L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Côte Chamrousse C2 Schatz garde le contrôle

La piste rendue glissante avec la hausse du thermomètre rend la tâche d’autant plus difficile aux pilotes qui ne parviennent pas à faire mieux.


Une piste certainement trop chaude explique des performances dans l’ensemble en retrait avec en conséquence la retenue des performances établies lors de la première ascension aussi bien dans les têtes de liste CN que DE. Les frères Frantz font tout de même figures d’exception puisque pendant que la Reynard de l’aîné repasse la Lola de Ritchen, l’Osella du cadet vient souffler à la Norma de Cannata la troisième marche du podium de catégorie.

Le groupe GTTS réserve son lot de surprises avec l’absence de Cosson au départ, et un tête à queue de Bourgeon effectué à la réaccélération de la sortie de la première épingle ; Werver ne faisant pas mieux, le tiercé de tête reste donc inchangé.
Alors que Lamarche et Lamiscarre restent sur leur performance matinale, Millet en profite pour se ressaisir et récupère ainsi sa seconde place acquise lors des essais tout ceci sous la domination d’un Vuillaume auteur d’une amélioration qui ne peut que lui assurer une nouvelle victoire.
Les chronos de la première manche de course restent ceux retenus dans le groupe N où les positions sont donc figées toujours à la faveur de Granjon ; positions également figées dans le groupe A malgré de meilleurs chronos pour Corbier ou Bonnet.
Observation différente en FC où les améliorations sont au rendez-vous sans pour autant venir en modifier la hiérarchie.
Pour le gain de la catégorie F2000, tandis que Viougeas passe à côté de son ascension, Donger est victime d’une casse de cardan ; la situation est donc favorable à Nugue qui, en faisant mieux que la performance matinale du pilote de la Megane, parvient à se repositionner au sommet du groupe.

Faits marquants :
– Arrêté lors de sa seconde manche d’essais suite au blocage de la boite de vitesse de son proto Jema, et malgré une grosse séance nocturne de mécanique, Geoffrey Schatz se voit contraint d’abandonner.

– A l’issue de sa première montée de course, Anthony Cosson, grâce à l’aide d’Andy Martinez (engagé sur Clio Cup), remplace l’embrayage de sa Porsche 997 Cup. L’intervention s’effectuera rapidement mais pas suffisamment pour permettre à ces deux pilotes de rejoindre le convoi de départ les privant de cette seconde manche de course.

– Moteur calé alors que la cellule est déjà déclenchée, Sébastien Petit remet en route mais sait déjà qu’il vient d’utiliser un joker.

Source : www.ffsa.org.