L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

VIDEO : Des Volvo lancées depuis une grue

Des Volvo neuves lancées à 30 mètres de haut par une grue, non pas pour faire le buzz mais pour que les pompiers s’exercent aux procédures de désincarcération.

Volvo a fait de la sécurité routière son cheval de bataille en promettant en 2014 lors du lancement de son XC90 que plus aucun accident mortel ou aucun blessé ne sera causé par un de ses véhicules d’ici 2020. Pour aller dans ce sens et valider les choix de sécurité active sur les SUV de sa gamme, le constructeur a simulé des chutes de 30 mètres de haut pour étudier la déformation de la structure et aider les secours à adapter leurs modes opératoires aux véhicules récents. En effet, les exercices de ce type sont souvent réalisés avec des voitures hors d’âge destinées à la casse. Ici, ce sont des Volvo XC40, XC90 mais également des berlines V60 et V90 flambantes neuves qui ont été accrochées à une grue et lancées.

Le but était de simuler divers accidents graves pour lesquels les modes opératoires sur des véhicules récents n’avaient pas été actualisés : accident à grande vitesse, collision à grande vitesse entre un véhicule léger et un poids lourd, choc latéral… Ces exercices reprenant des conditions réelles apportent aussi des informations complémentaires aux techniciens et ingénieurs Volvo qui obtiennent déjà des retours de leurs innovations au travers des bilans dressés par l’organisme indépendant Euro NCAP et le centre de sécurité Volvo. « « D’habitude, nos crash tests ont lieu en laboratoire. C’est la première fois que nous faisons tomber une voiture du haut d’une grue. […] Nous savions que cela entraînerait des déformations extrêmes, à même de mettre l’équipe de secours au défi. », explique Håkan Gustafson, chercheur en chef de l’équipe de recherche Volvo Cars spécialisée dans les accidents de la route.

Expériences utiles pour tous

Les secours ont ainsi pu perfectionner leurs techniques d’intervention sur des châssis plus résistants aux pinces et autres scies utilisées pour extraire rapidement les occupants d’un véhicule accidenté.

Au-delà de l’impressionnant spectacle de ces véhicules lancés et la force de leur impact sur la zone d’essais, les données collectées et l’expérience acquise par les secouristes suédois serviront à d’autres pays grâce à des notes complètes qui combinent les informations techniques recueillies à destination des sauveteurs : force à appliquer, distances, outils à utiliser, points faibles des structures… Quant aux modèles sacrifiés « pour la science », quelques pièces pourront être réutilisées, mais la majorité, rendue hors d’usage par l’intensité des chocs, sera recyclée.

L’Agenda de l’Automobile

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter