L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Formula E: Venturi, l’équipe la plus malchanceuse du championnat

Mais pourquoi le sort s’acharne-t-il sur l’équipe monégasque Venturi ? Depuis l’année dernière, rien ne lui réussit alors qu’il en faudrait peu pour qu’il en soit radicalement différent.

Course Formula E 4

C’est à ce demander si ce n’est pas la couleur noire de leur polo qui leur porte malheur. En Chine, lors du ePrix inaugural, Nick Heidfeld est en seconde position à seulement quelques dixièmes de seconde de Nicolas Prost (e.dams-Renault), auteur de la pole position et en tête depuis le début de course, mais dont les batteries sont à bout de souffle. A l’approche du dernier virage,  Heidfeld, qui a mieux géré son énergie, tente alors de le dépasser. Mais Prost donne un coup de volant, les deux monoplaces se touchent et la Venturi d’Heidfeld s’envole dans les grillages de sécurité.  Pour son geste, le pilote français sera condamné à une rétrogradation de 10 places à la course suivante. Mais une belle frayeur et une fin de course non classée, autant pour l’un que pour l’autre.

Les pilotes Formula E 13Deux mois plus tard, en Malaisie, le même Heidfeld, toujours bien placé, se fait cette fois envoyer dans les blocs de plastique latéraux de sécurité par un Franck Montagny (alors engagé par Andretti Autosport), un peu trop pressé à la sortie d’une épingle. Fin de course pour l’Allemand et fin de championnat pour Montagny, contrôlé positif à un dérivé de la cocaïne.

Un mois plus, si c’est bien Stéphane Sarrazin qui est le plus rapide à Punta del Este (Uruguay), ce n’est que lors d’essais.

Ambiance Formula E 35En janvier 2015, à Buenos Aires, la malchance continue. Alors qu’il a course gagnée, Heidfeld prend une pénalité pour avoir dépassé de seulement quelques km/h  et sur moins de 10 m la limitation de vitesse dans les stands. Un membre de l’équipe avait tout simplement oublié d’enclencher le limiteur de vitesse au changement de voiture…

Et enfin, lors de la dernière course, le 14 mars dernier à Miami, alors que Sarrazin se frotte au peloton de tête, sa boîte de vitesse le lâche, et ce n’était pas la première fois de la saison…

Ambiance Formula E 30Si on ajoute à cela que la tentative de record de vitesse en voiture électrique, l’autre challenge de Venturi, n’a pas pu avoir lieu en août dernier car le lac salé de Bonneville, lieu de l’événement, était… inondé (si, si, un lac salé peut être inondé, quelques fois par siècle…) on se demande bien quand va s’arrêter cette malchance continue qui fait que Venturi est d’un côté dernier d’un championnat où il aurait pu remporter légitimement trois des cinq courses qui ont déjà eu lieu, et d’un autre avoir battu un record pour lequel il possède déjà la technologie.

La saison prochaine, en Formula E, Venturi passera du stade d’équipe utilisant une voiture commune à celui de constructeur, autrement dit la marque pourra utiliser un certain nombre de pièces de sa conception, dont le moteur électrique, organe sur lequel VENTURI 7Gildo Pastor, le propriétaire de la marque, a investi lourdement depuis le début des années 2000.

VENTURI 6En parallèle, le team tentera de battre le record de vitesse tant attendu avec le pilote hautes performances Roger Schroer au volant de la VBB-3, la première « fusée » électrique. Les premiers essais, prévus d’ici fin juin, devraient lui permettre d’atteindre la vitesse de 600 km/h. Nous reviendrons plus longuement sur ce projet et la technologie Venturi très bientôt. (VOIR ARTICLE VENTURI)

Et heureusement, en sport automobile comme ailleurs, la roue tourne et la poisse devrait finir par quitter cette équipe ô combien méritante. Mais, tout de même, vivement que ça s’arrête !

Texte: Didier Laurent – Crédits photos : Thomas Antoine et Christophe Hunsicker/ACE Team

[nextpage title= »Galerie Photos »]

Galerie Photos