L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

PSA en tête des dépositaires de brevets à l’INPI en 2019

PSA brevets 2019

Le Groupe PSA reprend la main-mise sur les brevets déposés à l’INPI en 2019, prouvant son investissement dans la recherche et le développement, entraînant une rétrogradation de Valéo en deuxième position.

Le palmarès des déposants de brevets INPI en 2019 est considéré comme un état de la recherche en France, montrant les moyens donnés par les entreprises dans ce domaine et son aboutissement au travers du dépôt de brevets. Pour en rendre davantage compte, le classement général et celui des PME, ETI, des régions est complété cette année par celui des établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l’Etat et des co-déposants associés entre les RESE et les entreprises.

Toutes ces sous-parties montrent l’état des recherches en France et leur partage entres les établissements publics, privés et les liens existant entre les deux entités.

De cette distinction entre public et privé, il faut aussi parler de celle distinguant les grandes entreprises, des structures plus petites. En effet, l’avantage est largement pris par les grands groupes qui ont pris davantage conscience de l’importance de la propriété intellectuelle dans leurs processus d’innovation alors que les plus petites entreprises, tout aussi ingénieuses, intègrent moins le dépôt de brevet dans leurs réflexions, selon Pascal Faure Directeur général de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle. Peut-être aussi par le besoin de personnes qualifiées pour s’occuper des démarches administratives, ce qui est plus facile à trouver (et à embaucher) pour une grande entreprise. Qu’en est-il des brevets déposés par les groupes et équipementiers automobiles ?

En 2019, un total de 14 844 demandes de brevets ont été publiées à l’INPI. Le Groupe PSA a augmenté son nombre de demandes de brevets de 10% en déposant 1 183 dossiers, contre 1 074 en 2018. Le groupe automobile détrône donc l’équipementier automobile Valéo qui, avec 1 034 demandes publiées contre 1 355 en 2018, enregistre une baisse de 23%, que l’on peut expliquer par l’arrivée à maturité des technologies d’aides à la conduite comme le LIDAR. Nous vous invitons à relire la publication des chiffres de l’an dernier en cliquant ici.

Safran, spécialisé dans l’aéronautique, l’espace et la défense emboîte le pas aux groupes automobiles avec 871 demandes publiées. Plus loin dans le classement, le Groupe Renault enregistre seulement 426 brevets, que l’on peut expliquer par une partie de recherche et développement externalisée.

De ces chiffres, on retient donc que PSA et Valéo continuent à tenir la barre haute face aux autres ténors du classement. Les deux groupes maintiennent un bon niveau de dépôts de brevets en France, indiquant une continuité de recherche et des investissements qui vont dans ce sens. Le développement de l’électrique, des systèmes hybrides et de l’hydrogène devraient permettre de maintenir, voire d’augmenter, les dépôts de brevets auprès de l’INPI dans les années à venir.

Saito BARDEN

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter