C’est ce que se sont dit les responsables de Morgan avec la Three Wheeler. Un cyclecar qui a vu le jour au début du siècle dernier et qui continue à attiser la curiosité. Nous sommes allés voir de plus près ce concept si spécial.

Morgan 3 wheeler three 21

Mais d’abord, on peut se demander une chose : Comment est venue l’idée au fondateur de la marque Henri Fredrick Stanley Morgan de créer ce véhicule à trois roues? Dans les années 1910, la loi britannique taxait les véhicules en fonction de leur nombre de roues. Aussi en développant un concept à 3 roues, le Runabout, avec un moteur de moto puissante, une simple transmission à 2 vitesses dans un châssis léger, Morgan réalisait la bonne affaire. Son « cyclecar » était né. Un siècle plus tard, la Three Wheeler refait son apparition. Un mélange de technologie moderne dans un design classique.

Morgan 3 wheeler three 22

Dans sa conception la Morgan Three Wheeler conserve la coque en forme d’obus composée de bois et d’aluminium. Posée sur un châssis tubulaire, elle dispose de deux arceaux de sécurité qui entourent l’habitacle. Avec son moteur S&S bicylindre en V de 1976 cm3, qui développe 115 ch, un couple de 140 Nm et ses 525 kg, le rapport poids / puissance est impressionnant. D’après le constructeur on passe ainsi de 0 à 100 km / h en 6 secondes. Les plus courageux pourraient atteindre la vitesse de 185 km / h avec ce petit bolide.

Lorsque nous nous approchons de ce véhicule, première interrogation: Comment fait-on pour entrer dans cet engin? A la différence de sa grande soeur la Morgan Plus 8 (voir ici), pas de portière, il faut se glisser dedans. Une fois cette opération fastidieuse réussie, une nouvelle question me vient en tête: Ai-je les jambes trop courtes? Je n’arrive pas à toucher les pédales. Les sièges en cuir, qui par ailleurs sont très confortables, ne se règlent pas. En revanche les pédales sont ajustables. Ouf…je suis sauvée. Une fois installée, j’ai l’impression que je ne pourrai guère bouger entre le tunnel central et la carrosserie. Pas de compteur derrière le volant, il se situe sur le tableau de bord qui fait un peu penser à celui d’un avion du début du siècle dernier. Au niveau des matériaux, beaucoup de cuir, peu d’artifice mais comme Morgan fait du sur mesure, tout peut se négocier à votre goût. La boite de vitesse est une révolution par rapport à l’original de 1910. La précédente qui ne disposait que de deux vitesses et pas de marche arrière, a laissé place à une boite manuelle 5 vitesses et une marche arrière signée Mazda…vive le modernisme dans ce cas-là, car il ne sera pas nécessaire de pousser la voiture si nous voulons la reculer. Le frein à main qui se situe sur le côté droit de la boite apporte sa touche d’originalité.

Morgan 3 wheeler three 8

Pour démarrer ce bolide,  la clé tournée, il faut appuyer sur le bouton start caché sous une gâchette. Le ronronnement est des plus sympathiques.

Sortie de cet engin, j’en fait le tour. A l’avant, les deux roues à rayons donnent plus l’impression de roue de moto que d’auto. De l’avant avec ses deux oreilles (les rétros) son museau (le moteur) et ses deux yeux (deux vitres avant), elle a une bonne tête. Les échappements ne passent pas inaperçus. Les tubulures chromées parcourent de chaque côté la Three Wheeler.

Enfin la Three Wheeler est une décapotable. En cas de pluie, les protections pour couvrir l’intérieur sont « assez étanches » mais mieuxvaut lui trouver une place à l’abri.

Bilan de cette rencontre, le charme et la séduction so british opèrent avec cette Three Wheeler. C’est un vrai retour en arrière , l’esprit originel est totalement conservé.

Trois modèles sont proposées de cette version:

standard: à partir de  40 850 €

superdry – édition limitée:  à partir de 45 750€

gulf – édition limitée: 47 150€