L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Reportage : Pourquoi mettre des pneus hiver ?

Alors que la neige et le froid sévissent en ce moment un peu partout en France, il est plus que jamais de saison de s’intéresser aux caractéristiques du pneu hiver. Encore mystérieux pour beaucoup d’automobilistes, ce type de gomme est pourtant loin d’être superflu. Nous en avons fait l’expérience grâce à Michelin sur le circuit enneigé de Val d’Isère.

Michelin-Hiver-13

Michelin-Hiver-4Pneu hiver ne veut pas dire pneu neige

Val d’Isère. Une journée d’hiver comme beaucoup d’autres… Il fait froid et la neige est au rendez-vous. Cela tombe bien, nous sommes ici pour tester des pneus hiver et surtout, pour comparer leur efficacité par rapport à des pneus été dans des conditions et sur des voitures similaires.

Mais commençons par un peu de théorie. Quel est selon vous le point de départ pour s’équiper avec des pneumatiques hiver ? Il faut savoir et surtout bien se mettre en tête que la présence de neige n’est pas le seul et unique facteur. En effet, c’est la température qui à prendre en compte en premier. En dessous de 7°C, un pneu été devient irrémédiablement moins performant. Notamment en ce qui concerne la distance de freinage. Et si plusieurs pays européens – dont l’Allemagne – ont rendu les pneus hiver obligatoires sur une période précise de l’année, c’est qu’il y a une bonne raison. Et cette raison, c’est la sécurité.Michelin-Hiver-10

En effet, un pneu hiver peut être confronté à des conditions de route très variées. Pluie, neige partielle, neige fraiche, neige fondue (ou slush), neige compacte, glace ou encore verglas. Dans toutes ces conditions, les attentes principales de l’automobiliste sont de pouvoir freiner, de pouvoir s’arrêter et de pouvoir prendre un virage. A cela s’ajoute la possibilité de démarrer en côte et de changer de voie sans perte d’adhérence. Grâce à des gommes plus souples et des sculptures adaptées, les pneus hiver sont donc nettement plus efficaces en conditions hivernales. Ce qui parrait logique en théorie. Mais de la théorie à la pratique, il y a un pas que nous avons franchi grâce à des essais comparatifs de gommes Michelin sur le circuit de Val d’Isère.

Freinage sécurisé

Michelin-Hiver-6Le premier « exercice » consiste à accélérer jusqu’à 40 km/h au volant d’une Renault Mégane pour ensuite effectuer un freinage d’urgence. Une voiture est équipée de gommes hiver (Michelin Alpin 4 en 195/65 R15) et l’autre de pneus été (Michelin Primacy 3). Bien sûr, nous prenons à tour de rôle les commandes de chaque Mégane afin de constater et mesurer toute la différence entre ces deux montes. Dès l’accélération, pourtant sur du plat, le grip est très nettement supérieur avec les pneus hiver. Mais au freinage, c’est carrément du simple au double. Les pneus hiver permettent de s’arrêter réellement et rapidement tandis que les pneus été nous entraînent dans une longue glisse en avant toutes roues bloquées malgré l’ABS.

Au test suivant, qui consiste à attaquer une légère pente avec une traction (Peugeot 308) puis avec une propulsion (BMW Série 1), le constat est identique. Que ce soit au volant de la berline française ou de l’allemande, franchir une côte est un jeu d’enfant à condition d’avoir les gommes adéquates. En revanche, avec les pneus été, c’est purement et simplement impossible. Si la voiture parvient à grimper trois ou quatre mètres, c’est uniquement grâce à l’élan acquis sur la phase d’accélération. Ensuite, c’est la redescente en marche arrière assurée et… en freestyle !Michelin-Hiver-8

4 pneus sinon rien

Certaines personnes, par méconnaissance et par soucis d’économie, pensent qu’il est déjà bien de mettre des pneus hiver à l’avant de sa voiture si l’on a une traction. Et donc, de garder des gommes été à l’arrière. Quelle grossière erreur ! Ainsi équipées, les Peugeot 308 sont purement inconduisibles. Au moindre changement de direction à vitesse pourtant très réduite, c’est au mieux un immense travers et au pire, le tête à queue immédiat. Sur un circuit, c’est plutôt amusant mais sur une route de montagne, on imagine sans mal les conséquences dramatiques que cela pourrait avoir…

Enfin, sur un tour de circuit, peu importe le mode de transmission, les pneus hiver offrent ce que les gommes été condamnent. En plus de la motricité et du freinage améliorés, la direction répond bien mieux et entraîne une meilleure maniabilité. Ceci est notamment rendu possible grâce au nombre plus important de lamelles et de rainures sur ce type de pneumatique.

Michelin-Hiver-22Appel et contre-appel en Porsche 911

Maintenant que nous avons vu la réelle importance d’un pneu hiver sur la voiture de monsieur tout le monde, passons au côté fun ! Car conduire sur neige peut aussi être sportif et très amusant. Surtout quand les autos mises à notre disposition ne sont rien de moins que des Porsche 911 Carrera 4 et 4S – dont un cabriolet – montées avec des Michelin Pilot Alpin de dernière génération. Des pneus hiver aux dimensions impressionnantes puisqu’ils sont en 245/35 R20 à l’avant et 295/30 R20 à l’arrière !

Destinée aux véhicules hautes performances, cette gomme a été récemment améliorée à plusieurs points de vue comme sur les distances de freinage, la traction et un meilleur comportement dans toutes les conditions. Nous avons rapidement pu tester ces améliorations en piste et en glisse grâce aux précieux conseils des moniteurs qui nous accompagnaient. On se serait presque cru engagé sur une manche du Trophée Andros !

Michelin-Hiver-17Associés à une transmission intégrale, ces pneus offrent un grip assez étonnant que ce soit à l’accélération ou en virage. Avec les aides électroniques connectées, il est difficile de prendre notre Porsche en défaut à condition de rester dans les limites du raisonnable. Aides déconnectées, c’est immédiatement le fun qui prend le dessus puisque les dérapages sont facilement controlables et sans grand risque de finir dans un mur de neige. Comme quoi, avec les bons pneus on peut toujours se faire plaisir avec sa sportive même en hiver !

Texte et photos : JMS