L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Opel Zafira Tourer : C’est pas si mal d’être papa

En découvrant – et en essayant – le Zafira « 3e génération », on constate qu’Opel a fait un grand pas en avant dans de nombreux domaines. Le style s’est modernisé, l’habitacle a gagné en « flexibilité » et surtout, l’agrément de conduite s’est bonifié comme jamais. Sachant que l’objectif d’Opel est de remettre son Zafira à la première place des monospaces compacts importés en France, ces progrès ont intérêt à payer.

Essai Opel Zafira 12

Esthétique :

Essai Opel Zafira 19A Marignane, il y a des avions de ligne, des canadairs, des grands parkings et… des Opel Zafira Tourer ! Nous avons ainsi découvert notre modèle d’essai à quelques mètres du Hall 1 de l’aéroport Marseille Provence. Au milieu de tous les Zafira Tourer destinés aux journalistes, notre 2.0 CDTi 165 ch Cosmo Pack « full options » brun acajou était du plus bel effet. Mais c’est une affaire de goût, on vous l’accorde.

Oublions la couleur pour nous attarder sur les lignes extérieures de ce dernier né dans la catégorie des monospaces « plus que » compacts. Car avec ses 7 places et ses 4,66 m de long, le Zafira Tourer se situe entre les Renault Grand Scenic / Ford Grand C-Max et les grands monospaces. Du coup, le Zafira de la précédente génération (19 cm plus court) reste commercialisé afin de compléter l’offre d’Opel en entrée de gamme.

De face, les phares boomerang du Zafira Tourer partent du haut des Essai Opel Zafira 17feux et vont jusqu’aux antibrouillards. Ils sont originaux et donnent un surcroit de dynamisme au dernier né du constructeur allemand. De profil, la silhouette du monospace est censée évoquer le train à grande vitesse dont il est inspiré. On vous avouera que la ressemblance ne nous avait pas sauté aux yeux avant qu’on nous en parle. Ni après d’ailleurs… Les feux arrières sont travaillés et paraissent sophistiqués principalement lorsqu’ils sont équipés de LED. Pour le reste, rien de très original mis à part le pare-brise panoramique très agréable à l’usage que l’on retrouve de série en finition Cosmo Pack.

L’ensemble ne révolutionne pas le genre du monospace compact mais, c’est élégant, moderne et suffisamment discret pour qui aime passer inaperçu.

Intérieur :

Essai Opel Zafira 37Une fois installé aux commandes de « notre » Zafira Tourer, nous avons été séduit par l’habitacle globalement bien fini et la sellerie bicolore beige / marron. Le design est moderne, sérieux et agréable. Les sièges sont très confortables et la console centrale est de belle facture. Dans notre version Cosmo Pack équipée du Pack Driver 2 (rien à voir avec le jeu vidéo…) et du système de navigation 900, les boutons sont omniprésents. Et il faudra un bon entrainement pour réussir à tout utiliser sans se mélanger les pinceaux. Mais nous y reviendrons dans la partie « équipements ».

Côté modularité, Opel fait fort. Très fort. Son système d’assise Essai Opel Zafira 15Flex7 a été profondément remanié. L’ensemble du troisième rang peut désormais se replier pour être à l’aplomb du coffre. Quant au deuxième rang, il a été repensé pour délaisser la banquette. Du coup, les trois sièges individuels peuvent coulisser longitudinalement sur 210 mm et être repliés pour dégager un plancher plat. Quant au système Lounge, qui est de série à partir de la version Cosmo, il apporte un mécanisme de pliage astucieux pour que le dossier du siège du milieu puisse former de vrais accoudoirs pour les passagers des places latérales. Et comme la course longitudinale des sièges latéraux atteint les 280 mm et qu’ils peuvent aussi coulisser de 50 mm vers le centre de l’habitacle, l’Opel Zafira Tourer se met à rêver de jouer les limousines pour célébrités grâce à son « salon V.IP mobile ».

Moteur :

Essai Opel Zafira 4Notre modèle d’essai était équipé du fleuron des moteurs diesel de la marque, soit le 2.0 CDTI 165 ecoFlex start/stop. Couplé à la boîte manuelle 6 vitesses, ce moteur nous a véritablement emballé en termes d’agrément de conduite. Vif, coupleux (350 Nm de 1750 à 2500 tr/min) et silencieux, il autorise des dépassements en toute sécurité (9,5 sec pour le 80 à 120 km/h en 5e) et devrait convenir à la plupart des conducteurs.

Ainsi motorisé, le Zafira Tourer est capable de grimper à 208 km/h en vitesse maxi et d’accomplir le 0 à 100 km/h en 9,8 secondes. Des performances largement suffisantes pour un monospace qui pèse tout de même 1733 kg sur la balance…

En revanche, la perplexité est de mise en ce qui concerne la Essai Opel Zafira 31consommation… Opel annonce un chiffre qui nous semble très optimiste puisque le Zafira Tourer ainsi motorisé est donné pour consommer 5,2 l/100 km en condition mixte. Déjà bien rodé (plus de 7000 km au compteur), notre monospace d’essai était plus proche des 7 l/100 km après plus de 250 km effectués à son volant.

Et autant vous le dire tout de suite, nous avons réellement conduit en « bon père de famille » tout le long de notre périple en Provence durant lequel nous avons emprunté à 90% des routes et autoroutes. Quant aux émissions de CO2, elles sont de 137 g/km et placent donc ce Zafira Tourer 2.0 CDTI de 165 chevaux dans la zone neutre du bonus/malus écologique (barème 2012).

Equipements :

Essai Opel Zafira 14Opel a sorti le grand jeu en matière d’équipements technologiques. Bien sûr, pour en profiter, il faudra opter pour la finition haut de gamme Cosmo Pack et pour quelques options mais, la liste des aides à la conduite disponibles est impressionnante : indicateur de distance de sécurité, alerte de collision frontale, freinage en cas de collision imminente (décélération de 0,3 G maximum), indicateur d’angle mort, assistance au stationnement, alerte de franchissement de ligne… Quant à la reconnaissance des panneaux de signalisation et les phares adaptatifs directionnels, ils sont associées à la nouvelle caméra frontale Opel Eye.

Lors de notre essai, nous avons aussi essayé le régulateur de vitesse adaptatif à détection radar. Disponible pour la première fois sur un monospace compact, il a pour mission d’aider « le conducteur à maintenir la vitesse de consigne, prenant en compte la distance avec les véhicules qui précèdent ». Outre la vitesse – comme sur un régulateur classique – il est donc possible de sélectionner une distance parmi les trois proposées (loin, moyen, près). Efficace, ce régulateur Essai Opel Zafira 40high tech est surtout appréciable lorsque la circulation est fluide et peu dense. Cet équipement est inclus dans le Pack Driver 2.

En revanche, si nous devions relever un défaut principal, ce serait l’accumulation de boutons lorsque le Zafira Tourer est aussi bien équipé. Et il faudra quelques jours d’utilisation pour bien comprendre comment tout fonctionne. De plus, ces commandes sont parfois mal placées comme celles de l’ordinateur de bord qui sont situées sur un commodo, à gauche, derrière le volant.

Conclusion :

Vendu à partir de 23 100 euros (1.4 Turbo essence 120 ch Enjoy), l’Opel Zafira Tourer devrait séduire les pères de famille à la recherche d’un monospace offrant un vaste espace intérieur, une ligne moderne et un bon confort général. Mais pour avoir un Zafira Tourer quasiment comme celui de notre essai (2.0 CDTI 165 ch Cosmo Pack), il faudra débourser la modique somme de 31 600 euros. Sans les options…

J’aime :

L’agrément de conduite du 2.0 CDTi 165 ch

Le confort général grâce au châssis adaptatif FlexRide (option à 750 euros)

Les équipements de sécurité high tech

Le design intérieur

J’aime pas :

La consommation plus élevée que les chiffres annoncés

Quelques commandes mal placées

La longue liste d’options (y compris lorsqu’on prend la finition Cosmo Pack)

Texte et photos : Jean-Michel Setbon

[flickr_set id= »72157628320657973″ thumbnail= »square » overlay= »true » size= »original »]

 

 

Essai Opel Zafira Tourer : C’est pas si mal d’être papa

 

 

En découvrant – et en essayant – le Zafira « 3e génération », on constate qu’Opel a fait un grand pas en avant dans de nombreux domaines. Le style s’est modernisé, l’habitacle a gagné en « flexibilité » et surtout, l’agrément de conduite s’est bonifié comme jamais. Sachant que l’objectif d’Opel est de remettre son Zafira à la première place des monospaces compacts importés en France, ces progrès ont intérêt à payer.

 

 

Esthétique :

A Marignane, il y a des avions de ligne, des canadairs, des grands parkings et… des Opel Zafira Tourer ! Nous avons ainsi découvert notre modèle d’essai à quelques mètres du Hall 1 de l’aéroport Marseille Provence. Au milieu de tous les Zafira Tourer destinés aux journalistes, notre 2.0 CDTi 165 ch Cosmo Pack « full options » brun acajou était du plus bel effet. Mais c’est une affaire de goût, on vous l’accorde.

Oublions la couleur pour nous attarder sur les lignes extérieures de ce dernier né dans la catégorie des monospaces « plus que » compacts. Car avec ses 7 places et ses 4,66 m de long, le Zafira Tourer se situe entre les Renault Grand Scenic / Ford Grand C-Max et les grands monospaces. Du coup, le Zafira de la précédente génération (19 cm plus court) reste commercialisé afin de compléter l’offre d’Opel en entrée de gamme.

 

De face, les phares boomerang du Zafira Tourer partent du haut des feux et vont jusqu’aux antibrouillards. Ils sont originaux et donnent un surcroit de dynamisme au dernier né du constructeur allemand. De profil, la silhouette du monospace est censée évoquer le train à grande vitesse dont il est inspiré. On vous avouera que la ressemblance ne nous avait pas sauté aux yeux avant qu’on nous en parle. Ni après d’ailleurs…

Les feux arrières sont travaillés et paraissent sophistiqués principalement lorsqu’ils sont équipés de LED. Pour le reste, rien de très original mis à part le pare-brise panoramique très agréable à l’usage que l’on retrouve de série en finition Cosmo Pack.

 

L’ensemble ne révolutionne pas le genre du monospace compact mais, c’est élégant, moderne et suffisamment discret pour qui aime passer inaperçu.

 

Intérieur :

Une fois installé aux commandes de « notre » Zafira Tourer, nous avons été séduit par l’habitacle globalement bien fini et la sellerie bicolore beige / marron. Le design est moderne, sérieux et agréable. Les sièges sont très confortables et la console centrale est de belle facture. Dans notre version Cosmo Pack équipée du Pack Driver 2 (rien à voir avec le jeu vidéo…) et du système de navigation 900, les boutons sont omniprésents. Et il faudra un bon entrainement pour réussir à tout utiliser sans se mélanger les pinceaux. Mais nous y reviendrons dans la partie « équipements ».

 

Côté modularité, Opel fait fort. Très fort. Son système d’assise Flex7 a été profondément remanié. L’ensemble du troisième rang peut désormais se replier pour être à l’aplomb du coffre. Quant au deuxième rang, il a été repensé pour délaisser la banquette. Du coup, les trois sièges individuels peuvent coulisser longitudinalement sur 210 mm et être repliés pour dégager un plancher plat. Quant au système Lounge, qui est de série à partir de la version Cosmo, il apporte un mécanisme de pliage astucieux pour que le dossier du siège du milieu puisse former de vrais accoudoirs pour les passagers des places latérales. Et comme la course longitudinale des sièges latéraux atteint les 280 mm et qu’ils peuvent aussi coulisser de 50 mm vers le centre de l’habitacle, l’Opel Zafira Tourer se met à rêver de jouer les limousines pour célébrités grâce à son « salon V.IP mobile ».

 

Moteur :

Notre modèle d’essai était équipé du fleuron des moteurs diesel de la marque, soit le 2.0 CDTI 165 ecoFlex start/stop. Couplé à la boîte manuelle 6 vitesses, ce moteur nous a véritablement emballé en termes d’agrément de conduite. Vif, coupleux (350 Nm de 1750 à 2500 tr/min) et silencieux, il autorise des dépassements en toute sécurité (9,5 sec pour le 80 à 120 km/h en 5e) et devrait convenir à la plupart des conducteurs. Ainsi motorisé, le Zafira Tourer est capable de grimper à 208 km/h en vitesse maxi et d’accomplir le 0 à 100 km/h en 9,8 secondes. Des performances largement suffisantes pour un monospace qui pèse tout de même 1733 kg sur la balance…

 

En revanche, la perplexité est de mise en ce qui concerne la consommation… Opel annonce un chiffre qui nous semble très optimiste puisque le Zafira Tourer ainsi motorisé est donné pour consommer 5,2 l/100 km en condition mixte. Déjà bien rodé (plus de 7000 km au compteur), notre monospace d’essai était plus proche des 7 l/100 km après plus de 250 km effectués à son volant. Et autant vous le dire tout de suite, nous avons réellement conduit en « bon père de famille » tout le long de notre périple en Provence durant lequel nous avons emprunté à 90% des routes et autoroutes. Quant aux émissions de CO2, elles sont de 137 g/km et placent donc ce Zafira Tourer 2.0 CDTI de 165 chevaux dans la zone neutre du bonus/malus écologique (barème 2012).

 

 

Equipements :

Opel a sorti le grand jeu en matière d’équipements technologiques. Bien sûr, pour en profiter, il faudra opter pour la finition haut de gamme Cosmo Pack et pour quelques options mais, la liste des aides à la conduite disponibles est impressionnante : indicateur de distance de sécurité, alerte de collision frontale, freinage en cas de collision imminente (décélération de 0,3 G maximum), indicateur d’angle mort, assistance au stationnement, alerte de franchissement de ligne… Quant à la reconnaissance des panneaux de signalisation et les phares adaptatifs directionnels, ils sont associées à la nouvelle caméra frontale Opel Eye.

 

Lors de notre essai, nous avons aussi essayé le régulateur de vitesse adaptatif à détection radar. Disponible pour la première fois sur un monospace compact, il a pour mission d’aider « le conducteur à maintenir la vitesse de consigne, prenant en compte la distance avec les véhicules qui précèdent ». Outre la vitesse – comme sur un régulateur classique – il est donc possible de sélectionner une distance parmi les trois proposées (loin, moyen, près). Efficace, ce régulateur high tech est surtout appréciable lorsque la circulation est fluide et peu dense. Cet équipement est inclus dans le Pack Driver 2.

 

En revanche, si nous devions relever un défaut principal, ce serait l’accumulation de boutons lorsque le Zafira Tourer est aussi bien équipé. Et il faudra quelques jours d’utilisation pour bien comprendre comment tout fonctionne. De plus, ces commandes sont parfois mal placées comme celles de l’ordinateur de bord qui sont situées sur un commodo, à gauche, derrière le volant.

 

 

Conclusion :

 

Vendu à partir de 23 100 euros (1.4 Turbo essence 120 ch Enjoy), l’Opel Zafira Tourer devrait séduire les pères de famille à la recherche d’un monospace offrant un vaste espace intérieur, une ligne moderne et un bon confort général. Mais pour avoir un Zafira Tourer quasiment comme celui de notre essai (2.0 CDTI 165 ch Cosmo Pack), il faudra débourser la modique somme de 31 600 euros. Sans les options…

 

 

J’aime :

 

L’agrément de conduite du 2.0 CDTi 165 ch

 

Le confort général grâce au châssis adaptatif FlexRide (option à 750 euros)

 

Les équipements de sécurité high tech

 

Le design intérieur

 

J’aime pas :

 

La consommation plus élevée que les chiffres annoncés

 

Quelques commandes mal placées

 

La longue liste d’options (y compris lorsqu’on prend la finition Cosmo Pack)

 

 

 

Texte et photos : Jean-Michel Setbon