L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

News – Audi A1 Quattro : L’exclusive petite sportive

Juste avant les fêtes de fin d’année, Audi a apporté une surprise sous le sapin des nostalgiques des années 80. En attendant que la Quattro Concept vue au Mondial 2010 entre dans une hypothétique phase de production, le constructeur aux anneaux a présenté sa petite A1 dans une version survitaminée qui reprend la dénomination de sa légendaire voiture de rallye. Mais attention, il n’y en aura pas pour tout le monde.

256 chevaux sous le capot

Comme son nom l’indique, l’Audi A1 quattro est une… quattro. La transmission intégrale permanente à coupleur Haldex est associée à une boîte mécanique à six rapports. Point de boîte auto ici, on parle sport et gros bras. Bien sur, en temps normal, l’essentiel de la puissance sera transmis aux roues avant. Ce n’est qu’en cas de patinage que le différentiel à embrayage multidisque à bain d’huile piloté par électronique (à vos souhaits!) transmettra jusqu’à 50% du couple aux roues arrières. Sous le capot, Audi a calé un 4 cylindres 2.0 TFSI associant injection directe, turbocompresseur et distribution à calage variable. Le couple maxi de 350 Nm est constant entre 2500 et 4500 tr/min et la puissance maximal de 256 chevaux est atteinte à 6000 tr/min. Avec ce moteur proche de celui de la S3 (265 ch, ndlr), cette petite A1 est annoncée pour établir le 0 à 100 km/h en 5,7 secondes.

Sa vitesse de pointe serait de 245 km/h et sa consommation moyenne inférieure à 8,5 l/100 km. Des chiffres qui demandent bien sur à être vérifiés sur route et sur circuit car ils en feraient la reine de la catégorie devant la Citroën DS3 Racing (200 ch) et la Mini John Cooper Works (211 ch).

Look de méchante

Elle aurait pu s’appeler S1 ou RS1 mais, Audi a préféré jouer l’exclusivité à outrance pour sa citadine en version survitaminée. Esthétiquement, l’Audi A1 quattro ressemble à s’y méprendre à la A1 clubsport quattro Concept vue au meeting de tuning Wörthersee 2011 et dont nous vous avions déjà parlé ici. Le look est donc très méchant. Côté couleur, les futurs candidats à l’achat de cette A1 n’auront pas beaucoup de choix puisqu’elle ne sera disponible qu’uniquement en blanc acier métallisé et coiffée d’un toit noir brillant. Un noir brillant que l’on retrouve d’ailleurs dans le cadre et la grille de calandre Singleframe.

A l’avant, le bouclier est doté d’entrées d’air gigantesques qui donnent l’impression que cette petite Audi veut croquer tout ce qui se présente sur sa route. A l’arrière, un vrai diffuseur est garni de deux sorties d’échappement à ses extrémités. Sans oublier le gros aileron qui surmonte le hayon. Quant aux superbes jantes blanches 18 pouces au style « turbine » et à écrou central, elles sont un clin d’œil appuyé à celles des quattro S1 des années 80. Enfin, les badges « quattro » sont présents sur la calandre, les arches de toit et le hayon. Au final, il sera bien difficile de passer inaperçu au volant de cette petite bombinette premium. A condition d’avoir la chance d’en dégoter une…

333 exemplaires, prix inconnu

Prévue pour la mi-2012, cette Audi A1 quattro ne sera disponible qu’à 333 exemplaires. Exactement comme pour la R8 GT et sa version Spyder. Aucun tarif n’a été avancé mais, on peut s’attendre à voir apparaître une facture plutôt salée (sans doute plus de 35.000 euros) vu l’exclusivité de la bête. Série très limitée, cette petite allemande sera notamment équipée de phares au xénon adaptatifs, d’un pack éclairage intérieur à LED, du régulateur de vitesse, d’un détecteur de pluie et de luminosité, d’une clim automatique et d’un système hi-fi Bose associé à l’infotainment et ses fonctions Google Earth.

JMS