L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Deux concepts de Suzuki Jimny pour le salon de Tokyo

Présenté dans sa version civile au dernier Mondial de l’Automobile de Paris, le Suzuki Jimny se décline autour de deux concepts au Salon de Tokyo.

Le stand Suzuki au Mondial de l’Automobile de Paris avait un goût de revival avec le nouveau Suzuki Jimny qui réactualisait son style dans un look néorétro plutôt tendance en ce moment. Profitant de l’engouement autour de son nouveau modèle, le constructeur a décidé de présenter au Salon de Tokyo deux concepts inspirés de son Jimny.

Le Suzuki Jimny Survive, baroudeur de l’extrême

 

Suzuki Jimny Survive Concept 2019

Le Survive porte bien son nom, puisqu’il s’agit d’une version idéale pour partir à l’aventure à plusieurs. Le Suzuki Jimny Survive conserve une allure semblable au modèle de série, mais se dote d’une multitude d’accessoires spécifiques : on remarque un arceau extérieur rigidifiant la caisse, sur lequel des rampes sont sanglées sur le toit. D’autres éléments font leur apparition, comme des boucliers plus robustes, des éléments de protection en métal ou encore un crochet central de remorquage.

Le Suzuki Jimny Sierra, tout de bois

Suzuki Jimny Sierra Concept 2019

Le concept Sierra est une version pick-up du Jimny. Il est paré de bois sur les flancs, et dispose d’une petite benne à l’arrière pour en faire le partenaire idéal des vadrouilles en forêt, ou pour les professionnels. La calandre et les jantes sont redessinées, et on note l’apparition d’une rampe de phares à LEDs sur le toit et d’une rehausse de la caisse pour passer vraiment partout.

Ces deux véhicules devraient rester à l’état de concept, mais ils peuvent donner des idées de décoration pour un modèle de série. En tout cas, ces deux versions présentent autrement le petit Jimny, prêt à accompagner son conducteur dans ses folies tout-terrain. Pour ceux qui veulent absolument aller voir ces deux concepts, le salon de Tokyo se déroulera du 11 au 13 janvier prochain.

Lire aussi : 500.000 véhicules produits en un an à l’usine PSA de Sochaux

Tobias ANDRE

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Laisser un commentaire