L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

E-Prix de Londres : deux victoires so brittish

Jake Dennis et Alex Lynn, deux pilotes britanniques, se sont adjugés les deux E-Prix de Londres le week-end dernier. Nous y étions.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Formula E, même proche de l’épilogue de sa 7ème saison, réserve toujours des surprises. Jake Dennis, rookie de la discipline, s’était déjà illustré à Valence. Il a remis le couvert sur le circuit ExCeL London, où la série se rendait pour la première fois. Le lendemain, ce n’est pas un rookie mais un pilote expérimenté, Alex Lynn, qui remportait sa première victoire en monoplace électrique. Et Jaguar dans tout ça ? Arrivé en tête du championnat, Sam Bird n’a pas vu une ligne d’arrivée du week-end. Heureusement, son coéquipier Mitch Evans a signé un podium lors de la seconde course. Il est certain qu’après 17 ans d’absence sans course sur son territoire national, l’écurie britannique espérait mieux.

Un circuit inédit

A peine plus de 2,2 km, et 22 virages. Autant dire que vitesse moyenne n’a pas été très élevée sur ce tracé londonien (un peu en-dessous de 100 km/h). Mais sa particularité, c’est qu’environ 25 % de la piste était indoor. La première séance d’essai a généré quelques doutes. Les pilotes, amusés par la piste de prime abord, revoyaient pour certains leur jugement. « Je n’ai pas confiance en ce circuit, ni en ma voiture », disait Joël Eriksson. « Trop d’erreurs » pour Sam Bird. Pas facile de trouver ses marques.

Le lendemain, lorsque les feux passent au vert pour la seconde séance, une pluie nourrie arrose la piste. C’est alors une situation inédite qui se produit, avec un sol détrempé à l’extérieur, mais sec à l’intérieur. Une opportunité pour Michelin, fournisseur unique du championnat, qui démontre ainsi la pertinence de son pneu « tous temps » mis au point pour la discipline. Certaines parties de la piste sont très glissantes, avec des bosses, au point de déstabiliser les monoplaces en ligne droite. Mais les Michelin Pilot Sport EV font le job, et aucun drame ne surviendra pendant cette séance d’essai particulière. Les temps ont même chuté de six secondes au tour en comparaison de la veille.

Lynn signe la première pole des deux E-Prix de Londres

Pas de surprise dans le groupe 1, qui explore une piste gorgée de flotte… et qui ramène de l’eau sur la résine qui recouvre le sol de la partie indoor. Tout de suite après, cinq pilotes du groupe 2 feront mieux. Les deux BMW de Günther et Dennis, qui ont remporté la dernière séance d’essai partent dans le groupe 3, ce qui représentent un véritable avantage. Mais Günther ira embrasser un mur… Drapeau rouge. Les cinq autres voitures auront droit à un tour bonus pour valider leur temps. Au final, trois pilotes du groupe 3, et autant du groupe 4 accèdent à la super pole position : André Lotterer, Alex Lynn, Jake Dennis, Sébastien Buemi, Sergio Sette Câmara, et Norman Nato. Le pilote Venturi donne tout, mais la piste sèche et les temps descendent. Sette Câmara, Buemi, Dennis améliorent et enfin Lynn signe la pole, améliorent. Lotterer et Nato occupent finalement la troisième ligne.

E-Prix de Londres 1 : bataille 100 % britannique

La configuration de la piste fait qu’il est impossible ou presque d’éviter la casse, mais aussi qu’il est difficile de doubler. Alexander Sims sera la victime du premier tour, après un contact avec Sam Bird, qui casse sa suspension et abandonne. L’autre Jaguar, celle de Mitch Evans, passe par les stands pour un changement d’aileron avant. En tête de la course Lynn et Dennis se sont échappés d’environ quatre secondes et se livrent bataille. Mais à mi-course c’est le pilote BMW qui prend la tête. Il la gardera jusqu’au drapeau à damiers, devant Nyck de Vries et Alex Lynn. 

Jake Dennis signe sa seconde victoire cette saison, devant Nyck de Vries et Alex Lynn © Jérôme Cambier/Michelin

Bird toujours en tête à l’issue du premier E-Prix de Londres

Ce premier E-Prix reste une bonne affaire pour les leaders d’avant course, car ils ont été désavantagés par la procédure de qualification et n’ont pas ou peu marqué. Hormis Rast et Da Costa, tous les pilotes arrivés dans le 10 étaient classés entre 12ème et 20ème au championnat. Ce qui permet à Da Costa de s’approcher à trois points de Sam Bird au classement Pilotes (lequel garde la tête malgré son abandon), et un point derrière Dennis, lequel passe de la 15ème à seconde place. Côté constructeurs, DS Techeetah rejoint Envision Virgin Racing en tête du championnat, car les monoplaces de l’écurie britannique n’ayant pas fini dans les points.

E-Prix de Londres 2 : La libération Mahindra

En ce dimanche 25 juillet la météo n’est pas tellement plus belle, mais il fait sec. En qualifications, c’est Vandoorne qui se distingue, avec une pole position glanée au terme d’un tour parfait. A son côté, on retrouve Rowland, devant Lynn et de Vries. Evans et Günther occupent la troisième ligne. Après un départ sans problème, un accrochage assez méchant entre Buemi et Rast occasionne la sortie de la voiture de sécurité. Le pilote Nissan e.dams écopera d’un stop and go de 10 secondes. Pendant ce temps le ciel se charge de nuages… Alors qu’il reste trente minutes de course plus un tour, les deux Mercedes de Vandoorne et de Vries sont en tête. Elles visent le doublé, qui est à leur portée. Mais Da Costa se fait tasser par Lotterer et frotte le mur. C’est l’abandon pour le pilote DS Techeetah. « J’ai dépassé 10 voitures, et c’est le seul qui ne me voit pas ! » pestait Da Costa en revenant au stand.

Di Grassi tente de gagner le E-Prix en passant par les stands

Alors que la voiture de sécurité est en piste pour permettre de dégager la voiture de Da Costa, Di Grassi emprunte la voie des stands et prends la tête de la course. Cette action est autorisée par le règlement, à condition que le pilote marque un arrêt au stand. Les débats reprennent, et s’installe alors un certain cafouillage. D’une part il y a beaucoup d’accrochages, et d’une autre plusieurs manoeuvres agressives en piste. C’est alors qu’apparait à l’écran une pénalité, un drive through (un passage par la voie des stands) donnée à Di Grassi. La direction de course estime qu’il ne s’est pas arrêté suffisamment longtemps à son stand lorsqu’il a emprunté la pitlane sous voiture de sécurité.

Toutefois, le pilote Audi refuse d’obtempérer. Son patron, Allan Mc Nish, fonce même à la direction de course pour plaider sa cause. Toutefois, il ne sera pas entendu : Di Grassi est exclu de la course. En réalité, personne ne savait à ce moment-là s’il s’était bien arrêté ou non, et si oui combien de temps. Des images postées sur les réseaux sociaux montreront ensuite qu’il a à peine marqué l’arrêt. En revanche, les caméras de la direction de course n’avaient pas pu l’établir formellement, une énorme publicité bouchant la vue sur le garage Audi…

Voici la vidéo vue de l’intérieur de Di Grassi. Méritait-il cette sanction ?

Une sanction juste pour Di Grassi ?

Certains diront qu’un E-Prix se gagne sur la piste, et pas sur la pitlane, mais d’autres affirmeront que l’on gagne en exploitant le règlement. Chacun se fera son idée, mais l’histoire retiendra que c’est toutefois ainsi qu’Alex Lynn a empoché sa première victoire en Formula E, devant de Vries et Evans.  Une victoire qui fera sauter de joie Dilbagh Gill, le team principal de Mahindra Racing, qui sautera dans les bras Alberto Longo (le co-fondateur de la série) au point de se retrouver au sol avec lui. 

Dilbagh Gill, team principal de Mahind Racing © Jerome Cambier / MICHELIN

Les deux dernières manches du championnat du monde de Formule E auront lieu à Belin (Allemagne) les 14 et 15 août prochains.

RESULTATS

E-Prix de Londres jour 1

1. J. Dennis en 46’50’’048, 2. N. de Vries à 5’’341, 3. L. A. Lynn à 6’’946, 4. A. Lotterer à 10’’699, 5. R. Rast à 11’’427, 6. L. Di Grassi à 12’’233, 7. S. Vandoorne à 17’’381, 8. A. F. Da Costa à 18’’457, 9. E. Mortara à 30’’724, 10. P. Wehrlein à 38’’240 MT : M. Evans 1’22’’340

E-Prix de Londres jour 2

1. A. Lynn en 46’29’’532, 2. N. de Vries à 0’’599, 3. M. Evans à 6’’257, 4. R. Frijns à 6’’682, 5. P. Wehrlein à 9’’212, 6. M. Günther à 10’’637, 7. N. Cassidy à 12’’685, 8. S. Sette Câmara à 19’’237, 9. J. Dennis à 24’’914 MT  10. J. Eriksson à 27’’920 MT : R. Frijns 1’21’’635

Championnats du monde

Pilotes : 1. N. De Vries 95, 2. R. Frijns 89, 3. S. Bird 81, 4. J. Dennis 81, 5. A.F. Da Costa 80, 6. A. Lynn 78, 7. N. Cassidy 76, 8. M. Evans 75, 9. E. Mortara 74, 10. R. Rast 72, 11. P. Wehrlein 71, 12. J.E. Vergne 68, 13. S. Vandoorne 63, 14. L. Di Grassi 62, 15. M. Günther 62, 16. O. Rowland 59, 17. A. Lotterer 45, 18. A. Sims 44, 19. N. Müller 30, 20. S. Buemi 20, 21. N. Nato 17, 22. S. Sette Câmara 16, 23. O. Turvey 13, 24. T. Blomqvist 5, 25. J. Eriksson 1

Equipes : 1. Envision Virgin Racing 165 Pts, 2. Mercedes-Benz EQ 158, 3. Jaguar Racing 156, 4. DS Techeetah 148, 5. BMW i Andretti Motorsport 143, 6. Audi Sport Abt Schaeffler 134, 7. Mahindra Racing 122, 8. Tag Heuer Porsche Motorsport 116, 9. Rokit Venturi Racing 91, 10. Nissan e.dams 79, 11. Dragon/Penske Autosport 47, 12. NIO 333 Racing 18.

Inscrivez-vous à la newsletter