L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Genève – ZOE, en complément de votre voiture de sport ?

ZOE, une voiture électrique, sur sport-cars.fr, un blog dédié aux voitures de sport et de luxe… hum hum… Non, ne partez pas tout de suite ! Non, « jé n’ai pas chanché » comme dirait Julio, mais à bien y regarder de plus prêt, pourquoi pas une ZOE ?

Drôle de bilan

La passion de la voiture sportive est plus dure à vivre aujourd’hui qu’il y a 10 ou 15 ans. Dans la liste, non exhaustive, des désagréments nous trouvons :

– Les radars : souvent (pas toujours) destinés à nous piéger car placés dans des zones non dangereuses. Qui ne s’est pas déjà fait avoir sur une autoroute à trois voies sans circulation ?

– La lutte contre la pollution : on nous rabâche à longueur de journée qu’il faut lutter contre le CO2 et on nous impose des malus. Et nos chères sportives en émettent plus que la moyenne…

– Les autres : le regard de nos nos concitoyens est souvent teinté d’une jalousie malsaine. Qui n’a jamais renoncé à aller chez un client avec sa voiture de ses rêves de peur de sa réaction ?

– Les méchants : il y a ceux qui passent du regard aux actes et se font plaisir gratuitement. Personnellement, on a marché sur une de mes voitures. Ce co….. l’a traversée du capot au coffre en prenant soin de laisser ses empreintes. Sympa la série spéciale « Adidas ».

– Les bouchons : beaucoup de villes sont saturées et on circule au rythme d’escargots.

Bref, j’en oublie sûrement, mais les arguments ne militent pas en faveur des voitures sportives. Et pourtant on les aime et bon nombre d’entre nous disposent d’une seconde voiture, souvent une citadine pour les déplacements professionnels, aller au boulot, faire une course (au supermarché, pas sur circuit) et ainsi arrivent à éliminer en semaine (en totalité ou presque) les points négatifs énumérés ci-dessus. Reste la question de l’usage « plaisir » le weekend (faut bien qu’on les sorte un peu nos autos !)

Mais il reste obligatoirement un item dans un tel schéma : la pollution. La lutte contre cette dernière étant devenu un enjeu important, nos belles autos ont du mal à être « éco-responsables » comme on dit. Alors, que faire pour que cette passion continue tout en faisant un geste pour l’environnent ? Il faut acheter une voiture électrique bien sûr ! Démonstration.

Et pourquoi pas une ZOE…

Pour l’avoir découverte au Salon de Genève, ZOE semble (je dis semble car je ne l’ai pas encore essayée) apporter une possible réponse. Cette voiture dispose de quatre places, d’une ligne moderne et agréable et d’une autonomie annoncée pour 100 à 150 km en parcours urbain (et 210 km en cycle NEDC4… à voir !), ce qui est suffisant pour certains d’entre nous au quotidien. Dans le cas contraire, le moteur thermique a encore de belles années devant lui ! Renault annonce que Zoe peut se recharger à n’importe quel niveau de puissance, entre 30 minutes et 9 heures, grâce au chargeur Caméléon.

La ligne de ZOE est restée très proche de celle du concept-car et c’est une très bonne chose. L’équipement intérieur propose le  « Renault R-Link » : système multimédia incluant une tablette tactile de sept pouces, la navigation et les services connectés. Bref, voilà de quoi remplacer la Clio diesel (ou autre) qui nous sert de « déplaçoir » au quotidien. Enfin, presque…

Attention, les performances de ZOE sont adaptées à la ville et sa périphérie et ne permettent pas de s’engager sur un trajet autoroutier trop long (135 km/h en vitesse maximale). La dame à la fin de la publicité qui passe à la télé en ce moment (voir ici)  pose la question « vous êtes déjà passé à l’électrique pour beaucoup de choses, alors pourquoi pas pour voyager ?« . Pour lui répondre, je dirai juste « ben parce qu’on ne peut pas réaliser des voyages avec une voiture électrique »  si on considère que le mot « voyage » sous-entend un parcours de plus de 100 km (souvent sur autoroute) et non pas aller chercher la baguette de pain en bas de la rue.

En complément d’une Mégane RS !!!!!!

Une fois le problème de la conduite en semaine résolu, il nous reste le weekend. Vous pensez sérieusement que je vais prendre une ZOE pour aller arpenter le bitume d’un circuit ?? Non, je prendrai (pour rester dans la marque) une Mégane RS (ou tout autre voiture de sport !) essayée ici.

Et qu’on me foute la paix.

Qu’on me laisse consommer mes deux ou trois pleins, user mes pneus, prendre mes virages à fond à fond à fond… et si ça passe c’est beau.

Bref, qu’on me laisse vivre ma passion.

L’heure des comptes

Passer à la voiture électrique appelle deux calculs :

D’un point de vue environnemental :

Si on fait un bilan carbone, je suis persuadé que l’on en émet moins sur un mois avec ZOE + RS que monsieur « j’aimepaslesvoituresdesport » et son diesel… Prenons une Mégane Dci 130 chevaux qui émet 114g/CO2 au kilomètre. Elle parcours 1500 km par mois et rejette 171 000 g de CO2 sur la période.

En comparaison, une Zoé qui fera le même trajet émettra… zéro gramme. Il nous reste donc 4 weekends de plaisir pour profiter de la Mégane RS qui elle, émet 195 g/km… de quoi rouler environ 880 km avant de polluer plus que monsieur « j’aimepaslesvoituresdesport« . Le même qui vous regarde de travers le weekend avec votre RS car vous polluez. C’est le monde à l’envers.

D’un point de vue financier :

Mettre 15 700 euros dans une seconde voiture, c’est cher. Encore trop cher. Surtout que ce type de voiture s’achète souvent d’occasion avec un petit budget. Mais avec l’achat d’une Mégane RS d’occasion (comptez 20 000 euros) et d’une ZOE (15 700 euros prime de l’Etat de 5 000 euros déduite) à la place d’une RS neuve seule (entre 30 et 35 000 euros selon les options), on dispose de deux voitures. Une pour tous les jours, une pour le weekend. Certes, il faut payer deux assurances mais c’est déjà souvent le cas avec la petite auto de tous les jours que nous possédons souvent à côté de la voiture passion. Et il faut avoir un parking avec recharge (800 à 1000 euros la borne).

Côté carburants, avec les prix affichés par ses derniers en ce moment, la location de la batterie (au minimum 79 € / mois) et le coût d’un plein EDF équivalent souvent au coût de la consommation moyenne d’un de nos « déplaçoirs ». Le match est nul sur ce point.

Conclusion :

Je suis passionné par les voitures de sport. Ces belles et puissantes autos qui sont souvent des rêves inaccessibles. Mais les questions d’environnement m’interpellent et mes trajets quotidiens sont « electro-compatibles » car j’habite dans une grande ville. Alors pourquoi pas une ZOE pour tous les jours et une Mégane RS pour le plaisir ?

Mise à jour le 16 mars 2012 : je tenais déjà les même propos en avril 2010… voir ici !