L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

Les propos surréalistes de Sibeth Ndiaye au sujet de Renault

Sibeth Ndiaye

Selon la porte-parole du Gouvernement, Sibeth Ndiaye interrogée sur RMC et BFMTV, Renault produirait 6 millions de voitures par an mais n’en vendrait que 3 millions. Une bourde de plus dans l’univers politique décomplexé que nous connaissons actuellement.

D’accord, tout le monde peut se tromper. Mais enchainer un tel chapelet d’erreurs en si peu de temps tient du prodige. La semaine dernière, sur RMC et BFMTV, Sibeth Ndiaye réclamait l’attention générale : « Il faut quand même avoir un chiffre en tête. Je pense que c’est important que les auditeurs et les téléspectateurs le comprennent. Aujourd’hui, Renault fabrique 6 millions de voitures. Vous savez combien ils en vendent ? 3 millions. » L’animateur Jean-Jacques Bourdin, qui avait compris que quelque chose n’allait pas, reprend « l’information » : « Donc 3 millions de voitures qui restent sur le carreau ? » Et Sibeth Ndiaye de confirmer : 

« Vous avez 3 millions de voitures qui restent sur le carreau, répondit-elle, sûre de son information. Ça pose question. Peut-être que l’entreprise a eu une mauvaise stratégie avant. Je n’ai pas la compétence pour le dire. » Faute avouée à moitié pardonnée ? Ce qui est sûr, c’est que si Carlos Ghosn était devant sa télé, il a bien dû se marrer… Sur la forme, on ne peut pas blâmer Sibeth Ndiaye.

Même si cela reste son job, elle doit ingurgiter –et comprendre– un grand nombre d’informations au quotidien pour les restituer au peuple. Mais sur le fond, c’est tout le manque de mesure et l’approximation des personnalités politiques qui nous gouvernent qui s’exprime. Comment affirmer aux français que Renault, dont l’Etat est actionnaire, est un aussi piètre gestionnaire, capable de faire tourner son outil de production au double de ses ventes ? Visiblement, cela n’a interpellé personne à l’écriture du texte comme à sa relecture.Tout cela n’est pas sérieux. Après coup, s’étant rendu compte de son erreur (ayant certainement été alertée), Sibeth Ndiaye a envoyé un Tweet dans lequel elle reconnaissait son erreur, et écrivant qu’en fait Renault ne produisait que 3 millions de voitures. Caramba, encore raté ! Deux prises de paroles : deux erreurs…

Ne pas confondre production et outil de production

Remettons les choses dans leur contexte : Renault n’a pas fabriqué 6 millions de voitures en 2019, ni d’ailleurs 3 millions comme indiqué dans le Tweet de rattrapage, mais un peu moins de 4 millions -3,8 millions pour être précis. Ce chiffre correspond peu ou prou aux ventes annuelles de la marque (environ 3,75 millions), signe que le Losange n’est pas si mauvais gestionnaire de sa production. En revanche, c’est vrai qu’en faisant tourner ses usines à plein régime, avec des équipes en 3X8, il pourrait atteindre 6 millions. Mais faudrait-il encore que les commandes suivent. Le chiffre avancé par Sibeth Ndiyae n’est donc pas celui de la production de Renault, mais de sa capacité de production. Et c’est précisément la raison pour laquelle Renault doit faire des économies structurelles : baisser la voilure en adaptant son outil industriel, n’étant pas capable de vendre autant de voitures qu’il est censé pouvoir en produire. Car aujourd’hui, ce chiffre de 6 millions est obsolète. D’ici 2025, Renault espère monter à environ 5 millions d’unités, toujours à condition de faire tourner ses usines à trois équipes, en faisant deux milliards d’euros d’économie, et donc en partie en fermant des sites. Dans tous les cas, il ne sortira jamais de ses chaines deux fois plus de voitures que ce que contiendra son carnet de commande…  

Didier LAURENT

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter