L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Coronavirus : 3 mois supplémentaires de tolérance de contrôle technique

Les automobilistes qui devaient passer leur contrôle technique durant les mesures restrictives de circulation bénéficien d’un sursis de trois mois pour se mettre en règle.

Une bonne nouvelle au milieu de cette crise sanitaire… Le coronavirus a en effet porté un coup à l’ensemble des activités humaines, sans compter les nombreuses pertes en vies humaines. C’est pour répondre à ce contexte de crise généralisée que les automobilistes qui devraient passer leur contrôle technique ont bénéficié d’un lai supplémentaire de trois mois pour leur mise en conformité. Une décision qui faisait suite à l’annonce de la fermeture des centres par les professionnels afin de sauvegarder la santé de leurs salariés et de leurs clients.

Respecter le confinement

Le confinement est l’une des mesures d’urgence prises par les gouvernements afin de répondre efficacement à la pandémie du Covid-19. Cette mesure qui aide à éviter de nouvelles contaminations implique la fermeture de nombreuses structures. C’est dans ce contexte aussi que la Fédération nationale de l’artisanat automobile (FNA) a manifesté sa crainte d’exposer ses employés et ses usagers. À cet effet, la FNA avait sollicité et obtenu « une tolérance de 3 mois de la date de validité du contrôle technique ou du délai de contre-visite dans le contexte de confinement lié au Covid-19 » a indiqué la fédération dans un communiqué rendu public le 23 mars dernier. Une décision qui s’inscrivait en droite ligne du message gouvernemental selon lequel, « Pour sauver des vies, restez chez vous ». Les automobilistes ne sont donc plus obligés de sortir de chez eux pour se mettre en règle.

À qui profite cette mesure ?

Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, dans un communiqué conjointement signé avec Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État chargé des Transports, affirmait qu’une « tolérance de trois mois est accordée pour les délais du contrôle technique des véhicules légers ». Autant dire que les 3 mois de battement ne concernent pas tout le monde. En effet, les véhicules de transport en commun tout comme les poids lourds ont obtenu une tolérance de 15 jours.

Rappelons que le contrôle technique qui sert généralement à vérifier les défaillances comme le système de freinage, la direction, les équipements, la visibilité dont par exemple, le pare-brise de votre voiture, etc. est normalement obligatoire pour tous les véhicules automobiles âgés de plus de 4 ans et dont le poids total est inférieur à 3,5 tonnes.

Les transports, un secteur en activité malgré tout

Bien que l’offre des transports ait considérablement été réduite, les transports font partie toutefois des métiers encore ouverts pour le moment. C’est d’ailleurs pour cette raison que, reconnaissant le rôle que joue le contrôle technique, parce qu’il garantit, comme l’a affirmé le ministère des Transports, la « sécurité routière des véhicules et par assimilation aux activités d’entretien et de réparation », que le respect des mesures d’hygiène sanitaire est requis.

Disons, pour finir, que cette décision d’accorder 3 mois de tolérance de contrôle technique aux automobilistes, est une décision salutaire. Pas uniquement pour les transporteurs, mais aussi pour les centres qui n’avaient pas tous à leur disposition le matériel sanitaire pour faire face à la crise. Les automobilistes ne seront donc pas amendés pour circulation illégale avec un véhicule dépassant la date limite, et les centres seront dans les meilleures conditions possibles pour effectuer le contrôle technique. En Italie, tout comme en Belgique et en Espagne, une décision similaire avait été prise bien avant qu’un courrier de la FNA ne soit adressé au ministre de la Santé pour solliciter une « suspension des agréments centre et contrôleur pendant la période de confinement ».

L’Agenda de l’Automobile

Photo de Une : Eric PHILIPPE – AMAM

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter