L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Essai Nouveau Peugeot 5008 BlueHDi 180 : le même, en mieux ?

Essai Peugeot 5008 GT BlueHDi 180

Le SUV sochalien Peugeot 5008 profite du restylage de son cousin technique, le 3008, pour lui aussi faire évoluer ses technologies, ses équipements, et même son style. En route.

Le grand SUV 7 places du Lion continue sereinement sa carrière : initialement assemblé à l’usine PSA de Rennes, une partie de la production a été également confiée à Sochaux afin de fournir à la demande. Voilà un premier élément qui confirme la notoriété du gros porteur dans sa catégorie.

Visuellement, le SUV 5008 partage désormais sa face avant avec celle du 3008 sur tous les niveaux de finition (lire aussi : Essai Peugeot 3008 : toujours la référence ?) , afin d’augmenter la qualité perçue et de simplifier les procédures d’assemblage. On retrouve donc des DRL en forme de crocs verticaux pointant vers la partie basse du bouclier, tandis que les projecteurs à LED (de série) arborent un style plus massif que sur le modèle actuel, lancé en 2017. La calandre, dont les lamelles se prolongent sous les projecteurs, allège visuellement la gueule de ce SUV, qui doit composer avec un arrière taillé à la serpe afin de porter sa capacité à 7 places. Vu en élévation, le jonc chromé de pavillon (sauf sur Black Pack misant sur un style extérieur entièrement noir) camoufle cette poupe massive.

Modularité exemplaire

L’intérieur conserve sa disposition typique signée « Peugeot i-Cockpit » associant un combiné numérique tête haute, un petit volant et une large console entre les deux passagers avant. Un écran tactile de 10 pouces (avec touches piano d’accès) complète l’aménagement. La sellerie Cuir Nappa de notre modèle d’essai est associée à une teinte extérieure Bleue Célèbes qui donne à notre SUV familial une allure de véhicule haut de gamme. Cette impression est confirmée par les monogrammes GT signant les finitions hautes qui embarquent le Pack Electrique avec sièges massants, le hayon motorisé mains libres, le Pack Enfants avec tablettes et rideaux pare-soleil, mais aussi le Drive Assist Plus ouvrant la voie à la conduite autonome de niveau 2 (maintien actif dans la voie).

Sur le deuxième rang, les trois sièges sont indépendants, identiques, réglables en longueur et en inclinaison mais aussi escamotables pour une modularité totale. Le rang 3 dispose de deux sièges escamotables dissimulés dans le plancher de coffre. Ils serviront plutôt de places d’appoint ou bien pour des enfants, et peuvent être facilement retirés pour gagner 20 litres de plus dans le coffre qui cube déjà 780 dm3. Pour les virées dans les magasins de bricolage, le siège passager peut s’incliner en tablette, augmentant la capacité de chargement et la manutention d’objets longs.

Nouveau Peugeot 5008 GT BlueHDi 180 : Sur la route

Nul besoin d’avoir un compas dans l’œil pour manier les quelques 4,64 mètres du 5008 (4,45 mètres pour le 3008) qui, malgré son empattement de 2,84 mètres se prend en mains facilement sur les petites routes de campagne, comme sur les grands axes. Notre modèle d’essai est équipé du 2,0 litres Diesel BlueHDi de 180 chevaux, associé à une boîte automatique EAT8. Celle-ci est désormais équipée d’un sélecteur de modes de conduite laissant le choix entre Sport, Normal et Eco. Ce dernier dispose d’une fonction qui fait passer le moteur à un régime de ralenti lorsque les conditions sont réunies.

Accouplée au Drive Assit Plus et au régulateur de vitesse actif avec fonction Stop & Go, la boîte gère les phases de ralentissement et de freinage alors que la voiture maintient son le cap dans sa voie de circulation : c’est un gage de sécurité sur les grands trajets. Pour un rythme plus soutenu, les palettes au volant permettent de doser plus finement les passages de rapport. On peut aussi passer en mode Sport pour bénéficier d’une direction plus ferme et d’une pédale de frein plus sensible : ce n’est pas la vocation première de ce 5008, mais cela permet de profiter du châssis développé sur la plateforme EMP2, toujours aussi efficace grâce au bon équilibre des trains roulants.

Nous avons pu essayer la connectivité avancée Android Auto permettant d’afficher le contenu de son téléphone sur l’écran tactile : cette fonctionnalité intéressante retranscrit la musique, les contacts, la navigation et d’autres éléments du smartphone par le biais d’un câble USB. Si l’intégration est agréable à utiliser, elle n’est pas complétée par un affichage adéquat sur le combiné d’affichage numérique.

Thermique pur obligatoire

Disponible à partir de 32 850 euros pour un modèle essence PureTech trois cylindres 130 chevaux avec boîte de vitesse manuelle, il vous en coûtera 47 800 euros pour une déclinaison GT avec un bloc diesel de 180 chevaux. Les modèles se limitent, en version essence et diesel, à des puissances de 130 et 180 chevaux sans puissance intermédiaire : c’est peu pour un véhicule qui mériterait de proposer un entre-deux pour les familles, qui ne peuvent profiter d’une motorisation hybride sur ce modèle en raison l’encombrement du rang 3 dans le coffre. Le prochain 5008 devrait corriger ce manque et de contourner le malus 2021 qui impactera la version essence PureTech 180 (125 grammes de CO2 au kilomètre).

On aimeOn aime moins
La qualité perçueL’absence d’une motorisation
Diesel intermédiaire
La modularitéL’intégration Android Auto
manquante dans le combiné numérique
La conduite

Peugeot 5008 BlueHDi 180 – Fiche Technique

Motorisation

Moteur : 4 cylindres 2,0 litres Diesel BlueHDi

Puissance (ch) : 180

Transmission : automatique 8 rapports EAT8

Masse à vide (kg) : 1 607

0-100 km/h (s) : 9,2

Longueur hors tout (m) 4,641

Largeur caisse aux poignées / rétros repliés / dépliés (m) 1,844 / 1,906 / 2,098

Hauteur en ordre de marche (avec les pleins) sans / avec barres de toit (m) 1640 / 1646

Empattement (m) 2,840

Porte-à-faux AV / Porte-à-faux AR (m) 0,926 / 0,875

Voie AV / Voie AR au centre roue (au sol) (m) 1,593 / 1,601

Photos – Essai Peugeot 5008

Saito BARDEN

Photos : Saito BARDEN / Peugeot

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter