L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Côte Chamrousse C1 Schatz et compagnie

Pendant que Schatz effectue un véritable cavalier seul, Petit et Thomas s’expliquent pour la place de dauphin.


Dominateur lors des manches d’essais, Schatz l’est tout autant lors de la première manche de course à l’issue de laquelle il vient marquer une sérieuse option pour la victoire scratch.
Le souci de capteur rencontré lors de la seconde ascension de la veille semble déjà être de l’histoire ancienne pour Petit qui remonte au classement jusqu’à devancer la Lola de Thomas ; un changement de situation plutôt défavorable à Ritchen qui rétrograde d’autant plus avec le retour aux affaires de Baudin.

Le tiercé du groupe CN reste inchangé malgré les efforts de Castellana qui parvient à réduire l’écart avec Reynaud et par la même occasion reprendre ses aises face à Cannata. Quatrième à l’issue des essais, Frantz ne parvient pas à défendre sa place et s’incline face à Bassora pour 2 petits millièmes.

Pendant que Cosson conserve les rênes en GTTS, Bourgeon perd le rythme dans la fin de son ascension et veint ainsi profiter à Werver qui remonte d’un rang au classement scratch du championnat B.

Fidèle à ses habitudes, Vuillaume produit son effort dès le début de journée et creuse l’écart en GT face à Lamarche qui dépossède Millet de la seconde place.

Même si Fristch a réussi à imposer sa 306 kit car au terme des essais, la puissance de la BMW reste supérieure et Beal l’exprime clairement au pilote alsacien qu’il détrône en groupe A, ce dernier assure tout de même la seconde place face à la Saxo kit car de Corbier qui chasse du podium Bonnet toujours leader des Clio Cup.

Relativement en retrait lors des essais, Mouche riposte et réduit l’écart face à Cat mais la ténacité du vétéran Granjon aura raison du pilote de l’Ain qui lui cède la tête du groupe N.

Assenaut et Breysse ont beau exploiter de fort belle manière leur CG, ils ne parviennent qu’à s’approcher de la Porsche de Santarelli qui reste établi au commandement du groupe FC.
Nugue redoutait ses adversaires et ses craintes se confirment ; si le pilote de la 106 XSI parvient à conserver l’avantage sur Viougeas pour un dixième, en revanche c’est une seconde de retard qu’il compte sur la Mégane de Donger qui vient reprendre le flambeau en F2000.

Source : www.ffsa.org.