L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Endurance WEC aux USA : les 1000 Miles pour Toyota aux 50e 12 Heures de Sebring

12h Sebring 2019 1000 miles WEC 2019

Le week-end dernier, le mythique circuit américain accueillait pour la 50fois la célèbre course d’Endurance des 12 Heures de Sebring. Mais la course a aussi été animée par la venue du Championnat du monde d’Endurance (WEC) pour un run de 1 000 miles, remporté par la Toyota de Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakajima. Didier Laurent et L’Agenda Automobile y étaient.

Une super fête du sport automobile

12h Sebring BMW 2019Cette victoire de Toyota n’est certes pas une grande surprise puisque le constructeur japonais est seul dans la catégorie LM P1 hybride, alors que pendant les essais les Toyota tournaient déjà 2,5 s plus vite que les autres LM P1 thermiques.

L’autre Toyota, confiée à Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López, était bien en première ligne au départ, mais un accrochage avec une GT l’a fait reculer en dernière position dès la première heure de course.

Le trio a donc passé son temps à remonter le peloton, alors que devant la voiture sœur tenait la tête haut la main. La deuxième Toyota coupera finalement la ligne d’arrivée en seconde position, la troisième voiture, celle du SMP Racing (Hartley/Petrov/Aleshin) étant à 11 tours…

On peut alors dire que les deux japonaises étaient une fois de plus seules au monde, et que seules une panne ou une erreur de pilotage pouvaient les priver de ce doublé. Il convient alors de souligner que l’intérêt sportif se situe cette saison plutôt du côté des GT, avec des débats animés entre Porsche, Ferrari, Aston Martin, BMW et Corvette.

A Sebring, c’est la Porsche 911 de Gianmaria Bruni et de Richard Lietz qui s’est imposée, devant une BMW, une Ford et une Ferrari. La première Corvette, constructeur local, est 8ème. A noter qu’en LM P2, la Jackie Chan DC Racing remporte la catégorie avec des pneus Dunlop, alors que c’est Michelin qui équipe tout le reste du plateau du plateau. En marge de ces résultats, nos investigations sur place nous ont permis de récolter quelques informations complémentaires.

Toyota : menace du « Toro des Asturies » et ambiance maussade

Les deux équipages des Toyota TS050-Hybrid, Conway/Kobayashi/Lopez d’un côté et Buemi/Nakajima/Alonso de l’autre ne sont pas en très bons termes. Des tensions liées à des différents survenus lors des précédentes courses ont généré des heurts entre Fernando Alonso et certains de ces équipiers.

« Radio paddock » indique même que l’espagnol aurait menacé de quitter l’écurie en s’adressant vivement à Pascal Vasselon, le directeur de l’équipe, mais le double champion du monde aurait été remis en place par d’autres membres de l’écurie.

16.000 pneumatiques : un week-end « Enorme » pour Bibendum

12h Sebring 2019 MichelinL’IMSA (le championnat d’endurance américain) est devenu le premier programme du manufacturier auvergnat, où il équipe 106 voitures de trois catégories différentes.
Si on ajoute les 32 voitures venues pour le WEC, on arrive dont à 138 voitures, ce qui représente le déplacement de 16.000 pneus de course, dont 5.800 pneus pour la pluie.

C’est deux fois plus que pour les 24 Heures du Mans. 60 monteurs ont été engagés pour ce week-end de course hors norme, qui ont officié sous une tente de 2.400m2. Vingt et un semi-remorques et neug containers envoyés par bateau depuis la France ont été nécessaires pour approvisionner la course, car tous ces pneus sont fabriqués dans l’usine française de Cataroux (63), à côté de Clermont-Ferrand.

Sur le béton d’un ancien aéroport militaire

12h Sebring 2019 MichelinLe circuit de Sebring est un tracé Long de 6,02 km pour 17 virages, il offre des parties très difficiles, hyper larges, où plusieurs trajectoires peuvent s’envisager. C’est par exemple le cas du virage n°17, où certains pilotes perdent leurs repères avec la vitesse, et où des accidents sont survenus. La moitié de sa piste est composée de plaques de béton, qui correspondent en fait au tarmac d’un ancien aéroport militaire. Ce circuit sert pour de nombreuses courses, y compris l’Indycar.

Circuit plat mais surface bosselée…

12h Sebring 2019 1000 miles WEC 2019Le circuit de Sebring génère des contraintes spécifiques sur les pneus et les suspensions.
Le tracé est plat en termes de topographie mais sa surface bosselée, tout comme son revêtement changeant –des plaques de bétons et des surfaces asphaltées, produisent des contraintes particulières et des changements d’adhérence.

En outre, la moitié du tracé en asphalte s’échauffe rapidement au soleil et peut facilement dépasser les 40°C au sol tandis que la température de la partie en béton reste toujours mitigée.

En cas de pluie, la capacité du circuit d’évacuer l’eau est limitée, rendant le roulage difficile. En clair, entre inconfort et trajectoires délicates, le tracé de Sebring demande de l’engagement et du talent.

Le règlement pourrait encore évoluer

Les instances du WEC ont profité de Sebring pour apporter des précisions sur le futur règlement, qui entrera en vigueur fin 2020. Il concerne une nouvelle catégorie, appelé Hypercar, qui pourra mettre en scène des voitures qui ressemblent à des voitures de sport de série, mais qui sont déjà, à la base, nettement plus performantes que les GT (Porsche 911 R, Ford GT, BMW M8 ou Ferrai 488 GTE actuellement engagées dans le championnat).
Aston Martin, Ferrari et Mc Laren sont pour l’instant les trois marques qui semblent être partantes pour l’aventure, mais la direction du championnat souligne que d’autres constructeurs sont à la table des négociations. Le règlement a été amendé une fois pour débloquer des points soulevés par les marques intéressées, et pourrait encore évoluer.

Plus de 200.000 spectateurs, record battu !

Le week-end dernier, 200 000 personnes se sont au rendues au circuit pour vivre ce week-end de course exceptionnel. C’est un record, et une augmentation de 45 % des places vendues en comparaison de l’année dernière. L’effet WEC est donc indéniable, aidé par un plateau de pilotes d’excellent niveau, et l’attractivité liée à Fernando Alonso. C’est d’ailleurs devant son stand qu’on a toujours vu le plus de queue pour espérer une photo ou un autographe.

Une organisation au top pour les fans

Le paddock faisait certainement plus d’un kilomètre de long, tellement le nombre d’écuries étaient important.
Mais tout le monde avait joué le jeu de l’ambiance américaine, avec des stands ouverts où les gens peuvent venir voir les voitures et les écuries de près à tout moment.
Pendant la course les stands sont vides car aux Etats-Unis les assistances se font depuis le bord de la piste.
C’est une vraie bonne ambiance où chacun des fans peut trouver plaisir à déambuler.

Le couple WEC-IMSA a une héritière… SuperSebring

Il se pourrait que le WEC revienne à Sebring la saison prochaine. Pierre Fillon, président de l’ACO, et Gérard Neveu, directeur-général du WEC, ont tous deux déclaré lors d’un point presse que si l’IMSA leur proposait à nouveau l’aventure ils y seraient favorables.
Etant donné que le WEC a payé des travaux de réfection de la pitlane, il serait logique qu’il puisse inscrire sa présence sur le long terme à Sebring. Et, de l’aveu des deux parties, tout n’a pas été facile – beaucoup de disputes entre les deux organisations – mais le résultat, seul juge de paix, plaide en faveur d’une nouvelle édition de ce que tout le monde appelle désormais « SuperSebring ».

Le nouveau record du tour à Fernando Alonso

Fernando Alonso détient désormais le record du tour à Sebring. Au volant de sa Toyota TS050 Hybrid, il a parcouru les 6,02 km en 1 min 40’’124 S. C’est évidemment une excellente performance, mais celle-ci mets encore plus en exergue le chrono de Sébastien Bourdais, qui détenait le record depuis 2009 avec une Peugeot 908 HDI en 1’40’’274.

Hommagedes la FIA  à Charlie Whiting

L’ACO a tenu à rendre hommage à Charlie Whiting, Directeur de course de la Formule 1 et délégué à la sécurité, décédé jeudi matin à Melbourne à l’âge de 66 ans.
Toutes les personnalités officielles de la FIA ont d’ailleurs porté soit un brassard soit un noeud noir en hommage à cette personnalité du gratin du sport automobile.

Des Michelin hybrides pour la pluie

Malgré une température très douce, l’humidité est venue perturber la course de WEC, au cours de la dernière demi-heure. Cela n’a rien changé au classement, les voitures ayant continué pour la plupart en pneus slicks, les LM P1 ayant pour leur part pu utiliser les Michelin hybrides, qui sont des slicks en apparence mais dont la gomme spécifique leur confère un regain de grip sur un sol humide ou une trajectoire asséchante.

Video : FIA F1 World Championship – Charlie Whiting passes away

Didier LAURENT & L’Agenda de l’Automobile
D.L. & Michelin Racing USA

12H Sebring 2019 & WEC 1000 Miles : slideshow Agenda Automobile

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire