L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Circuit Paul Ricard : les 4H du Castellet pour rêver GRATUITEMENT aux 24H du Mans…

A peine bouclés les tests ELMS programmés lundi et mardi prochains (8 et 9 avril) au circuit Paul Ricard, les 4 Heures du Castellet seront – samedi 13 et dimanche 14 – le premier des six rendez-vous de l’European Le Mans Series 2019. Les teams, qui aligneront 41 voitures, devront rivaliser de stratégie et de performances pour accéder aux podiums Protos LMP2 et LMP3 ainsi que LMGTE. Trois compétitions, la Michelin Le Mans Cup (LMP3 et GT3), les F3 et les Porsche complèteront le programme.

 

Plus de demandes que de places pour l’European Le Mans Series 2019

Pour la première fois dans l’histoire de l’European Le Mans Series, le comité de sélection a reçu plus de demandes qu’il n’y avait de places disponibles. Un processus a donc été mis en place afin de sélectionner les équipes pour la saison 2019, où 41 voitures s’affronteront : 18 LMP2, 14 LMP3 et 9 GTE seront sur la grille de départ des 4 Heures du Castellet au circuit Paul Ricard.

LMP2 : 14 équipes occuperont le plateau LMP2 fort de 11 Oreca, six Ligier et une Dallara. Et le tenant du titre, G-Drive Racing, défendra sa couronne avec notamment Roman Rusinov. Parmi les teams, huit ont déjà participé à l’ELMS : High Class Racing, DragonSpeed, United Autosports, Panis-Barthez Competition, Algarve Pro Racing, Idec Sport, Duqueine Engineering et Graff. Elles sont rejointes par quatre équipes venus des LMP3, dont le champion sortant RLR MSport, Inter Europol Competition, Cool Racing et BHK Motorsport. Enfin, Carlin, déjà renommée en monoplaces, va découvrir l’ELMS avec le seul châssis Dallara présent.

LMP3 :  la grille LMP3 sera à nouveau conséquente en présence de dix teams, qui aligneront huit Ligier et six Norma-M30. Quant au champion 2018, RLR MSport, il remettra son titre en jeu avec sa Ligier JSP3. Huit autres équipes seront au sein du plateau : United Autosports, 360 Racing, Nielsen Racing, Oregon Team, Eurointernational, Inter Europol Competition, Ultimate et M-Racing. Quant au Graff il fera son retour sous la bannière de Realteam Racing.

LMGTE : neuf voitures italiennes et allemandes en découdront en GT : cinq Ferrari F488 GTE et quatre Porsche 911 RSR. Proton Competition défendra sa couronne en alignant deux Porsche 911, avec en particulier Matteo Cairoli. La seconde auto de PC sera aux couleurs du Dempsey-Proton Racing avec Richard Lietz, Champion du monde WEC. JMW Motorsport, Ebimotors et Spirit of Race seront rejoints par les Ferrari du Kessel Racing. L’équipe Project 1, également présente en FIA WEC, participera à l’ELMS avec une Porsche 911. Et Luzich Racing fera ses débuts avec une Ferrari F488 gérée par Spirit Of Race.

Endurance européenne et mondiale : Bruno Senna sur deux fronts 

Bruno Senna effectuera au circuit Paul Ricard son retour en European Le Mans Series, dix ans après y avoir fait ses débuts. Le brésilien revient pour une saison complète, associé au canadien John Farano et à l’indien Arjun Maini, à bord d’une Oreca 07 de la team RLR MSport dont ce seront les premiers tours de roues en Protos LMP2.
Le Champion WEC 2017 LMP2 attaquera une année 2019 chargée, puisqu’il est par ailleurs engagé sur un deuxième front, dans la Super Saison du Championnat du monde FIA WEC chez Rebellion Racing.

Les plus beaux circuits et le Mans en perspective

Le championnat ELMS propose aux concurrents une saison sur les plus beaux circuits d’Europe, dont le circuit Paul Ricard, tout en limitant les budgets dans la mesure du possible. Les vainqueurs et 2e de la catégorie LMP2 ainsi que les lauréats LMP3 et LMGTE se voyant offrir une invitation aux 24 Heures du Mans, cela donne une dimension particulière à la chasse aux titres, parmi les concurrents stars, tels Bruno Senna (RLR MSport), Filipe Albuquerque (United Autosports), Nicolas Lapierre (Cool Racing), et Panis-Barthez Competition avec Will Stevens et Julien Canal.

Panis-Barthez Compétition passe la 4e avec deux LMP2

L’écurie tricolore Panis-Barthez Competitionv entamera au circuit Paul Ricard sa 4e saison en European Le Mans Series avec deux LMP2. Après l’annonce de l’équipage Stevens-Canal-Binder sur la Ligier #23, l’écurie a officialisé l’engagement d’une seconde voiture.
Le premier pilote à avoir été titularisé sur la #24 est Timothé Buret, 23 ans, paré du Prix Jean Rondeau 2016, qui rempile en LMP2, fidèles à Panis-Barthez Compétition : « J’étais impatient de finaliser mon engagement en LMP2, dit-il. Je suis heureux de pouvoir retrouver la famille PBC, c’est un vrai plus de rouler avec une équipe avec qui j’ai déjà tant partagé sportivement et humainement depuis mes débuts en endurance. Avec la voiture sœur nous allons pouvoir échanger de façon constructive car nous avons créé une incroyable complicité avec Will (Stevens) et Julien (Canal) l’année dernière.»
Le montpelliérain sera associé à un autre jeune loup, le russe Konstantin Tereschenko. 24 ans. 

Manuela Gostner, Rahel Frey et Michelle Gatting les cavalières de Kessel…

Les femmes passent rarement inaperçues en sport automobile. Mieux, elles y sont de plus en plus nombreuses.
Cette année, pour la première fois dans l’histoire de l’European Le Mans Series, un équipage 100% féminin participera à l’intégralité de la saison. Manuela Gostner (Italie), Rahel Frey (Suisse) et Michelle Gatting (Danemark) piloteront la Ferrari F488 GTE n°83 de Kessel Racing. Après avoir terminé 6e aux Gulf 12 Heures d’Abu Dhabi au volant d’une F488 GT3, les cavalières de Kessel feront leur entrée au Circuit Paul Ricard.
Objectif : terminer en haut du classement ELMS/LMGTE, et performer aux 24 Heures du Mans, avec lessoutien de la FIA au travers de la Commission des femmes dans le sport automobile (Women In Motorsport) dont le but est de promouvoir la participation des femmes dans tous les domaines du sport auto.

Ouvert gratuitement au public les 13 et 14 avril

Les français seront les premiers à voir évoluer les bêtes de l’ELMS 2019, et à découvrir leurs stands de ravitaillement lors du traditionnel pitwalk et de la séance d’autographes.
Ce week-end des 4 Heures du Castellet – dont l’accès au paddock et à la grille de départ sont ouverts gratuitement à toutes et tous – bénéficiera de nombreuses animations.
Au Village, écran géant, simulateur de course avec casque de réalité virtuelle, animation drones, slot racing géant Scalextric, circuit Crazy Kart, château gonflable et  espace détente permettront de se détendre et de s’amuser en famille.

Cela s’est passé aux 4 Heures du Castellet 2018

Avec cinq voitures en moins de 30 secondes sous le drapeau à damier franchi à plus de 200km/h de moyenne, un écart de 4 secondes entre les vainqueurs (Nato-Pla-Petit) et leurs Dauphins (Vaxivière-Perrodo-Duval), les 4 Heures du Castellet 2018 avaient lancé l’European Le Man Series au rythme d’un Grand Prix de LMP2 sur le circuit Paul Ricard. Côté constructeurs, c’est Oreca qui fit la meilleure opération de ce coup d’envoi de l’European Le Mans Series avec des châssis Oreca 07 aux quatre premières places et parmi les dix premiers.
Le podium et les vainqueurs des 4H du Castellet 2018 : 1. Nato-Pla-Petit (Oreca 07-Gibson, Team Racing Engineering) 129 tours en 4h23’’793/1000e et meilleur tour en course en 1’42’’540 à 203,3km/h; 2. Vaxivière-Perrodo-Duval (Oreca 07-Gibson, Team TDS Racing) à 4’’827 ; 3. Ragues-Jamin-Panciatici (Oreca 07-Gibson, Team Duqueine Engineering) à 7’’875… 1. LMP3, 16e au scratch, Farano-Van Uttert-Garofall (Ligier JS P3-Nissan, Team RLR MSport)… 1. LMGTE, 26e au scratch, Griffin-MacDowall-Mouna (Ferrari 488 GTE, Team JMW Motosport).

Voir aussi : Abarth a 70 ans, 5 vidéos et 70 photos

Charles-Bernard ADREANI
Photos : Raymond PAPANTI

Slideshow 4H du Castellet ELMS dans le rétro 2018 de Raymond Papanti

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire