L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Grand Challenge – Dumas s’impose

Il y avait foule ce week-end sur le Pôle Mécanique d’Alès-Cévennes pour assister à la deuxième édition du Grand Challenge. Cette étonnante course automobile, où l’originalité prime sur les habitudes en confrontant des pilotes venus de toutes les disciplines. Comme l’an passé, le champion local Romain Dumas est resté maître en son fief, mais cette fois d’extrême justesse face à un autre grand nom du sport auto français ; Alexandre Bengué.

Samedi soir, c’est par un premier passage de nuit dans la fameuse épreuve « mixte » du Pôle (mi-circuit, mi-rallye) que débutait le Grand Challenge « an 2 ». Romain Dumas, finalement présent sur sa Porsche 996 GT3, après avoir un moment envisagé de défendre ses chances au volant d’une Caterham CSR, affichait immédiatement ses prétentions en prenant de vitesse Fabrice Morel et Alex Bengué, co-utilisateurs pour le week-end de la Peugeot 307 WRC du team auvergnat 2C.

Le lendemain matin, le dernier cité haussait le ton, au point de déloger Romain Dumas du commandement, tandis que Fabrice Morel parvenait à garder le contact malgré sa relative méconnaissance de l’auto. Le troisième passage, couru sur une piste humide, permettait au pilote officiel Porsche de réduite son handicap, avant que le quatrième et dernier round ne tourne définitivement à son avantage.

Podium 2009

Dans les rangs des autos de rallye, le début de course permettait à Patrick Rouillard (Toyota GT4) de se mettre en évidence, puis à Michel Bonfils (Subaru WRC) et Yannick Vivens (106 Maxi) de s’installer pour de bon dans le wagon de tête. De même, tout au long de la course, les Clio R3 de Germain Bonnefis (l’auto de Kubica au rallye du Var), Lionel Nicolas (celle de Guigou essayée ici par sport-cars.fr) et Boris Carminati allaient assurer un spectacle de tous les instants. En groupe N, après le coup d’éclat de Jérémi Ancian (Suzuli Swift) le samedi soir, Nicolas Viougeas (Clio RS) s’installait définitivement en tête, malgré le rush final de David Mollas (Mitsubishi Evo 9).

Il y avait également des autos de Rallycross, et même d’Autocross, au départ avec, de ce côté-là, une performance de premier ordre à mettre au crédit de Gaëtan Serazin. Le triple champion de France de Rallycross, engagé sur une Peugeot 307 de plus de 400 ch, achevait son week-end à un 4ème rang plus que flatteur. Jack Brinet, double champion de France d’Autocross, suivait ses traces en finissant la journée du dimanche à la 8ème place.

Parmi les autos de circuit, on attendait beaucoup des Caterham, déjà très compétitives l’année précédente. Le pilote de l’Auto Sport Academy, Vincent Beltoise, confirmait le pronostic en parvenant à se hisser à la 4ème place après le premier passage dominical. Hélas, une violente sortie de route sur la portion rallye, anéantissait ses espoirs lors de l’ultime passage. Une bien mauvaise journée pour les Caterham, dans la mesure où Eric Helary et Nicolas Bernardi, deux des invités vedettes du Grand Challenge, étaient lâchés par la mécanique de leur propre auto à l’amorce du dernier tour. L’ancien pilote de WRC, de retour à la compétition, avait malgré tout eu le temps d’apparaître un moment à la 5ème place du général.

Enfin, sur le front des VH – les Véhicules historiques – on ne saurait passer sous silence la démonstration de Dominique Depons, aussi rapide que spectaculaire aux commandes d’une Ford Escort RS1800, réplique exacte de l’auto victorieuse du RAC 78 aux mains d’Hannu Mikkola.

1.Dumas (Porsche GT3) ; 2.Bengué (307 WRC) à 2,996’’ ; 3.Morel (307 WRC) à 3,389’’ ; 4.Serazin (307 D3) à 29,688’’ ; 5.Bonfils (Subaru WRC) à 52,860’’ ; 6.Vivens (106 Maxi) à 1’01,823’’ ; 7.Bonnefis (Clio R3 Maxi) à 1’04,924’’ ; 8.Brinet (Nissan) à 1’04,924’’ ; 9.Nicolas (Clio R3 Maxi) à 1’08,81’’ ; 10.Carminati (Clio R3) à 1’19,697’’, etc…

(76 classés/97 partants).