L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Bye bye Abarth 124 GT… on te regrettera !

Dans le cadre de l’essai de la Fiat 500 X Sport (voir ici), nous avons eu le plaisir de nous installer dans la version rallye de la Abarth 124. Et de conduire ensuite la version civile sur les routes du Rallye du Var. Une sorte de baroud d’honneur pour celle qui quitte le catalogue.

Abarth remporte la coupe FIA R-GT

A la fin de 2019, après trois saisons, la Abarth124 a reporté près d’une centaine de courses dans sa catégorie. Abarth, l’an dernier et pour la seconde année consécutive, remporte la coupe FIA R-GT avec l’italien Enrico Brazoli. Il faut ajouter à ce succès la domination dans la catégorie  « deux roues motrices » et dans les trophées GT des championnats d’Espagne sur asphalte. Alors, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Un a priori négatif

Je l’avoue, avant de voir la 124 RGT, j’étais dubitatif quant à l’intérêt de rouler avec une telle voiture en rallye. Mais ça, c’était avant. D’abord, l’habitacle m’a mis la puce à l’oreille. Milano Racing, en charge de la préparation, n’a pas fait les choses à moitié ! L’équipement dédié à la compétition est très complet et on est très loin d’une simple voiture de série.

Comme le précise Nicolas Ciamin, qui a remporté la catégorie « deux roues motrices » et GT+ au rallye des Cévennes, les « GT sont moins performantes que les 4 roues motrices mais elles sont plus plaisantes à piloter grâce à la propulsion. Même si je ne suis pas le pilote le plus spectaculaire à voir passer.« 

Yannick Roche et Nicolas Ciamin

C’est en sa compagnie de que j’ai eu le plaisir de m’assoir en tant que passager dans la Abarth 124 RGT pour un petit roulage de quelques kilomètres. Le temps, froid et les premiers flocons de neige promettait une expérience intéressante… Même réglée en mode « liaison », c’est-à-dire 270 chevaux (contre 340 en mode « spéciale »), le 1,8 litres de l’Alfa Roméo 4 C qui équipe la 124 RGT en donne pour son argent !

Le moteur et les pneus chauds des précédents baptêmes permettent, dès le top départ des commissaires de course (un grand merci à ces bénévoles qui ont bravé le froid pour nous, et assuré notre sécurité), de partir « plein gaz ». A l’intérieur, le moteur s’exprime sans retenue et le 4 cylindres turbo chante à tue-tête ! Les passages de rapports de la boite séquentielle Sadev claquent, mais sans trop secouer, et la suspension absorbe très bien les chocs. Bien entendu, c’est très ferme, mais pas inconfortable pour autant. 

En dépit d’une température hivernale et d’une route humide, le grip est stupéfiant. Une petite chaleur parfaitement maîtrisée par Nicolas dans le grand gauche rapide qui suit la longue ligne droite de départ ajoute un peu de piment à ce baptême. « Nous étions, en terme de pilotage, à 90% de mes possibilités » précise le pilote. La 124 RGT semble « facile » à piloter. Seul le long capot et le fait d’être assis presque sur les roues arrière perturbe la perception du passager. Est-ce la même chose quand on prend le volant ?

N.Ciamin Y.Roche Abarth 124 Cévennes

Une voiture attachante

Ce n’est pas le volant de la version de Rallye que j’ai pris, mais celle de route. Il sont sympas chez Abarth, mais pas fous ! C’est donc une version forte de 170 chevaux qu’il a été possible de tester dans des conditions dantesques : il a tellement plu pendant ces 24 heures que le Rallye du Var a dû être interrompu. Mais c’est anecdotique quand on voit les conséquences que le temps a eu sur mon département de cœur.

Je n’avais jamais eu le plaisir de conduire la 124 GT. Cet essai arrive donc un peu tard sur le marché, surtout que l’arrêt prochain de la commercialisation en Europe (hors Suisse) de cette très sympathique voiture a été annoncé, la faute aux nouvelles normes environnementales en vigueur. Toutefois, la production se poursuit pour l’Amérique du Nord et l’Asie.

Extérieurement, ce roadster offre une ligne sympathique, surtout avec le hard top en carbone. Les proportions rappellent la voiture du loup de Tex Avery. Le Kit aérodynamique Abarth (bouclier avant avec prises d’air élargies, extracteur arrière, et jupes latérales sport) renforce le coté sportif.

A bord, l’espace est bien entendu compté et on regrette l’absence de rangements. Par contre, grâce au pack Confort, on dispose d’un écran tactile de 7 pouces, de 2 ports USB, d’un port SD, du Bluetooth, du système Hi-Fi Bose avec tweeter dans les appuie-tête, etc. Rien de manque pour un voyage qui privilégiera les petites routes. 

Conclusion 

Ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier… Cette formule s’applique parfaitement à la 124 Spider qui quitte le catalogue. On en ne peut que nourrir des regrets quand on voit combien cette voiture est plaisante. Si vous en cherchez une, vous trouverez peut-être votre bonheur du côté des occasions 0 km du réseau, ou alors en Suisse pour ceux qui n’ont pas peur des formalités administratives.

Philippe HORTAIL

Photos : Abarth

Galerie Photos – Abarth 124 RGT & Abarth 124 GT

Inscrivez-vous à la newsletter