L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

WRC- Rallye de Turquie : Doublé de Citroën !

Sébastien Ogier et Esapekka Lappi ont offert le week-end dernier les deux premières places du rallye de Turquie à Citroën Racing. L’écurie tricolore n’avait pas enregistré un tel résultat depuis le rallye d’Argentine 2015.

Avec la victoire de Tänak début août au rallye de Finlande, puis le triplé Toyota –et encore une victoire de l’estonien– en Allemagne il y a trois semaines, Neuville chez Hyundai Motorsport comme Ogier chez Citroën Racing s’étaient –un peu– fait distancer au championnat. Mais en rallye, une sortie de route ou une panne peut vite arriver… et c’est précisément ce qui s’est produit le week-end dernier dans les forêts de Marmaris, dans le sud-ouest de la Turquie, quand Ott Tänak a connu des problèmes techniques à bord de sa Yaris WRC dès les premières minutes de la course. Lappi et Ogier en ont alors profité pour s’installer en tête de la course, pendant que Thierry Neuville, bien inspiré à bord de son coupé i20 WRC, s’apprêtait lui aussi à profiter de l’aubaine en restant à leur contact.

La touchette fatale

Deuxième au championnat avant le départ du rallye de Turquie, le belge avait une belle carte à jouer, et aurait même pu, dans un scénario idéal, remonter à trois points de Tänak et repasser second au classement des pilotes. Mais c’était sans compter sur cette grosse pierre située en bord de piste, sur laquelle la voiture de Neuville allait rebondir avant de finir dans un fossé, dans la première spéciale du samedi. Ce fait de course est l’un des événements les plus marquants du week-end, car il hypothèque une nouvelle fois les chances de titre pour le pilote belge, qui ne reprend finalement que trois petits points à Tänak, pour rester à trente longueurs du pilote Toyota, à seulement trois rallyes de l’épilogue de la saison. Sur le papier, tout est encore possible. Qu’en sera-t-il sur la piste ?

Ogier relance les débats

L’autre fait marquant du week-end, c’est bien évidemment le doublé –le premier depuis celui de Meeke et Ostberg en Argentine en 2015–, réalisé par Sébastien Ogier et Esapekka Lappi, lequel a été longuement en tête du rallye avant d’être dépassé par le français à la régulière au cours du samedi après-midi. « Cela vous évitera d’écrire qu’on lui a demandé de me laisser passer dans le cadre d’une stratégie d’équipe » plaisantait –à peine– le sextuple champion du monde lors du point presse au retour au parc d’assistance. « Plus sérieusement, c’est vrai qu’on était un peu plus rapides que lui (Lappi, Ndlr) cet après-midi, et tant mieux pour nous. Après, il est évident que nous sommes l’équipage qui a le plus besoin de points au championnat car on joue le titre, alors de toute façon l’équipe aurait fini par s’adapter. » Le pilote sous-entend que Lappi lui aurait laissé la tête de la course le dimanche matin. A noter que le finlandais signe une seconde deuxième place en trois rallyes (après un excellent rallye de Finlande) et qu’il n’a jamais été autant dans le rythme de son coéquipier.

Ce doublé fait beaucoup du bien au moral de Citroën Racing, et positionne l’écurie française à seulement 36 points de Toyota –et à 55 points de Hyundai- au championnat Constructeurs. Pas si mal, pour une équipe qui aligne une voiture de moins que les autres écuries… Au Championnat Pilotes, seulement 17 points séparent Ott Tänak de Sébastien Ogier. Le gapençais fait une bonne opération en Turquie, lui qui était arrivé à Marmaris avec 40 points de retard sur le leader.

Dans trois semaines, au rallye de Grande-Bretagne (3 au 6 octobre), les yeux seront alors braqués sur le duel Tänak/Ogier alors que Neuville, mathématiquement encore dans le coup, pourrait quant à lui arbitrer le match.

Lire aussi : Top Marques 2019 : pour les yeux et le business

Texte : Didier LAURENT

Photos : DR

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire