L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

News – Porsche 918 RSR, Laboratoire de course

On ne le répète pas assez, mais bon nombre d’évolutions et de progrès technologiques que l’on retrouve sur nos voitures quotidiennes sont issues de la compétition, n’en déplaise à certains… Et Porsche compte le prouver une fois de plus avec la 918 RSR.

Porsche 918 RSR.

Avec la 918 RSR, dévoilée ce jour au salon de Detroit, Porsche souhaite poursuivre ses recherches dans le domaine de la performance et du rendement des motorisations hybrides. La 918 RSR est une deux places qui est le croisement de la technologie de la 911 GT3 R hybride et le design du 918 Spyder.

La 911 GT3 R hybride a fait ses preuves dans des courses aussi dures que les 24h du Nürburgring sur la Nordschleife ou encore celle du « American Le Mans Series races » (ALMS) à Road Atlanta/USA .

La 911 GT3 R Hybride tire sa puissance supplémentaire d’elle même, au moment des phases de freinage. Et Porsche transplante sa technologie à la 918 RSR, version de course du concept car 918 Spyder concept car.

Avec une inspiration puisée dans la 908 de 1969 ou la 917 de 1971, les designers ont eu un bon coup de crayon ! La couleur « liquid metal chrome blue » se marie avec le orange, symbole de l’hybridation chez le constructeur allemand.

Technologie

Le moteur est un V8 à injection directe issu du RS Spyder qui met à la dispositon de la 918 RSR 563 chevaux à 10,300 tr/mn. On se contenterait bien de cela, mais les moteurs électriques chargés de faire tourner les roues avant disposent chacun de 75 Kw (ou 100.57 ch), soit un renfort total de 150 kw  (201.15 ch). Le pic de puissance ressort alors à 767 chevaux. La puissance des moteurs électriques, régénérée durant le freinage, est stockée dans des batteries.

La transmission est à 6 rapports avec commandes au volant et le couple des moteurs avant varie selon les besoins. Les roues en 19 pouces à écrou central se chargent de passer la puissance au sol.

A l’intérieur, le pilote dispose d’un affichage chargé de l’informer sur l’état de la recharge. A la place du second siège se trouve l’accumulateur électrique ! Personnellement je trouve cela un peu inquiétant d’être assis à côté de lui… d’autant que ce moteur électrique dispose d’un rotor qui tourne à 36 000 trm/mn… Rechargé par le freinage, les moteurs sont sollicités par le pilote qui appuie sur un bouton et il dispose alors du surplus de puissance pour un dépassement par exemple, comme un KERS en F1, pendant 8 secondes si la batterie est totalement rechargée.