L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Occasion : quelle FIAT Panda choisir ?

La FIAT Panda III est sortie en 2012 et prend du galon par rapport à sa devancière. Elle opte pour une production relocalisée en Italie, dans l’usine de Gianbattista Vico près de Naples. Elle fut dévoilée au public au Salon de Francfort en septembre 2011 pour être commercialisée dès janvier 2012.

Si la FIAT Panda II est venue remplacer l’antique première du nom après 23 ans de bons et loyaux services, la troisième génération tranche dans le vif. Le design est confié à ItalDesign, la société de Giogetto Giugiaro. Au revoir les formes cubiques qui évoquaient la première du nom, désormais la Panda III se veut séduisante. Elle adopte des formes tout en rondeur, notamment au niveau du regard, elle parait bien plus attirante. Et ce n’est pas négligeable quand on sait que l’un des premiers critères d’achat, c’est le dessin.

Et cette Panda III ne fait pas qu’un ravalement à l’extérieur en changeant de philosophie, mais elle est aussi moderne à l’intérieur. En fait ce n’est pas surprenant lorsqu’on sait qu’elle repose sur la plateforme de la FIAT 500 II, l’autre icone du catalogue.

Fiche Occasion FIAT Panda III

Chiffres clés de la Panda III

Dimensions du véhicule

Longueur : 3 653 mm
Largeur : 1 643 mm
Hauteur : 1 551 mm
Empattement : 2 300 mm
Poids à vide : 940 kg

Les motorisations disponibles

Essence :
0.9 TwinAir 2 cylindres 964 cm3 / 65 ch
0.9 TwinAir 2 cylindres Turbo 875 cm3 / 80 / 85 / 90 ch
1.0 BSG Hybrid 3 cylindres / 70 ch

Diesel :
1.3 JTD 4 cylindres Turbo 1 248 cm3 / 75 / 80 / 95 ch

Transmission / boîte de vitesses

Traction / Intégrale
BVM5 (Start & Stop) / BVA5 / BVM6

Avis FIAT Panda III

La FIAT Panda III sait se faire désirer avec sa nouvelle génération. Elle devient une vraie alternative attrayante face à une concurrence pléthorique sur le marché des citadines. Elle a pour atout d’avoir un accès facile à bord avec ses 5 portes et un grand hayon pour charger le coffre.

Peu de temps après son lancement, elle s’offre même une version 4×4 ! Rareté sur le segment, c’est un héritage depuis la première version. Et dans certains cas, cette transmission peut s’avérer fort utile sur des chemins abîmes ou dans certaines régions où la neige vient encore perturber des hivers désormais trop doux.

En 2017, la Panda City Cross a imité la version intégrale avec une carrosserie surélevée, tout en conservant les deux roues motrices. En février 2020, c’est une version micro-hybride qui est venue se greffer à la gamme. Et en octobre 2020, l’intérieur voit l’arrivée d’un écran tactile de 7″ multimédia compatible Apple Car Play. Cette FIAT Panda III a vraiment tout pour plaire !

Les défauts / les rappels / la fiabilité

Moteur
Tous
Défaillance du système Stop & Start : reprogrammation
1.2
Oxydation du moteur jusqu’au 14/09/12 : à rectifier
Bruit de la courroie d’alternateur : vérification de la tension, voire remplacement de la courroie
Oscillation du régime au ralenti : reprogrammation de la centrale d’injection
Démarrage difficile : reprogrammation
0.9 TwinAir
Ratés d’allumage au démarrage : reprogrammation
Fuite d’huile du carter de distribution jusqu’en mars 2012 : étanchéité à rectifier
1.3 MJT
Odeur de gazole dans le moteur : tubes rigides des injecteurs
Témoin de préchauffage allumés : bougies de préchauffage à changer et/ou reprogrammation

Transmission
Vibrations vers 70 km/h (4×4) : pose d’une plaque entre le différentiel et l’arbre de transmission

Châssis
Témoin ESP allumé : reprogrammation
Cognement de l’arbre de direction : à rectifier

Carrosserie
Dysfonctionnement de la poignée du hayon à distance : à changer

Le choix de la rédaction

Plus grande, plus logeable, plus agréable à prendre en main, la FIAT Panda III est le signe de la maturité. Bien-née grâce à la plateforme de la grande sœur 500, la Panda III assure comme citadine. Idéale dans son environnement naturel, la ville, il ne faut pas lui demander des trajets au long cours.

Pour la version à privilégier, le 1.2 Essence est de loin le meilleur compris. Le TwinAir est équipé d’un turbo qui améliore les reprises, mais ce n’est pas le plus agréable. Les versions 4×4 pénalisent les performances et la consommation, mais peut s’avérer utile dans certaines conditions. Le Diesel MJT fait illusion en ville grâce à son couple, mais rend les armes dès qu’il faut de l’allonge. En revanche, il est redoutable en off-road sur la version 4×4. Le 1.3 MJT 95 ch est la meilleure version côté Diesel !