L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Présentation de la 911 RSR dans les stands du Circuit Paul Ricard

La Porsche 911  RSR a été dévoilée jeudi soir dans le stand n°6 du circuit Paul Ricard. Une voiture qui participera à l’ensemble des épreuves du WEC (championnat du monde d’endurance) ainsi qu’à la mythique épreuve des 24 Heures du Mans en juin prochain dans la catégorie de plus en plus relevée des GT.

Porsche 911 RSR 2

Quelles sont les atouts de cette voiture pour prétendre à la victoire face aux Aston Martin ou autre Corvette?

Porsche 911 RSR 1 (2)

La grande différence comme le souligne l’un des pilotes du team Manthey Racing le Français Romain Dumas est que cette voiture a été créée pour la compétition. « Comparée à la 997 à laquelle j’étais habituée, en aérodynamique on a bien gagné. Le bouclier avant, le pare-choc avant, l’extincteur arrière, on peut constater que la voiture a été  étudiée en soufflerie.  Le capot avant, on a jamais vu une telle qualité chez Porsche. Et quand on l’ouvre c’est encore plus impressionnant. cette fois la marque est allée dans le détail même les rétros ont été étudiés. J’ai commencé à rouler avec en juillet dernier…C’est la première fois qu’il y a une telle énergie dans ce projet. Le niveau est tellement haut en catégorie GT, la recherche est de plus en plus poussée. Depuis l’an dernier un vrai changement s’est opéré. On est plus dans des voitures de type DTM que des voitures avec des chässis de route modifiés pour du GT. Pour cette 911 RSR, le châssis a été conçu moitié en alu moitié en acier. Cette Porsche a été développée pour la course et non pas une voiture de série adaptée à la course. Ce qui a toujours été le cas chez Porsche jusqu’à la 997. Là, si on enlève le capot avant on ne mettra pas de bagages, » ironise le pilote Porsche!

L’empattement de la 911 RSR est allongé et la triangulation à l’avant est différente par rapport à l’ancienne 911.

Manthey Racing, l’écurie d’un passionné

Porsche a réussi jusqu’ici à tout gagner avec une toute petite structure. Mais l’évolution de la compétition pousse les teams à se structurer. L’écurie usine de Porsche, Manthey Racing,  compte une vingtaine de personnes.

Porsche 911 RSR 1

Le team manager Olaf Manthey est un ancien pilote. Il a participé au championnat d’endurance VLN qui se tient sur le Nürburgring où il a gagné à 28 reprises. « C’est le « Pesca » allemand, mais en plus gros » avoue Romain Dumas. « C’est un homme très passionné comme Henry, il vit la course à 100% et semble très stressé. Il habite dans son atelier qui répare des Porsche à côté du circuit de Nürburgring.  C’est un préparateur Porsche agréé Porsche, je crois que c’est le seul. Son atout c’est qu’il est en parallèle un vrai businessman. Sur le plan humain, il est à la fois un vrai papa poule avec ses pilotes et très dur à la fois. Il conduit encore ce type de voiture sans problème.« 

Romain Dumas partagera la #92 avec l’Autrichien Richard Lietz et l’Allemand Marc Lieb. L’autre pilote français chez Porsche, Patrick Pilet sera lui accompagné des deux autres pilotes germaniques, Timo Bernhard et Joerg Bergmeister sur la #91.

Petit détail de chiffre. Sur cette 911 GT3 RSR on note le nombre 911 mais aussi le 50. Ce ne sont pas les numéros du loto mais un rappel des 50 ans d’existence de la marque.

En cadeau, la petite vidéo de lancement !