L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Pourquoi les faux échappements sont-ils à la mode ?

Vous les avez déjà certainement remarqué, ces fausses sorties d’échappement sur les voitures modernes ! Et cela touche les constructeurs généralistes, comme les premium. Alors, pourquoi les faux échappements sont-ils à la mode ?

Les faux échappements, pourquoi cette mode ?

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué mais si vous observez le bouclier arrière d’une voiture, celle-ci peut avoir des sorties d’échappement chromées.

En y regardant de plus près, ces mêmes sorties rectangulaires dissimulent des canules d’échappement classiques et rondes, parfois éloignées de la sortie chromée, voire même mal centrées. Et dans d’autres cas encore plus absurdes, ce sont de fausses sorties d’échappements, qui sont soit bouchées, soit évidées où l’échappement réel emprunte un autre chemin.

Le point de vue esthétique

Lorsque les designers conçoivent leur maquette finale, ils ne demandent pas l’avis des ingénieurs. Ainsi, la branche motoriste pour le modèle dédié n’entre pas les considérations du design final.

C’est beaucoup plus simple pour les concepteurs car ils créent le parechoc qu’il leur convient. Ainsi, le dessin est beaucoup plus libre que s’il fallait trouver une solution d’intégration des échappements qui pourrait nuire à l’ensemble du design.

Les raisons des coûts de production

Il n’y a pas de petites économies, surtout dans les grandes chaînes de production comme l’industrie automobile. Pourquoi faire un bouclier avec une sortie d’échappement qui n’est pas aligné avec la canule ? Si l’employé n’a pas besoin d’intervenir pour aligner ces deux éléments, ou les emboîter, cela fait une manipulation en moins, il est donc plus rentable.

Faire un embout en plastique chromé dans le parechoc est moins cher qu’une vraie sortie d’échappement en métal ou aluminium. Si le visuel est du même effet, pourquoi dépenser plus ? Il ne s’agit peut-être que de faibles économies, mais à l’échelle de production d’un même modèle produit à un demi-million ou plus, cela n’est pas négligeable.

Certains constructeurs sont encore plus radicaux, comme chez Dacia, les rois des astuces discount. Puisqu’on ne voit pas l’embout de l’échappement qui est dissimulé, pourquoi l’amener jusqu’à l’arrière du véhicule ? C’est exactement le constat qu’ils ont fait pour le Jogger, la ligne d’échappement s’arrête à mi-chemin du châssis. La sortie d’échappement est située peut après la portière arrière du conducteur…

Par raison de sécurité

On a peut-être tendance à l’oublier, mais les gaz d’échappement sont chauds, très chauds ! Les plastiques utilisés pour ces sorties dans les boucliers auraient tendance à fondre ! Voilà une bonne raison de ne pas faire passer la canule d’échappement à travers ces découpes.

D’autant que la chaleur fait dilater le métal, un tuyau d’échappement bien ajusté dans son emplacement, ne le serait plus vraiment à de hautes températures. Si ce dernier entrait en contact avec le plastique, on imagine les dégâts.

La propreté

Ce paramètre peut s’appliquer aux moteurs Diesel plutôt qu’aux Essence, mais l’accumulation de suie d’échappement sur le parechoc arrière peut donner l’impression d’une voiture mal entretenue. C’est pourquoi, l’orientation de l’embout de l’échappement s’effectue vers le bas et non vers l’arrière.

En orientant l’embout vers le bas, on peut diriger les gaz d’échappement sales dans le flux tourbillonnant loin derrière la voiture. Cela peut permettre au parechoc d’avoir une meilleure durée de vie et ne pas avoir l’aspect d’un plastique fortement détérioré.

Voilà quelques raisons qui font que les designers dessinent de plus en plus de fausses sorties d’échappement. Véritable fléaux pour les uns, partie totalement inconnue pour les autres, si vous tentez l’expérience de vous pencher sous votre SUV, vous seriez certainement surpris !