L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Formule E : le circuit 2021 du E-Prix de Monaco dévoilé

La nouvelle vient de tomber : le championnat du monde de Formula E utilisera le grand circuit du Formule 1 pour son 4ème E-Prix de Monaco. Ou presque.

On connait enfin le circuit qu’emprunteront les monoplaces électriques du championnat du monde de Formula E le 8 mai prochain à Monaco, qui se déroulera à la suite du salon EVER. Révélée par le promoteur du championnat et l’Automobile-club de Monaco, elle reprend le tracé du circuit de Formule 1, à deux aménagements près. « Je suis heureux de voir le championnat du monde de Formule E revenir en Principauté, indique Jean Todt, président de la FIA. C’est dans l’ADN de la série de courir sur des circuits urbains, et celui de Monaco est l’un des plus emblématiques au monde. Mais la Formule E a sa propre identité et c’est pourquoi, en accord avec le promoteur du championnat et l’ACM, qu’un tracé sur mesure, qui convient à ses particularités, a été conçu. »

La vue depuis l’étage des garages lors des précédentes éditions

Retour aux sources

Tout en voulant promouvoir le futur et la voiture électrique en centre-ville, la Formule E puise également dans les racines du sport automobile en Principauté. Elle remet au goût du jour, et pour la première fois dans une compétition internationale, le virage de Sainte-Dévote dans sa configuration d’origine, datant de 1929 ! La chicane à la sortie du tunnel, au virage numéro 11 en arrivant sur le port, sera également modifiée. Le reste du circuit sera identique, soit une longueur de 3,320 km, pour 19 virages (contre 3,340 km pour celui de Formule 1).  

Plus de capacités

En 2015, 2017 et même 2019, les monoplaces de première et seconde génération avaient seulement emprunté la partie basse du circuit, repiquant vers le port dès le virage de Sainte-Dévote. Mais les Formula E d’aujourd’hui sont plus performantes et bénéficient d’une meilleure autonomie. Dès lors, elles grimperont vers la Place du Casino, avant de redescendre vers l’épingle du Grand Hôtel. Elles emprunteront ensuite le tunnel, où elles feront scintiller les LED de leur halo lors de leur premier passage. Le circuit sera alors assez difficile pour ces voitures spécifiques, et la gestion de l’énergie sera un point-clé de la course.

Trois courses en un mois !

Entre le Grand Prix Historique, l’E-Prix et le Grand Prix de Formule 1, Monaco va recevoir trois événements d’envergure internationale. Une performance qu’il convient de saluer dans les circonstances sanitaires actuelles. « Organiser trois courses en l’espace d’un mois sera une première pour nous, indique Christian Tornatore, commissaire principal de l’Automobile Club de Monaco . « Le côté logistique a été complexe en raison des nouvelles contraintes, mais finalement pas impossible à gérer. Nous avons simplement commencé à mettre en place les infrastructures de la piste plus tôt que d’habitude, à la fin du mois de février au lieu du 15 mars, tout en intégrant les aspects techniques spécifiques à chaque discipline. »

Des efforts reconnus pas tous, qui n’ont pas laissé insensible Alberto Longo, co-fondateur et dirigeant du championnat. « Voir la Formule E courir sur le grand circuit de Monaco est pour nous une étape importante. À bien des égards, ce circuit est d’ailleurs fait pour elle : il est rapide, étroit, et offre malgré tout de nombreuses possibilités de dépassement. Il va mettre les pilotes à l’épreuve dans les sections à grande vitesse, particulièrement en termes de gestion d’énergie. Nous sommes honorés du fait que la FIA et l’ACM nous permettent de courir sur ce circuit historique et de renommée mondiale, et que la Formule E puisse y créer sa propre histoire le 8 mai prochain.

Qui sera le prochain vainqueur ?

Pour l’instant, on ne sait pas si la course accueillera du public ou non, mais a minima les structures VIP, sur invitation, fonctionneront. Les deux premiers E-Prix de Monaco, en 2015 et en 2017, avaient été remportés par Sébastien Buemi, alors pilote Renault e.dams, et Nissan e.dams aujourd’hui. Le vainqueur de la dernière édition, en 2019, a été Jean-Eric Vergne (DS Techeetah). Qui sera le premier a inscrire son nom en tête du premier E-Prix de Monaco sur le grand circuit ? Avant les courses de Valence, la semaine prochaine, on trouve Sam Bird et Jaguar Racing en tête des championnats Pilotes et Constructeurs.

Inscrivez-vous à la newsletter