L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

ESSAI BMW ACTIVE TOURER : BMW croit toujours au monospace

REDIFFUSION : Pendant les vacances, retrouvez nos essais 2022… retour sur l’essai de la BMW ACTIVE TOURER

ESSAI BMW ACTIVE TOURER / Ils ont été, en quelques années, supplantés par les SUV. Pourtant certaines marques pensent qu’ils ont encore leur place sur le marché. Et BMW, avec son Active Tourer (code U06), que la marque présente comme une « compacte polyvalente et dynamique du segment premium » nous rappelle qu’un monospace a toujours de bons arguments à faire valoir pour une famille. 

Un seul monospace contre 7 SUV

Par le passé, BMW pouvait compter sur deux versions de son monospace : l’Active Tourer (5 places) et le Gran Tourer (7 places). Même si BMW pense qu’il y a encore un marché, la marque Allemande va se concentrer sur le premier car le second, toujours au catalogue, ne sera pas remplacé à terme. 

En parallèle, la gamme X, qui va du X1 au X7, sans sauter de numéro, est au grand complet. Il faut dire que la « mode » a bien changé depuis les Scenic, Mériva, ou autres Picasso. Toutefois avec son châssis un peu ferme, l’Active Tourer pourrait en remontrer à un X3 sur les routes de montagne, comme nous avions pu le constater par le passé au volant de l’ancienne version. 

Un nouveau design

La face avant de la BMW Active Tourer 2022 est clivante. Comme beaucoup des dernières calandres de la marque, elle a pris un certain « volume ». Nous vous laissons vous faire une opinion. Pour le reste, les nouveaux phares avant et les feux arrière modernisent positivement la BMW. De profil, l’architecture de monospace ne permet pas tellement aux designers d’innover. On apprécie le pack M Sport (+ 4 150 euros) qui apporte un touche d’élégance et de sportivité, surtout avec les grandes jantes de 19 pouces (en option à 950 euros). Si vous le pouvez, n’hésitez pas à cocher ces cases « option » au moment de la signature du bon de commande. 

A bord de la BMW Active Tourer

Une fois au volant de l’Active Tourer, on cherche le tableau de bord BMW… et on s’aperçoit que ce dernier n’est plus qu’un souvenir. Il a été remplacé par le « BMW Curved Display » de série sur toute la gamme. Le conducteur a sous ses yeux un écran d’affichage de 10,25 pouces et à sa droite un écran de contrôle de 10,7 pouces. Le système de navigation peut recevoir, en option, l’affichage augmenté sur l’écran de contrôle. Cela veut dire qu’une caméra filme la route et fait apparaitre sur l’écran les flèches de direction. Un vrai plus à l’usage ! 

Comme le veut la tradition à bord d’un monospace, la modularité est un élément important. La capacité de chargement peut être portée de 470 litres à 1 455 litres sur la BMW 218i Active Tourer et la BMW 218d Active Tourer, et de 415 litres à 1 405 litres sur la BMW 220i Active Tourer. Les sièges arrière sont abattables en configuration 40:20:40 et la banquette arrière coulisse sur 13 centimètres, au profit soit du volume du coffre (+90 litres) ou de la place aux jambes des passagers arrière. Une commande automatique du hayon est de série et un attelage à manœuvre électrique (en option) permet de tracter, selon le modèle, jusqu’à 1 400 kilos. 

Le conducteur et son passager son séparés par un accoudoir « flottant »qui accueille le nouveau levier de vitesses, le bouton de réglage du volume du système audio, le bouton de choix des modes de conduite etc. BMW est aussi, et je le regrette, devenu adepte de la « réduction du nombre total d’éléments de commande physiques à bord », ce qui veut dire que pour, par exemple, changer la température du chauffage ou la puissance de l’air pulsé, il faut passer par l’écran central. Pas sûr que ce soit un progrès pour l’ergonomie !

Plus long de 32 mm (4,38 mètres),  l’Active Tourer offre cinq sièges à ses cinq passagers et, pour la toute première fois, un airbag intercalé entre les deux sièges avant.

Au volant de la BMW Active Tourer

En attendant les deux versions hybrides rechargeables, de 245 ou 326 chevaux (autonomie électrique 80 kilomètres), qui viendront étoffer la gamme dès l’été 2022, vous pouvez choisir entre la 218d (2,0 litres diesel 150 chevaux) et les 218i et 220i (1,5 litre essence de 136 et 170 chevaux). On retrouve avec plaisir la boite automatique avec palettes au volant à 7 rapports qui, bizarrement, donne quelques à-coups en conduite tranquille. Nous n’étions pas habitué à cela. 

Comme par le passé, sur la version « F45 », on retrouve un châssis qui parait ferme eu égard à la vocation de la voiture, Mais le conducteur appréciera ! Il profitera d’un 0 à 100 km/h en 8,8 secondes, d’une vitesse de pointe de 220 km/h et surtout d’une consommation particulièrement basse. Sur 100 km, sur voie rapide, entre 80 et 110 km/h, nous avons enregistré un étonnant 4,4 litres en moyenne !

Avis BMW Active Tourer

BMW ne parle pas de monospace pour celui qui s’est vendu à plus de 400.000 exemplaires dans le monde depuis 2014. Mais il ne demeure pas moins que l’Active Tourer rappelle que pour une famille, un tel véhicule offre toujours une forme de convivialité et d’espace à bord que peu de SUV peuvent lui contester. 

P. HORTAIL

TARIFS BMW ACTIVE TOURER