L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Formula E: Premier podium pour DS-Virgin Racing à Putrajaya

Après Pékin (Chine), sa météo tempérée et sa pollution et avant de mettre le cap sur Punta Del Este, le Saint-Tropez de l’Uruguay et son climat estival. Samedi dernier, la seconde manche du championnat FIA Formula E s’est déroulée dans chaleur humide de Putrajaya, en Malaisie.

ePrix de Putrajaya 2015 podium © Jérôme Cambier_Michelin

Capitale économique du pays, Putrajaya est une ville nouvelle et moderne mais très résidentielle et peu animée. Les grands espaces restent vides le soir et le week-end, ce qui a permis aux promoteurs de la Formula E d’y organiser un ePrix sans trop déranger les voisins, qui par ailleurs ne se sont pas déplacés. Les tribunes étaient quasiment vides! Seuls les VIP’s invités par les sponsors avaient fait le déplacement jusqu’à leur structure climatisée, la chaleur étouffante et les menaces de fortes pluies expliquant par ailleurs cette médiocre fréquentation.

Le même circuit qu’en 2014

ePrix de Putrajaya 2015 © Didier Laurent 2Le format du ePrix de Putrajaya 2015 était le même que l’année dernière. Un tracé de 2,5 km de long comportant 12 virages et une course avancée de deux heures par rapport à l’horaire habituel (départ à 14h04 au lieu de 16h04) pour tenter d’éviter les éventuelles pluies torrentielles… qui ont bien eu lieu moins d’une heure après la course !

Des conditions difficiles à supporter aussi bien pour les pilotes que les batteries de leurs monoplaces 100 % électriques, mises à l’épreuve par la combinaison chaleur/humidité. Du côté des pneus, la chaleur de la piste – 52°C au sol au moment du départ -, soulevait quelques interrogations quant à la résistance des gommes.

ePrix de Putrajaya 2015 © Didier Laurent 10Mais Serge Grisin, le responsable de Michelin en Formula E, était serein : « C’est vrai que nous devons composer avec des conditions météos difficiles, mais aussi une piste extrêmement sale et un bitume à l’adhérence modeste par endroits. Mais avec les enseignements recueillis ici-même lors du ePrix 2014, et alors que la température de la piste était montée jusqu’à 56°C, nous sommes aujourd’hui confiants dans le  fait que les Michelin Pilot Sport EV puissent être à la hauteur. »

A noter que la technologie des Michelin Pilot sport EV, spécialement développés par le manufacturier clermontois pour cette discipline, a été momentanément figée sur demande de la FIA, compte tenu des nombreuses évolutions des voitures pour cette saison : moteur électrique, boîte de vitesse, électronique de gestion et points d’ancrage des suspensions arrière.

[nextpage title= »Une journée de course animée »]

Une journée de course animée

ePrix de Putrajaya 2015 Aguri et Bibendum © JéroÌ‚me Cambier_MichelinTout s’est déroulé en 7 heures. Une séance d’essais libres de soixante-quinze minutes (27°C dans l’air, 89 % d’humidité à 7h45 du matin) au cours de laquelle chacun a du procéder aux réglages de sa voiture et déterminer sa stratégie de course. Puis la séance de qualifications s’est, quant à elle, déroulée entre 10 et 11 heures, par 29°C (33°C ressentis) et un taux d’humidité de 74 %. La pole position est alors revenue à Sébastien Buemi (Renault-e.dams) qui confirme sa bonne forme après sa victoire de Pékin, le 24 octobre dernier.

Le pilote suisse devance Stéphane Sarrazin (Venturi), Loïc Duval (Dragon Racing), qui utilise également un groupe motopropulseur développé par le constructeur monégasque, Antonio Felix Da Costa, invité surprise en super pole sur sa modeste Aguri et Nicolas Prost (Renault-e.dams), aux côtés de qui est venu prendre place en troisième ligne Lucas Di Grassi et son Audi (Abt Schaeffler Audi Sport).

Une course perturbée par la chaleur

ePrix de Putrajaya 2015-départ 2 © JéroÌ‚me Cambier_MichelinAvec 39 °C dans l’air, 52 °C au sol et 60 % d’humidité au moment du départ, les premières surprises n’ont pas tardé à arriver. Alors que Sarrazin, en panne sur la ligne de départ, a du retourner dans les stands pour finalement s’insérer dans la course avec un tour de retard, Jean-Eric Vergne (DS-Virgin Racing) fut pris en sandwich dès le premier virage par Nick Heidfeld (Mahindra) et Jacques Villeneuve (Venturi). Sa direction étant endommagée, Vergne abandonnera donc après quelques dizaines de mètres de course.

ePrix de Putrajaya 2015-JEV 2 © JéroÌ‚me Cambier_MichelinAu 5e tour, la sortie de piste d’Olivier Turvey provoquera l’intervention de la voiture de sécurité, ce qui permettra à Stéphane Sarrazin de recoller au peloton.

Buemi, débarrassé du pilote Venturi sur la ligne de départ, n’a quant à lui eu aucun mal à contenir ses poursuivants (Duval, Da Costa, Prost et Di Grassi) en début de la course. Mais au 16e tour, il rencontra un problème de software qui immobilisa quelques secondes sa voiture en piste. Proche de la mi-course, il anticipa son changement de voiture, et par mesure de précaution Prost, alors 3e après avoir doublé Da Costa dans le 9e tour, fera de même, victime d’une surchauffe de batteries.

Prost passe en tête au changement de voiture

EVILLAGE_PUTRAJAYA-7 © JéroÌ‚me Cambier_MichelinSorti des stands en première position après avoir changé de voiture (les autres pilotes ont changé de baquet entre les 17e et 20e tours), Nicolas Prost ne conservera la tête que pour quelques tours. A nouveau en prise avec des problèmes de software (surchauffe batterie, la voiture passe en mode dégradé), il se fait doubler par le peloton. Di Grassi, alors aux commandes depuis le 24e tour, ne quittera plus la tête de la course. Sur la ligne d’arrivée il sera suivi par Sam Bird, qui offre le premier podium de la saison au team DS-Virgin Racing, et le rookie Robin Frijns, qui place son Andretti en troisième position.

[nextpage title= »Sarrazin, l’homme du jour »]

Sarrazin, homme du jour

ePrix de Putrajaya 2015-Stéphane Sarrazin-Venturi Team © JéroÌ‚me Cambier_MichelinParti 18e avec un tour de retard suite à un problème technique sur la ligne de départ et après s’être qualifié en seconde position le matin même, Stéphane Sarrazin a entrepris une remontée fantastique qui l’a finalement conduit au pied du podium.

« Ca a été un travail d’équipe, » expliquait le français après l’arrivée. « Je suis resté en contact permanent avec mon ingénieur, qui m’a donné de précieux conseils tout au long de la course, notamment au niveau de la gestion de la température des différents éléments. Nous savions alors quand nous pouvions attaquer et doubler sans risquer de panne électronique ou de surchauffe de batterie. C’est ce travail d’équipe qui a fait la différence.« 

Même sentiment du côté du vainqueur, Lucas Di Grassi : « c’était une course où il fallait être patient et maîtriser toutes les températures. Psychologiquement, je pense que ça a été pour moi la course la plus difficile depuis le début de la Formula E. Et si notre voiture a bien progressé, il ne faut pas se fier à la contre-performance des Renault-e.dams, qui demeurent les plus rapides et qui seront sûrement très fortes en Uruguay. »

Buemi, vainqueur et dominateur en Chine mais 12e à Putrajaya et Prost, contraint à l’abandon à Pékin et 10e en Malaisie, vont devoir néanmoins régler leurs problèmes techniques, indépendamment de leurs performances intrinsèques qui les placent toujours en haut de la grille de la départ. « Ce week-end a été extrêmement frustrant, » avoue Nicolas Prost. « J’étais pourtant en bonne position en début de course et je luttais pour le podium. Mais mes ingénieurs m’ont demandé de rentrer plus tôt que prévu pour changer de monoplace en raison de températures trop élevées. Après deux soucis techniques (souci d’aileron mal fixé en Chine, Ndrl) en autant d’épreuves cette saison, il va falloir que nous trouvions les bonnes solutions d’ici la prochaine manche, où nous viserons un meilleur résultat. »

Le prochain ePrix du championnat 2015-2016 de Formula E aura lieu le 19 décembre prochain dans la station balnéaire de Punta Del Este (Uruguay).

Les autres rendez-vous de la Formula E:

  • 6 février: Buenos Aires (Argentine)
  • 12 mars: TBC
  • 2 avril: Long Beach (Etats-Unis)
  • 23 avril: Paris (France)
  • 21 mai: Berlin (Allemagne)
  • 4 juin: Moscou (Russie)
  • 2 juillet: Londres (Royaume-Uni)

A lire aussi:

Formula E: Renault loin devant DS à Pékin

Formula E: Rendez-vous à Paris le 23 avril avec DS Virgin Racing

Formula E: Déjà l’heure de la reprise