L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Malus 2020 : nouveau coup dur pour les automobilistes

Renault Mégane RS Trophy 300 tarifs

Le barème 2020 du malus gouvernemental s’endurcit avec le passage au référentiel d’émissions WLTP, dès le 1er janvier prochain. Ce changement de données et la modification des tolérances va encore plomber le budget des automobilistes.

Au nom d’une santé écologique grandement menacée, le gouvernement français continue à taper sur les doigts des automobilistes. Argent facile et répression vont plutôt de pair, surtout en ce qui concerne le nouveau malus 2020 applicable en janvier prochain. Du côté du gouvernement, motus sur l’exploitation de ces recettes supplémentaires, qui ne sont pas encore allouées dans un budget précis.

La mise en application du nouveau référentiel WLTP, jugé plus fiable et représentatif de l’utilisation normale du véhicule, va remplacer les mesures de CO2 effectuées en cycle NEDC, dont les valeurs obtenues ne rendaient pas compte d’un usage classique.

Le gouvernement pousse l’achat de véhicules électriques.

Ce passage se fera au 1er janvier 2020, en marquant un grand changement dans les prix de vente finaux des véhicules neufs. A cette date, les pouvoirs publics appliqueront les émissions de CO2 réalisées en cycle WLTP : sur le même modèle avec une motorisation équivalente, l’augmentation des émissions de CO2 est de 24,8% en moyenne.

Ainsi, un véhicule émettant 110 grammes de CO2 NEDC, et affichant 138 grammes WLTP, verra son malus enfler avec le changement du barème applicable. Concrètement, un modèle rejetant 140 grammes de CO2 passe de 690 euros de malus, à 1901 euros. Pour l’automobiliste, la facture enflera de 100 euros pour ce même exemple.

Les modèles sportifs pénalisés

Peugeot 508 Hybride Prime A La Conversion

Les véhicules hybrides rechargeables délaissés ?

Ces évolutions vont impacter directement les modèles émettant le plus d’émissions de CO2. Les sportives seront les plus touchées, avec par exemple la Mégane R.S., qui sera taxée à hauteur de 12.500 euros, soit un coût total de 50.800 euros, en prenant en compte son émission de CO2 à 181 grammes au kilomètre en NEDC corrélé.

Pour échapper au malus, il ne vous restera plus qu’à vous tourner du côté des véhicules électriques. Quant aux hybrides qui continuent de se développer chez les constructeurs, ils sont mystérieusement exclus du dispositif d’encouragement du gouvernement.

Lire aussi : La Mustant d’une famille entièrement restaurée grâce à Ford

Saito BARDEN

Inscrivez-vous à la newsletter