L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Nissan Turini Challenge 2015 : 16 Leaf au départ et à l’arrivée !

Que le même service Recherche et Développement soit notamment capable de pondre la tonitruante GTR et la vertueuse Leaf 100% électrique prouve que chez Nissan ils sont déjantés. Vraiment, car pour prouver que la Leaf est toujours verte la marque l’a confiée à 16 équipages sur les routes du Turini, la fameuse spéciale du Rallye Monte-Carlo.

Du Rallye Monte-Carlo 2014 au Nissan Turini Challenge 2015 aucun virage n'a changé

Du Rallye Monte-Carlo 2014 au Nissan Turini Challenge 2015 aucun virage n’a changé

A Sospel, inspection des "Commissaires techniques" auprès des 16 équipages des Nissan Leaf

A Sospel, inspection des « Commissaires techniques » auprès des 16 équipages des Nissan Leaf

A l’initiative de l’aile japonaise de l’Alliance Renault-Nissan, seize équipages de journalistes spécialisés, donc plus habitués à carburer à l’énergie liquide qu’à s’allumer électriquement… viennent de vivre une étonnante expérience le « Nissan Turini Challenge », sur 73 km des routes de la fameuse spéciale qui fut si souvent le juge de paix du Rallye Monte-Carlo.

Associées  à celles de notre excellent confrère monégasque Romuald Clariond, essayeur et pilote émérite du magazine Intersection, les couleurs de Sport-cars.fr allaient être âprement défendues jusqu’au sommet du Col du Turini, via des kilomètres du ruban d’asphalte encore bordés de neige.

Ultimes conseils de la "Direction de course" du Nissan Turini Challenge 2015, Grégory Nève et Alain Le Meur de la FIA (Fédération International de  Apéros).

Ultimes conseils de la « Direction de course » du Nissan Turini Challenge 2015, Grégory Nève et Alain Le Meur de la FIA (Fédération International de Apéros).

Car après notre vire-vire historique au volant de la déjà surprenante Leaf au Mondial de Paris 2010, avec quatre occupants à bord, nous nous souvenions de l’essai grandeur  nature proposé dans l’arrière pays niçois où, avec le fondateur de Sport-cars.fr, Philippe Hortail, nous avions, mais en vain, tout fait pour épuiser l’énergie de la belle. Un petit jeu qui nous avait lessivés en fin de partie comme le sont souvent les ambitieux auteurs de paris incensés. Cette fois, nous n’allions pas nous laisser faire.

Entre Romuald qui carbure au Red Bull et votre serviteur plutôt adepte du Ricard servi écolo,

A l'heure du départ, stress énorme pour les équipages des Nissan Leaf sous le drapeau à damier.

A l’heure du départ, stress énorme pour les équipages des Nissan Leaf sous le drapeau à damier.

avec une seule dose d’eau, on allait lui en faire voir à la Leaf, frimeuse avec ses prétentieux pins Zéro Emission. On allait lui mettre le réservoir, pardon les batteries, à plat de chez à plat, en montée, en descente et sur le plat. Tu parles Charles…

Autant vous avouer  tout de suite que nous n’y sommes pas arrivés. Pourtant, chauffage à fond, radio, GPS, vitres ouvertes car les portes nous n’avons pas osé, tous feux et phares éclairés, la Feuille – Leaf en anglais, please – nous a fait un pied de nez jusqu’au retour à Monaco.

Mais il y a eu pire : une Leaf sur deux n’a pas eu à être rechargée pour remonter vers Sospel où, après la nôtre, d’autres séances de torture l’attendaient !

[nextpage title= »Les pilotes du jour »]

 Nous étions évidemment les meilleurs, mais…

A l'arrivée au Col du Turini pas de blabla, les tachymètres électroniques des Nissan Leaf parlent : vitesse moyenne, consommation et réserve d'énergie.

A l’arrivée au Col du Turini pas de blabla, les tachymètres électroniques des Nissan Leaf parlent : vitesse moyenne, consommation et réserve d’énergie.

Evidemment, comme les 16 équipages sélectionnés à l’issue de tests de résistance poussés de Baïkonour à Cap Canaveral, nous étions les meilleurs, mais avant même le départ du Nissan Turini Challenge à bord de la Leaf par(fum)ée du N°5 de Chanel.., la guerre des étoiles était lancée.

Sans le savoir nous nous étions élancés le sifflotant frein de parking enclenché : Romuald qui avait pris le premier relais et ma pomme restions pendant un bon kilomètre incapables de trouver comment débloquer ce sacré système que nous pensions à main et qui était en fait au pied… Mieux, nos plus proches rivaux avaient mis notre chauffage au maximum et il nous fallut un bon moment pour nous en rendre compte, nous avions sous les yeux la touche Eco mais nous n’avons pas jugé nécessaire de l’enclencher. J’en passe et des meilleures…

Retour en trombe vers la Principauté de Monaco avec, cette fois, pour objectif de consommer le plus possible. Mais, malgré toutes nos tentatives, pas moyen de mettre dans le rouge la réserve énergétique de notre Nissan Leaf alignée sous le célèbre N°5 de Chanel...

Retour en trombe vers la Principauté de Monaco avec, cette fois, pour objectif de consommer le plus possible. Mais, malgré toutes nos tentatives, pas moyen de mettre dans le rouge la réserve énergétique de notre Nissan Leaf alignée sous le célèbre N°5 de Chanel…

Pour la première fois de sa vie, Clariond pilotait en douceur et j’essayais ensuite de l’imiter : épreuve de régularité à vitesse constante dans la montée, épreuve de gestion de la consommation de l’énergie, puis épreuve de récupération d’énergie où nous n’étions a priori pas trop mauvais, et enfin épreuve dite «A fond, à fond » pour tenter de vider les batteries. Mais malgré notre évidente mauvaise foi, doublée d’une conduite du même tonneau rien n’y a fait. La Leaf est restée une indomptable et hallucinante diablesse.

Le podium était certes à portée d’accélérateur. Cependant, là encore nous sommes restés sur notre faim, mais nous reviendrons sur la Place des Platanes de Sospel, puis nous tracerons comme des gagas vers Le Moulinet, le Col du Turini et l’Auberge des Trois Vallées où il fait bon de se sustenter et s’hydrater, avant de bifurquer en direction de L’Escarène, et la sportive descente vers la Principauté de Monaco où la Leaf tourbillonne comme une feuille d’automne, sans toutefois tomber…

Bien campée sur son châssis aux réactions dynamiques et au freinage plutôt efficace. Heureusement, car lorsque le Romuald Clariond envoie du lourd, c’est tout l’esprit du Rallye Monte-Carlo qui surgit !

En attendant, un conseil, même si nous n’avons aucun intérêt à l’affaire, les Concessionnaires Nissan proposent la Leaf à l’essai pendant une journée, n’hésitez surtout pas à tenter l’expérience. Et faite-nous savoir en retour ce que vous en pensez.

[nextpage title= »Les interviews des responsables de Nissan »]

Les interviews des responsables de Nissan

Grégory Nève : « Démystifier le 100% électrique »

Grégory Nève, Directeur de la Communication de Nissan West Europe, auquel il ne faut jamais dire « Tu n’es pas chiche de faire ceci, ou celà… », et son bras armé Alain Le Meur l’avaient dit en amont et nous ont donc permis de le vérifier sur le terrain.

« Le Nissan Turini Challenge avait de multiples ambitions : tout d’abord, démystifier l’utilisation que l’on peut faire de la Nissan Leaf. Ensuite, confirmer que l’on peut réellement éprouver du plaisir au volant d’une automobile 100% électrique, jusque dans les virelets les plus sinueux et pentus sans avoir en particulier à chercher le bon rapport de boîte ! Enfin, montrer qu’à l’aide des système d’information intégrés, la manière de gérer l’ énergie d’une voiture électrique est un jeu d’enfant.« 

Ultimes conseils de la "Direction de course" du Nissan Turini Challenge 2015, Grégory Nève et Alain Le Meur de la FIA (Fédération International de  Apéros).

Bernard Loire : « Leader européen et mondial »

Président de Nissan West Europe depuis un an, Bernard Loire notait quant à lui : « Au delà des discours corporate, nous sommes de fervents supporters de la Nissan Leaf. Certes, sur notre progression européenne de plus de 50% au cours des cinq dernières années et sur les 5,5 millions de voitures vendues par Nissan dans le monde en 2014, nos ventes de véhicules électriques ne sont pas encore un marché de masse, mais nous en vendons chaque jour un peu plus. Et depuis le Mondial de Paris 2014 la demande tend à doubler par rapport à l’exercice précédent. Nissan est leader européen et mondial du marché de l’électrique depuis quatre ans. La deuxième version de la Leaf, améliorée en 2013, et ses batteries sont construites en Europe – en Grande-Bretagne – et elle reste l’auto la plus vendue au monde, ainsi que la N°1 en Europe avec un quart du marché. Seule la Zoé la devance en France. Et nos véhicules électriques représentent 180 000 tonnes de C02 non émis.« 

Et les « Leafeurs » de la vraie vie ?

Et les usagers de la Nissan Leaf, ceux de la vraie vie, que font-ils de leur familiale branchée unique et préférée ? Selon Nissan, alors qu’en France une famille qui utilise une auto à moteur thermique parcourt entre 12 000 km et 13 000 km par an, contre 11 500 km en Europe, les « Leafeurs » parcourent en moyenne 16 500 km annuellement.

Ils rechargent leur belle 2,7 fois par semaine, ce qui est dans les normes, moyennant une dépense en électricité de 2€, et 93% sont « pleinement satisfaits de leur choix », ce qui constitue un record chez les constructeurs généralistes.

Les accros et les futurs adeptes de la secte électrique vont pouvoir profiter d’offres globales : câble 220V de série, quatre semaines de location offerte et service train plus auto. Ils vont aussi voir arriver la Série Spéciale 5 ans, développée sur la base de la finition Acenta, équipée de jantes spécifiques, d’une console bleue – car peu à peu le vert automobile passe au bleu… pétrole… – pourvue d’origine d’un système de recharge rapide.

La Leaf Auto Ecole arrive; le e-NV200 Evalia sept places, seul ludospace 100% électrique pointe le bout de sa calandre ; en France les bornes quick-recharge doivent se multiplier, en particulier dans le sillage des initiatives d’Auchan et d’Ikea sur leurs parkings.

Le slogan de Nissan « Innovation et enthousiasme » reste ainsi au goût du jour. Il a même permis, grâce au partenariat du constructeur avec l’UEFA, aux équipages du Turini Challenge d’assister à la miraculeuse qualification  de l’AS Monaco pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Sainte-Dévote était sûrement avec eux. Mais cela c’est une toute autre histoire, celle de la belle incertitude du sport !

Charles-Bernard ADREANI

[nextpage title= »Galerie Photos »]

Galerie Photos

Photos : Charles-Bernard Adreani