L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Rolex 24 de Daytona : c’est ce week-end !

La 60ème édition de la classique floridienne aura lieu les 29 et 30 janvier sur le mythique International Speedway de Daytona. Une course qui s’annonce haletante, avec un nombre de participants inédit.

61 voitures sur la grille de départ : c’est ce que montre la « Entry-list » des 24 Heures de Daytona. C’est le nombre d’engagé le plus élevé depuis 1974 dans cette compétition sponsorisée par Rolex. Les organisateurs attendent 80 000 spectateurs, sans dispositif Covid particulier. Il faut dire que l’endroit et son ovale peuvent recevoir plus de 200 000 personnes… En Floride, hormis dans de rares endroits, le Covid semble déjà derrière nous. Pas de masque, pas de gestes barrières, la vie normale presque partout. Seules quelques manifestations avec beaucoup de public demande de porter un masque à l’intérieur. Mais dans les hôtels, les restaurants, le personnel n’a aucune obligation. Alors, devinez le choix qu’ils font le plus souvent ?

Plus une place « RV » de libre aux 24 Heures de Daytona

Sur chaque circuit américain, il y a un « infield ». Il s’agit d’un espace réservé aux campeurs, à l’intérieur du tracé du circuit. On peut y planter une tante ou amener un énorme camping-car sur le toit duquel il est possible de monter, et observer les voitures en piste. On appelle ces camping-cars de luxe des RV, pour « Recreational Véhicules ». Comme ils sont imposants, ils ont un nombre de places limité. A Daytona, 211 espaces leur étaient dédiés, et tous ont été occupés dès le week-end précédent la course. D’abord parce que les 24 Heures de Daytona durent en réalité 11 jours. Il y a les vérifications techniques, puis la Roar, qui est la course pour les qualifications (qui a lieu le week-end précédent) et enfin toutes les séries support. C’est une grosse machine.

Place de choix pour Michelin à Daytona

Les 24 Heures de Daytona font partie des grandes classiques américaines. Mais la course est aussi la première manche du championnat IMSA, dont l’un des partenaires principaux est Michelin. Le manufacturier français, très fort aux Etats-Unis, renforce son image auprès des classes supérieures à cet investissement marketing. Grâce à l’IMSA, qui est le championnat le plus technologique d’Amérique du Nord, Michelin renforce aussi ses liens avec les constructeurs automobiles. En 2023, l’IMSA sera le également la première série d’Amérique du Nord à accueillir des voitures hybrides, dans sa catégorie partagée avec le WEC, le LMDh (pour Le Mans Daytona hybride). Pour cette catégorie, comme pour toutes les voitures passées en IMSA depuis 2019, c’est le manufacturier tricolore qui fournira les pneus.

19 000 pneus pour la Rolex 24

Il s’agit tout simplement d’un record pour la série, et certainement l’un des chiffres les plus impressionnants en sport automobile. Entre les 61 voitures de l’IMSA, les 48 voitures de la Michelin Endurance Cup, et les 31 engagés en Mazda Cup, Bibendum a dû fournir les pneus à 140 voitures de course. C’est près de trois fois plus que pour les 24 Heures du Mans, et même davantage que la réunion de Sebring (IMSA et WEC) qui aura lieu en mars. Cela en dit long, également, sur le business de Michelin en Amérique du Nord, entre les pneus fournis sur les courses et les potentiels débouches pour les voitures de série avec les nombreux constructeurs. Car là aussi il s’agit d’un record : ils sont 19 !