L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Nouveautés : Porsche 911 type 992 Targa, La saga des Targa

En lançant cette 8ème génération de 911 de voyage, c’est 55 ans d’histoire que Porsche remet au goût du jour. Avec toujours le même souci du détail et une technologie impressionnante.

Depuis la première 911, commercialisée en 1964, l’architecture moteur de la sportive la plus vendue dans le monde n’a jamais évolué : un six-cylindres en ligne placé en porte-à-faux arrière. En revanche, le modèle a connu bon nombre de versions, de carrosseries, de séries limitée destinées à devenir des collectors pour affoler les banquiers des collectionneurs. La Targa a toujours occupé une place à part dans la gamme.

La 911 Targa dévoilée en 1965

Dévoilée en septembre 1965 lors du salon de Francfort, la 911 Targa a été commercialisée fin 1966. Elle doit son nom à la célèbre la Targa Florio, une course sur route disputée en Sicile et remportée à onze reprises par la marque entre 1956 et 1973. Elle devait initialement s’appeler Flori, mais le directeur commercial de l’époque a décidé de lui donner le nom de Targa, qu’il trouvait plus vendeur. Pourtant, en italien, Targa veut dire plaque d’immatriculation… La légende raconte que le personnel de Porsche ne s’en est rendu compte qu’à la rédaction de la brochure commerciale, autrement dit trop tard ! Mais ce patronyme ne lui a pas porté préjudice sur le plan commercial. 

La 911 Targa bénéficie d’une ligne originale grâce à un toit pliant escamotable en verre, un arceau central et une lunette arrière en plastique amovible. Ce dispositif, breveté dès 1965, amène Porsche à dire que la 911 Targa est le cabriolet le plus sûr au monde. Cette avancée technique lui permet également de la vendre aux Etats-Unis, où les cabriolets classiques sont alors interdits. A partir de 1967, la lunette arrière est en verre dégivrant, d’abord en option, puis en série. La 911 ne sera pas la seule à adopter ce principe : la 914, présentée en 1969, et la Carrera GT, commercialisée en 2003, en profiteront également, tout comme les sept générations de 911 qui suivront le modèle original.

1973, la 911 G progresse

Là aussi, des efforts sont consentis pour satisfaire les normes américaines. La 911 évolue de manière notable en termes de design, et se dote de pare-chocs dotés de soufflets latéraux noirs censés encaisser des impacts sans endommager la carrosserie jusqu’à 8 km/h. Les débuts de la science automobile sur l’absorption d’énergie en cas de choc, en quelque sorte… Le principe du toit Targa est reconduit, avec toutefois une différence : l’arceau de sécurité, en acier brossé, devient noir. Cette génération est alors déclinée dans des versions plus puissantes. Une livrée turbo de 300 ch pour une cylindrée de 3,3 litres est mise à la route. Moins de 300 exemplaires de cette version seront produits, pour un modèle devenu rarissime et dont la valeur atteint des sommets. Cette génération de Targa sera également celle qui verra arriver la première 911 Cabriolet SC, quant à elle commercialisée en 1983. En 1989, la production de la 911 G s’arrête, mais la Targa continue son chemin. 

1989, la 964 Targa devient Carrera 4

Avec la génération 964, lancée en 1989, la Targa reçoit pour la première fois une transmission intégrale, qui est aussi une grande première pour la 911. Le design évolue sagement sur le plan visuel, néanmoins 85 % des pièces sont nouvelles.

Ce sera l’une des forces de Porsche dans son histoire, comme d’autres modèles iconiques comme par exemple la Volkswagen Golf, apparue en 1974. La version à deux roues motrices n’arrivera qu’un an plus tard dans la gamme 911 type 964, permettant à la Carrera 4 de s’installer dans le paysage automobile international. Cette génération sera produite jusqu’en 1993.

La 993 change tout !

Petite révolution dans le style : la 4ème génération de 911, l’une des préférées des passionnés de la marque, adopte un design viril avec des courbes musclées qui sont toujours d’actualité. Deux ans plus tard, à l’automne 1995, la livrée Targa débarque avec un design caractéristique, et une assise sur route plus prononcée. Son arceau a disparu, et le nouveau toit est constitué d’un vitrage teinté thermo-isolant qui court du montant de pare-brise jusqu’à la lunette arrière. Il est monté sur une structure de sécurité avec des montants longitudinaux, et peut s’actionner électriquement. Il coulisse et vient se loger derrière la lunette arrière, comme un grand toit ouvrant. Grâce à ce nouveau dispositif, l’habitacle devient un puits de lumière y compris quand le toit est fermé, et les bruits d’air sont atténués lorsqu’il est ouvert. La 993 Targa sera la première 911 à offrir une expérience de conduite à ciel ouvert tout en conservant majoritairement la ligne du coupé. 

911 Type 996 : la mal-aimée, même en Targa

Fin 1997, la cinquième génération de 911 débarque avec un nouveau moteur à refroidissement par eau. Une petite révolution sur le papier, qui se soldera par de nombreux problèmes de fiabilité dont Porsche mettra longtemps à se défaire. Par ailleurs, le style ne convainc pas : les phares qui mordent sur le capot, comme ceux du Boxster de première génération, sont jugés indignes d’une 911 par les puristes. Porsche attendra 2001 pour lancer la version Targa, avec encore une nouveauté. Cette fois, il s’agit d’une surface vitrée record – plus de 1,5 m2– mais aussi de l’ajout d’un hayon, également vitré, qui permet d’accéder plus facilement à la partie arrière. Première véritable 911 de voyage avec cet espace de 230 litres, dans l’esprit GT, la type 996 Targa (comme la version générique) commence à voir leur cote remonter sur le marché de l’occasion. 

997 Targa : Porsche double la mise

Apparue en 2006, soit deux ans après le coupé, la sixième génération de Targa conserve le système de toit (allégé de près de 2 kg grâce à l’emploi d’un verre nouveau) et son hayon, reconnu comme pratique par les utilisateurs de la 996. Le style revient en arrière (carrosserie joufflue, phares ronds) tout en gagnant en modernité. De profil, cette version est surtout reconnaissable par les joncs chromés (constitués d’aluminium brossé) qui bordent le toit. Elle peut recevoir les deux motorisations (base et S), les freins en carbone, mais elle est proposée uniquement la transmission intégrale. Elle figure aujourd’hui comme l’une des versions les plus recherchées par les collectionneurs, notamment les versions S en 385 ch, et plutôt en 4 roues motrices.

911 Targa type 991 : retour vers le futur

Avec les 996 et 997, Porsche avait habitué ses clients à des habitacles perfectibles, certes un peu mieux construits au fil du temps mais un peu vieillots en style et présentant parfois une usure avancée (surtout les modèles qui n’ont pas la planche de bord full cuir). Avec la 991, le constructeur allemand corrige le tir avec un intérieur plus moderne et mieux ouvragé. Nous sommes en 2011 et il est temps…

La version Targa arrive en 2014, quand la connectivité et la technologie représentent des batailles de haut vol dans le haut de gamme. Porsche revient en arrière sur le concept du toit, mais y adjoint un système de fonctionnement de pointe. Et si l’arceau a repris sa place initiale, il se dote d’une section de toit mobile au-dessus des sièges avant et d’une lunette arrière en forme de verrière, le tout commandé électriquement via un seul bouton. Cette génération, la septième, est une interprétation néo-rétro du toit Targa de 1965, et plait beaucoup à la clientèle. Trois ans plus tard, en 2017 Porsche célèbre la réussite globale de la 911, dont le millionième exemplaire, un coupé Carrera S vient de sortir de chaine. 

Génération 992, l’aboutissement

Présentée en novembre 2018, puis lancée en 2019, la 992 vient d’être dévoilée en Targa. Toujours disponible iniquement en 4 roues motrices, elle reprend le toit de la 991, mais est désormais capable de la déployer en seulement 19 secondes. Le toit disparait comme par magie sous la verrière, à l’arrière de l’arceau qui reprend le terme Targa dans la police de caractère de 1967. A l’époque, le Six-à-plat cubait deux litres et développait 130 ch (et 160 ch en version S) pour un poids d’environ une tonne. La 992 Targa et son bloc de trois litres suralimenté propose quant à lui 385 ch en version de base et 450 ch en « S ». Mais le poids passe à près de 1 700 kg…

La voiture a aussi grandi : 4,21 m de long et 1,70 m de large en 1967, pour 4,52 m et 1,85 m pour le modèle actuel. En revanche, la hauteur reste la même : 1,30 m dans les deux cas. N’ayant jamais oublié son histoire, Porsche a présenté quasiment en même temps que la nouvelle Targa une version Heritage Design Edition, qui est la première d’une série de 4 modèles « série limitée » qui rendront hommage aux Porsche des années 50, 60, 70 et 80. Les collectionneurs sont déjà en train de compter leurs économies…

Didier LAURENT

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter