L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Visite – Naissance d’une Mitsubishi !

Pour les amateurs de technique, la visite d’une usine est toujours un moment particulier. En effet, quand on voit à quoi ressemble une voiture au tout début (une simple plaque de métal), on ne peut qu’être intrigué par tout ce qui se passe entre temps afin de vous permettre de vous installer derrière le volant et de profiter de votre Mistubishi. En route pour quelques précisions grâce à la découverte de l’usine NedCar, en Hollande.

Mistubishi Nedcar usine 3

L’usine :

Avec 40 années d’expérience (elle assemblait des DAF, des Volvo et des Smart Forfour), cette usine est la propriété de Mitsubishi Motors Corporation depuis une dizaine d’année. Ainsi, la Carisma et la Space Star furent les premiers modèles de la marque aux trois diamant à y être assemblés.

Il s’agit de la seule usine qui assemble des voitures au Pays-Bas. On y fabrique des Mitsubishi Colt et des Outlander avec un soucis permanent de la qualité afin de répondre aux standards imposés par la marque Japonaise. Les robots travaillent dans une chorégraphie bien huilée afin d’assembler une voiture toutes les 15 heures grâce aux 1 500 employés.

De la tôle à la peinture :

Tout commence par l’emboutissage. D’énormes presses, occupant 27 000 m2, mettent en forme des plaques de métal. Ici un capot, là une porte… Tout ce qui compose le « squelette » (250 pièces) de la voiture et qui sera assemblé comme un puzzle par la suite passe par cette zone. Afin de gagner du temps, les formes qui servent à l’emboutissage sont interchangeables en 10 à 20 minutes, réduisant ainsi le temps d’arrêt. Toutes les parties de métal qui sont perdues en raison de la coupe sont recyclées.

Au total, se sont 6 presses générant entre 400 et 1 800 tonnes (!) qui travaillent à longueur de journée. Deux autres, d’une force de 2 800  tonnes (!) complètent le parc. Suite à cela, les pièces formatées sont acheminées vers les robots qui vont les souder les unes aux autres… Automatisée à 98%, cette chaine (grâce à ses 550 robots) soude et  transporte jusqu’à ce que la voiture prenne forme. Et on se rend enfin compte que la plaque de métal que nous avons vu plus tôt n’est plus qu’un souvenir…

Prendre des couleurs…

La voiture est enfin prête pour être acheminée vers l’atelier de peinture et ses 40 000 mètres carrés. 300 000 voitures par an peuvent être peintes dans cet espace grâce au travail de 80 robots. 20 peintures métallisées sont prises en compte en 4 couches.

…et devenir une voiture !

L’atelier d’assemblage final occupe 87 500 mètres carrés. Ici l’homme reprend possession de la procédure, car seuls 40 robots participent à l’assemblage de tout ce qui est nécessaire : le moteur, les trains roulants, les sièges, moquettes, contre-portes, pare-brise etc. Un puzzle de 1 500 pièces qui impose un flux « just in time ». Une fois le premier coup de démarreur donné, le moteur s’éveille et c’est une douche qui attend la voiture, afin de vérifier que tout est bien étanche ! Il s’agit du point le plus visible du contrôle de qualité qui porte sur 400 autres vérifications.

Et la nature ?

NedCar est sesible à l’enjeu écologique et fait en sorte que les process validés le prennent en considération. Ainsi, les peintures sans solvants, le recyclage du métal inutilisé, la réduction de l’émission de carbone et du bruit ont permis à l’usine de répondre aux normes EMAS II. L’Homme n’est pas ignoré… L’ergonomie des postes est lui aussi un facteur important qui fait l’objet de toutes les attentions.

Maintenant, vous savez mieux ce que les hommes de NedCar font pour votre Mitsubishi !

Retrouvez un essai de la Mitsubishi Outlander assemblée dans l’usine présentée ci-dessus sur le site La Provence.com.