L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

E-Prix de New-York 1 : Nick Cassidy en pole position

Nick Cassidy, le pilote Néo-Zélandais de l’écurie Envision Virgin Racing s’est adjugé la pole position du premier des deux E-Prix de New-York. C’est sa seconde pole position en Formula E, après celle de New-York l’année dernière !

La timing des deux E-Prix de New-York a été imaginé pour servir les intérêts des télévisions européennes. La première séance d’essais libres a donc eu lieu à 7h00 du matin, heure de New-York, et le début de la procédure de qualifications était programmé à 8h40. Autant dire que lors du premier roulage matinal aucun pilote n’a pris le risque d’aller endommager sa monoplace électrique si peu de temps avant les qualifs. Ce qui revient aussi à dire que cette cession n’était pas tellement productive pour le set-up des voitures. Cela s’est vu par la suite, d’autant que les protagonistes du second groupe ont accueilli un invité surprise.

La pluie se mêle aux débats, Les DS Techeetah ratent le cut

Si tout s’est déroulé normalement pour le premier groupe de 11 voitures, la cession suivante a été perturbée par la pluie. Des précipitations légères, mais qui sont venues jeter le trouble dans le groupe, et ont fait remonter les chronos. Sorties au plus mauvais moment, les deux voitures de l’écurie franco chinoise DS Techeetah n’ont alors pas réussi à se qualifier pour le tableau final, s’inscrivant aux 5ème et 6ème positions. Une déception forte pour Jean-Eric Vergne et Antonio Felix Da Costa, qui bénéficient pourtant de voitures figurant parmi les plus performantes du plateau.

Au rang des surprises, on notera aussi le manque de rythme de la Venturi d’Edoardo Mortara, lui aussi gêné par les intempéries. A noter, toutefois, que si la pluie est venue perturber le groupe deux, elle n’a en aucun cas joué sur le classement puisque les quatre premiers pilotes de chaque groupe sont qualifiés pour les quarts de finale. En outre, les monoplaces du championnat disposent de pneus développés spécifiquement par Michelin pour la discipline, et peuvent rouler sur sols sec mouillé avec les mêmes gommes. Personne n’a donc eu besoin de changer de pneus, et tout le monde a pu profiter du même temps en piste.

Quatre duels animés

Ils étaient huit à accéder au tableau final. Le premier duel, qui oppose Robin Frijns (Envision Virgin) à Pascal Wehrlein (Porsche) voit ce dernier se qualifier pour la suite. Sam Bird (Jaguar) et Nick Cassidy (Envision Virgin) constituaient un autre duel attendu, car Bird est le pilote qui a obtenu le plus de bons résultat à NYC. Mais le pilote britannique fera glisser sa monoplace dans son tour rapide, et sera dominé par un Cassidy propre en tous points.

Ensuite, la bataille Stoffel Vandoorne (Mercedes) et Alexander Sims (Mahindra) verra logiquement le pilote belge s’imposer, quand le dernier duel, opposant la Venturi de Lucas Di Grassi à la Nissan de Sébastien Buemi, sera favorable au pilote brésilien. La Venturi, mue par un moteur Mercedes, n’a laissé aucune chance au bloc nippon, un peu en peine cette saison.

Les demi-finales du E-Prix de New-York 1

Le dernier carré verra deux duels s’organiser : d’abord Nick Cassidy contre Pascal Wehrlein. Sur la papier la Porsche de Wehrlein est plus rapide. Mais l’Envision de Cassidy, motorisée par le bloc Audi de la saison passée, est particulièrement performante sur des tracés torturés que le circuit de Red Hook. « Nos voitures aiment bien quand il y a beaucoup de relance, elles ont été dessinées pour les circuits urbains serrés », indique Sylvain Filippi, le Team Principal d’Envision Racing. L’histoire lui donnera raison, et Cassidy accède pour la première fois à une finale de Formula E.

Dans le second duel, Vandoorne et Di Grassi disposent des mêmes voitures mais le premier est favori. Il s’est plus souvent montré devant cette saison à bord de sa Mercedes, que Di Grassi au volant de sa Venturi. Là aussi la logique est respectée, et c’est Vandoorne qui ira affronter Cassidy. Après des qualifications ratées il y a deux semaines à Marrakech, Vandoorne tient ici une forme de revanche.

Un poleman surprise

La finale est d’une haute intensité, entre Vandoorne l’expérimenté et Cassidy le semi-rookie. D’une manière générale, la Mercedes est plus rapide, mais sur ce genre de circuit, et plus particulièrement à ce moment, la soif de Cassidy peut tout effacer si aucune erreur n’est commise. Et entre l’expérience du leader du championnat et la prise de risque total du pilote Néo-Zélandais, c’est l’audace qui finira par l’emporter. Cassidy signe ainsi sa seconde pole position en Formula E, pour seulement huit millièmes. On se rappelle qu’il avait effacé le temps de Vergne l’an passé en super pole position, pour 0,161 sec. C’est donc également son premier succès avec le nouveau système de qualifications.

Départ de la course à 19 heures, heure française