L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

News – Shelby GT500 : La Mustang la plus puissante de l’histoire

Dévoilée au Salon de Los Angeles, la nouvelle Ford Shelby GT500 n’a rien de comique… Mais alors vraiment rien ! Propulsée par un V8 5,8 litres développant 650 ch, cette Mustang est juste la plus performante de l’histoire. Ce qui est plutôt logique vu que, d’après le constructeur américain, ce moteur est le 8 cylindres de série le plus puissant du monde. Bref, la Camaro ZR1 vient de trouver une rivale à sa mesure…

Eleanor de 2013

Quand on parle de Shelby GT500, on ne peut s’empêcher de penser à la fameuse Eleanor du film 60 secondes chrono, avec Nicolas Cage. Dans le film, c’était une Shelby GT500 de 1967 largement modifiée qui était la vedette. C’est l’occasion de faire un petit rappel historique sur ce modèle créé par Carroll Shelby qui produisait ses propres Mustang sous sa marque. La première GT500 naquit en 1967 lorsque Shelby décida de doter sa gamme d’une version hautes performances. Il installa sous le capot de la muscle car un V8 Ford « Police Interceptor » 428ci de 7.0l de cylindrée et d’une puissance « officielle » de 355 ch. En réalité, il atteignait assez facilement les 400 ch.

Quarante quatre ans plus tard, la GT500 « 2013 » débarque avec ses 650 ch bien sentis. Mais avant d’aborder des entrailles de la bête, parlons un peu esthétique. Si cette Shelby GT500 montre les muscles, notons que le gros travail effectué sur la carrosserie a surtout eu pour but de générer un maximum d’appuis aérodynamiques sans pénaliser la pénétration dans l’air et en améliorant du mieux possible le refroidissement. Ainsi, à 250 km/h, l’appui serait 33% plus élevé que sur une Mustang 2011.

Chaussée de pneus Goodyear Eagle F1 SuperCar G:2 en 19 pouces à l’avant et 20 pouces à l’arrière, l’Américaine bodybuildée reçoit aussi une calandre encore plus agressive et des feux à LED modernisés. Elle profite en fait des fines retouches stylistiques de la la gamme Mustang « millésime 2013 » et qui sera lancée au printemps 2012. « Le style de cette nouvelle Mustang reste très fidèle à son héritage, mais se tourne vers l’avenir en affichant une allure plus moderne et plus puissante », présente Darrel Behmer, le chef du design de la bête.

Bon gros V8 à la sauce US

Maintenant, jetons un coup d’oeil aux informations techniques que Ford a bien voulu dévoiler à l’occasion de cette présentation à Los Angeles. En ce qui concerne le moteur, ce nouveau V8 compressé de 5,8 litres de cylindrée et en aluminium développe la bagatelle de 650 ch et plus de 800 Nm de couple. Plus gros et plus efficace, dixit Ford, le compresseur est l’élément essentiel pour atteindre cette puissance phénoménale. Concernant les chiffres, rien n’a pour l’instant été révélé aussi bien au niveau des accélérations que de la consommation. Le seul élément à se mettre sous la dent est donc la vitesse de pointe qui serait « au-delà de 320 km/h ».

Pour supporter ce couple si élevé et exploiter au mieux la puissance, l’accent a été mis sur la transmission de la GT500. La boîte 6 vitesses a été presque entièrement revue et l’embrayage à double disque a lui aussi été renforcé pour tenir le choc. Bien sûr, d’autres équipements et améliorations viennent agrémenter la crème des Mustang. A condition de les prendre en option… C’est notamment le cas des amortisseurs électroniques Bilstein et du différentiel Torsen à glissement limité qui font partie du Pack Performance. Quant au Pack Circuit, il ajoute des refroidisseurs supplémentaires pour l’huile moteur, pour le différentiel arrière et pour la transmission.

De série, on retrouve des freins Brembo avec des étriers à six pistons à l’avant, un contrôle de départ arrêté (launch control) et un contrôle de stabilité AdvanceTrac qui, heureusement, peut être déconnecté au bon loisir du conducteur. « Pour cette Shebly GT500, nous avons adopté une approche différente, afin que les conducteurs puissent choisir eux-même tous leurs réglages, sans qu’un ordinateur le fasse à leur place », explique Jamal Hameedi, ingénieur en chef du département SVT.

« Presque tous les systèmes qui influent sur la conduite peuvent être paramétrés selon la situation, y compris la suspension électronique Bilstein, le contrôle de départ arrêté, l’AdvanceTrac et l’assistance de direction ». Voilà qui promet de bonnes séances d’essais sur circuit !

Malheureusement, cette GT500 si séduisante pour les amateurs que nous sommes ne sera pas importée en Europe par les réseaux officiels. Et ça non plus, ça ne fait pas rire…