L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Volkswagen Taigo : la Polo en mode SUV coupé

Volkswagen continue sa politique d’élargissement de gamme avec le Taigo, un petit SUV polyvalent qui reprend tout de la Polo, sauf le style extérieur.

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Mais le style du Volkswagen Taigo, selon les teintes et surtout en blanc, dégage quelque chose de bas de gamme. Un peu comme en son temps la Fox qui venait, comme lui, d’une précédente commercialisation au Brésil. En vrai, il semble mieux équilibré qu’en photo, surtout que son arrière fuyant lui donne un air particulier. Et si le Volkswagen Taigo est développé sur une base de Polo, il est néanmoins plus grand, et même plus long que le T-Roc (4,26 m contre 4,23 cm) tout en étant nettement moins cher. En revanche, il est 6 cm moins large et 5 cm plus bas. Sur la version qui nous a été confiée, un haut de gamme doté d’un moteur 1.5 TSI de 150 ch et d’une boîte automatique DSG à 7 rapports (de série), la première impression est plutôt bonne.

Deux moteurs, pas d’électrique sous le capot du Taigo

Oubliez les mild-hybrides 48V et toute forme d’électrification dont on nous vante les mérites du matin au soir depuis des mois. Le Taigo n’est proposé qu’en essence, avec un bloc à trois cylindres de 110 ch, ou le quatre-cylindres de 150 ch de notre essai. Toutes les versions n’échappent pas au malus, et Volkswagen indique, selon les options et les choix d’équipement, que la facture pourrait s’alourdir de 700 à 900 € maximum (contre plus de 1 600 € indiqués dans la fiche technique légale, mais une version quasi impossible à configurer).

Dans le cas de notre 1.5 R-Line, proposé 32 100 €, on arrive à une addition assez élevée pour une petite voiture. Mais le Taigo est plutôt bien équipé de série, et offre même des fonctionnalités, comme les feux matriciels, qui bénéficient d’une fonction leur permettant de rester en plein phare sans éblouir la voiture qui arrive en face. Un équipement  que les autres modèles du segment ne proposent pas.

Intérieur chic

Volkswagen a souhaité reprendre la totalité du mobilier et des équipements de la Polo, mais uniquement avec un compteur numérique. L’ensemble est propre, bien fini et assemblé avec justesse. La sellerie, plutôt bonne pour une petite voiture, s’est montrée agréable sur long trajet, alors que l’habitabilité est correcte à l’avant comme à l’arrière. Le coffre bénéficie de l’un des plus grands volumes de la catégorie, et il est pratique à utiliser. Fonctionnel, le Volkswagen Taigo coche un bon nombre de cases pour être la seconde voiture parfaite d’une famille qui veut un peu plus de place que dans une polyvalente classique. La concurrence est féroce sur le segment en termes de dimensions, mais le Taigo est le seul à adopter un profil « coupé ». Est-ce que ce sera suffisant pour séduire ?

Conduite en douceur

La position au volant est facile à trouver, car aux réglages disponibles du siège et du volant. Moteur en route, c’est la discrétion qui domine. Les 150 ch donnent forcément pas mal d’allant à cette voiture relativement légère, mais la mécanique a un peu d’inertie. La boîte automatique à sept rapports fait toutefois le job sans broncher. Elle se veut juste parfois un peu lente compte tenu des attentes. Sans parler d’une version sportive, on pense tout de même que 150 ch vont dynamiser la voiture de manière assez marquée. En réalité, le Taigo dispose d’une bonne réserve de puissance pour doubler, mais la hauteur de la voiture et les réglages des suspensions, logiquement souples pour ce genre de voiture, rendent le Taigo plutôt sage voire paresseux. L’accord entre efficacité et confort est néanmoins de bon niveau, il conviendra juste de ne pas acheter cette version en pensant détenir une petite bombinette.

Une commercialisation innovante

Proposé en LOA, qui constituera le plus gros de ses ventes, le Taigo offre également une option « forfait flexibilité ». Pour 12 € par mois en plus du loyer de base choisi, vous pourrez alors sans frais supplémentaire changer de forfait kilométrique (à condition qu’il soit à la hausse). Mais aussi changer de voiture en cours de contrat, voire la rendre si vous avez changé d’avis. Volkswagen propose aussi de pouvoir souscrire des options téléchargeables à postériori, comme par exemple la navigation Europe, qui n’est pas de série sur toutes les versions. Vous pourrez alors acheter cette fonctionnalité ensuite (elle sera téléchargée à distance dans la voiture) tout simplement en vous rendant sur internet. Ce principe va désormais croître et notamment sur les voitures électriques, sur lesquelles il sera encore plus facile d’intégrer des options à distance, voire de les supprimer grâce à un principe d’abonnement.

VERDICT

Le Taigo fera le bonheur des petites familles. Elles trouveront en lui de la technologie et une bonne habitabilité dans un gabarit contenu. Reste à aimer le style SUV coupé, qui le diffère aujourd’hui d’une concurrence qui joue sur un registre plus classique. Les plus proches sont les Renault Captur, Peugeot 2008, pour ne citer que les français.

Fiche technique

Moteur

Type :  4 cylindres essence, turbo

Cylindrée (cm3) : 1498

Position : longitudinale

Puissance (ch) :  150

Couple (Nm) : 250

Transmission

Mode : aux roues avant

Boîte de vitesses : automatique, DSG7

Châssis 

Type : monocoque acier

Freinage AV : disques ventilés

Freinage AR : disques

Suspensions AV/AR : Pseudo Mc Pherson/traverse déformable

Direction : électrique

Dimensions 

Long / Larg / Haut (m) : 4,27/1,76/1,52

Empattement (m) : 2,57

Pneumatiques : 225X45R17

Volume du coffre (l) : 438

Performances 

Vitesse de pointe (km/h) : 212

0 à 100 km/h (s) : 8,3

Conso mixte (WLTP, l/100 km) : 6,1

Rejets de CO2 (g/km) : 138

Poids

A vide (kg) : 1 304

Prix (€) : à partir de 32 100

Bonus/malus (€) : 260 à 1 629 €