L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Alfa Romeo Giulia 2020 : mise à jour essentiellement technologique

Essai Alfa Romeo Giulia 2020

Alfa Romeo dispose d’une très bonne voiture avec la Giulia. Avec la mise à jour que la marque italienne vient de faire, sa berline se hisse au niveau des meilleures de sa catégorie en ce qui concerne la technologie embarquée et espère se relancer sur le marché grâce à cet argument.

Ligne inchangée, qualité en progrès

Les propriétaires de la version précédente ne seront pas dépaysés : extérieurement, la nouvelle Giulia évolue très peu. On note surtout l’apparition de nouveaux coloris et une simplification de la gamme de jantes.

A bord, l’intégration de l’écran de l’écran central est mieux réalisée, tout comme la nouvelle console centrale qui accueille des compartiments de rangement plus grands. Les propriétaires de smartphones compatibles profiteront d’un chargeur à induction et les amateurs de beaux matériaux seront flattés par les nouveaux traitements du levier de vitesse et du volant, réellement de meilleure qualité que sur la génération précédente de Giulia.

L’Alfa Romeo Giulia face à la concurrence 

On entend souvent dire que Alfa Romeo est une marque chère et qu’elle se positionne face aux BMW, Audi et Mercedes sans offrir l’image ou la qualité de ces dernières. C’est sans doute vrai, mais on achète une italienne pour d’autres raisons, et souvent sur un coup de cœur. 

Toutefois, les chiffres de vente de la Giulia restent bons si on les compare à ceux de la BMW Série 3 berline  : 2399 exemplaires vendus en 2017 pour l’italienne contre 2336 pour l’Allemande, 1663 en 2018 contre 1296. Mais en 2018, la BMW était en fin de carrière. Son renouvellement en 2019 a inversé la tendance, et l’italienne ne s’est vendue qu’à 988 exemplaires, contre 3 251 pour l’allemande…

Quand on observe en détail le positionnement tarifaire d’une Giulia Sprint 190 chevaux AT8, on peut voir que son prix est supérieur à celui de la BMW 320d et inférieur aux Audi A4 et Mercedes 220d, la dotation de série est tout de même meilleure. Mais il faut encore convaincre les clients : Alfa Romeo, en appliquant une importante mise à jour de la technologie embarquée, souhaite relancer cette (bonne) berline. Mais y arriveront-ils ?

Les aides à la conduite de l’Alfa Romeo Giulia 2020

A son lancement, la Giulia accusait un gros déficit face à la concurrence en ce qui concerne les aides à la conduite. La version 2020 rattrape nettement son retard et se dote de la conduite autonome de niveau 2, de la détection des angles morts, de l’aide au maintien dans la voie, de la détection de fatigue du conducteur, de la reconnaissance des panneaux et du régulateur de vitesse adaptatif.

Elle mise aussi sur un nouveau système de communication disposant de services connectés et d’une nouvelle interface plus ergonomique qui s’inspire grandement de celle d’une BMW.

En effet, Marelli a mis à jour le système d’infotainment, qui est désormais tactile, de 8,8 pouces et de série sur toute la gamme. Le « Rotary Pad’, sorte de molette placée sur la console centrale, offre une navigation plus intuitive et confortable. Si cela ne suffit pas, il est possible d’utiliser le nouveau système de reconnaissance vocale avancé, que l’on peut coupler avec l’outil de recherche en texte libre (Free Text Search) pour la navigation. Ajoutons également que le système de navigation intègre des applications pour la recherche de destinations, de points d’intérêt (POI), d’alerte trafic, de météo et de radars en temps réel.

Il est désormais possible de régler la ventilation/climatisation, les systèmes d’aide à la conduite autonome, le mode de conduite DNA et de consulter les statistiques de conduite directement à partir de l’écran tactile.

Les enfants seront heureux : le système « My Wifi » permet de connecter jusqu’à 8 appareils à bord ! Les voleurs le seront moins : « My Theft Assistance » alerte le propriétaire de toute tentative de vol de sa voiture.

Les plus technophiles apprécieront « My Assistant » (permet d’envoyer une demande d’aide à un centre d’appel en cas d’accident) et surtout « My Remote » (ma télécommande) qui offre la possibilité de contrôler à distance plusieurs fonctions du véhicule comme le verrouillage/déverrouillage des portes, ou encore l’éclairage rapide via un smartphone ou une montre connectée. Bien entendu, on dispose de Apple CarPlay et Android Auto.

Toujours aussi sympa à conduire

Nous avons eu le plaisir de tester la version Q2 de 200 chevaux. Par rapport à notre précédente prise en mains, je trouve que le comportement s’est assagi, même en mode D qui est censé être le plus sportif. On a perdu la réactivité que j’appréciais beaucoup mais qui, selon Alfa Romeo, n’était pas du goût de tous les clients. 

L’ensemble reste très agréable à conduire sur les petites routes grâce à une répartition des masses 50/50, une direction précise et une boîte de vitesses réactive. Seul bémol : les grandes palettes sont placées trop près des comodos de phares et lave glace, et il arrive qu’on actionne ces derniers sans le vouloir. 

La bonne nouvelle pour les conducteurs sportifs est que la Q2 dispose d’un vrai autobloquant mécanique. Mais, s’il participe bien à améliorer la motricité, il reste muselé par les différents contrôles électroniques. C’est ballot…on se voyait bien s’amuser un peu !

En Bref – Essai Alfa Romeo Giulia 2020

La Giulia est une très bonne berline. Elle progresse dans les domaines qui lui faisaient défaut tout en conservant les qualités qui étaient déjà les siennes. De fait, elle se replace sur le marché dominé par les marques allemandes et offre une belle alternative. 

On aimeOn aime moins
Design avantageuxDétails de finition
ConfortLes performances
Agrément de conduiteModularité en retrait

Texte et photos : P. HORTAIL

Articles Récents :

Galerie Photos – Essai Alfa Roméo Giulia

Inscrivez-vous à la newsletter