L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Test ultime : à bord de la M4 DTM à Magny Cours

Dans le cadre du M TOWN Festival, nous sommes montés, en tant que passager, dans la M4 DTM version 2016. C’est le genre de moment que l’on n’oublie pas de sitôt !

La M4 DTM version 2016

Notre monture dispose d’un châssis de 2012 équipé des spécifications de 2016. Du coup, c’est à bord d’une BMW M4 d’environ 500 chevaux, développé par un V8 de 4.0 litres de cylindrée, et pesant environ 1020 kilos à vide dans cette configuration « taxi » que nous prenons place en compagnie du pilote Eric Van de Poele.

La piste de Magny-Cours dispose d’un revêtement quasi parfait et, selon Eric, « on prend beaucoup de plaisir à piloter dans ces conditions. Il n’y a pas d’assistance électronique, ni ABS, ni anti-patinage et on peut vraiment la piloter. » Ce dernier ajoute que « plus on va vite, plus il y a d’appui. On pourrait rouler au plafond à 200 km/h contre 150 km/h pour une F1 car l’appui est égal au poids. Nous disposons du package aérodynamique de 2016 sur cette BMW. Même si nous roulons avec le DRS fermé, on doit arriver à 250 km/h à l’épingle d’Adélaïde et on freine à environ 100 mètres. Même si je n’ai pas pu faire d’essais complets dans le cadre de cette opération, les sensations sont fantastiques, vous allez voir !  »

Eric Van de Poele

BMW M4 DTM : Welcome on board

Mais avant cela, une formation rapide s’est imposée. En effet, un mécanicien prend le temps de vous équiper avec une combinaison à votre taille, une cagoule, des gants, un casque, un Hans… On est plongé dans l’ambiance et une petite tension apparaît ! Surtout quand un second mécanicien vous explique comme sortir de la voiture en cas de crash ou d’incendie. Une tirette sur la porte l’ouvre et cette dernière tombera pour sortir au plus vite.

Il explique aussi qu’il y a une procédure pour entrer : d’abord la jambe gauche, puis les fesses sur un support spécialement conçu pour cela et vous protéger de l’échappement, on rentre la seconde jambe et on « tombe » dans le siège en tenant l’arceau de sécurité. Pour sortir, on répète la procédure en sens inverse. Une fois installé, le mécanicien tire fermement sur le harnais et vous voilà « scotché » au fond du siège. C’est au premier freinage que vous comprenez pourquoi !

Le moteur est lancé et c’est un vacarme qui doit ressembler à celui de l’enfer qui parvient à vos oreilles pendant que les vibrations vous envahissent. Première enclenchée… on part dans la voie des stands. Le feu est vert et Eric Van de Poele accélère immédiatement. On est collé au siège et le V8 se met à hurler. La grande courbe à droite vous met dans l’ambiance avec une grande quantité de « G » qui pousse votre casque vers la gauche. L’accélération n’est pas la seule chose impressionnante : le freinage l’est tout autant ! Le harnais mort les épaules pour vous empêcher d’aller flirter avec le pare-brise. Au volant, Eric Van de Poele ne fait pas semblant. Les gestes sont précis et sûrs, mais deux bons survirages parfaitement maîtrisés apportent leur lot de sensations. Le retour au stand sonne la fin de la récréation. Le moteur se coupe. Il est temps de sortir. Dommage, je serais bien resté encore pour plusieurs tours…

Lire aussi : Essai Cupra Ateca : A vos souhaits !

Texte : Philippe HORTAIL
Photos : Ugo Missana

Palmares Eric Van de Poele (source Wikipedia)

  • 1983 : Vainqueur du volant AVIA
  • 1984 : Championnat de France de F3
  • 1985 : Championnat de Belgique de Formule Ford (champion)
  • 1986 : Championnat d’Allemagne de F3
  • 1986 : Championnat de Belgique de Tourisme
  • 1987 : Championnat d’Allemagne de DTM (champion)
  • 1989 et 1990 : Championnat intercontinental de F 3000 (Vice-champion en 1990)
  • 1991 et 1992 : Championnat du monde de Formule 1
  • 1993 et 1994 : Championnat d’Angleterre de Tourisme
  • 1995 : Championnat du monde d’Endurance (1 victoire)
  • 1995 et 1996 : Championnat d’Espagne de Tourisme
  • 1996 à 1999 : Championnat du monde d’Endurance (5 victoires)
  • 2000 : Championnat Grand-Am avec Cadillac
  • 2001 : 3e place aux 24 Heures du Mans avec Bentley
  • 2002 : 4e place aux 24 Heures du Mans avec Bentley
  • 2003 et 2004: diverses courses en ALMS et LMES
  • 2005 : victoire aux 24 Heures de Spa sur Maserati MC12, diverses courses en LMES, ALMS, BTCS
  • 2006 : victoire aux 24 Heures de Spa sur Maserati MC12, diverses courses en LMES, ALMS, BTCS, GP Masters
  • 2008 : victoire aux 24 Heures de Spa sur Maserati MC12 numéro 1
  • 2011 et 2012 BTCS avec Volvo S60 S1
  • 2012 : victoire aux 12 Heures de Spa-Francorchamps

    Galerie photos M4 DTM

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire